Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 19:10

Une fois n'est pas coutume, je vous propose ce communiqué de l'agence Belga :
« Nous n’avons pas peur de l’autonomie. Il faut faire taire toute ironie qui dit que les Wallons ont peur de se prendre en main », a déclaré le ministre-président wallon, Rudy Demotte, ce mercredi devant le parlement wallon, lors du débat initié par son prédécesseur Jean-Claude Van Cauwenberghe sur la position de la Wallonie dans le débat institutionnel. 
  
Les instances régionales sont partagées sur la question de savoir si la question doit être débattue uniquement dans le groupe de travail Wallonie-Bruxelles, ou si elle doit faire l’objet de discussions au parlement wallon. « La légitimité démocratique réside dans un parlement et non pas dans un groupe de travail », a remarqué M. Van Cauwenberghe, s’opposant ainsi à Michel de Lamotte (cdH), mais rejoint dans ses propos par Serge Kubla (MR). 
 
Le ministre-président a pour sa part souligné que la réflexion ne devait pas se tenir dans un lieu unique. Il a précisé qu’il s’était forgé une opinion, entre la réforme défendue par Marc Uyttendaele et le Manifeste pour des Etats-généraux de Wallonie. « La Wallonie a son administration, son parlement, son gouvernement, son budget et sa capacité à se prendre en main », a-t-il souligné, invitant les partis démocratiques à prendre contact entre eux pour établir une position commune sur le sujet. 
 
M. Van Cauwenberghe s’est finalement félicité d’avoir mis le débat sur le tapis au parlement. « Et je vois que M. Demotte devient plus régionaliste que moi… C’est un bonheur de faire des émules et de voir que le corpus de la pensée wallonne de M. Demotte s’enrichit », a-t-il conclu, rappelant que sa volonté n’était pas un « repli wallon » mais bien une « volonté de s’entendre avec Bruxelles, dans le respect des compétences des uns et des autres ». 
(D’après Belga) 
 
Finalement, il semble bien que parfois, la fonction crée l'organe... en politique en tous cas. Encore un petit effort, Rudy !

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Coup de coeur
commenter cet article
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 12:00
Un manifeste pour la solidarité Bruxelles-Périphérie-Wallonie intitulé : « Maintenant ou jamais » a été présenté à la presse ce matin. Il présente l’originalité d’être signé par des personnalités d’horizons divers. Citons les académiques comme Claude Javeau et Jacques Lemaire, Michel Legrand et Jean-François Goosse du GERFA, ou plus politiques comme Marc Wilmet du RBF (Rassemblement Bruxelles-France) ou encore Jean Bourdon et Jean-Luc Robert du MR-FDF…
 
J’ai beaucoup aimé cette phrase qui montre et affirme la volonté d’indépendance des auteurs  : « N’en déplaise aux technocrates, la Région est un corps politique : son territoire (Celui de la Région de Bruxelles) doit être fondé, non sur des critères prétendument objectifs de délimitation d’un espace socio-économique, mais sur le consentement de sa population, et donc inclure toutes les communes dont les habitants veulent en faire partie, mais non des communes, flamandes ou wallonnes, dont les habitants ne le souhaitent pas ».  Clair et sobre. Voilà qui ne doit pas faire plaisir à certain qui ne jure que par les régions aux limites calquant les « hinterlands économiques »…
 
Après avoir pourtant rappelé le progrès qu’a représenté pour les Bruxellois, malgré ses imperfections et ses limites, la création de la Région en 1989, le dernier paragraphe ressemble à un vœux sans doute concédé à la sensibilité « maingainiste » de certains signataires: « Il n’est pas d’autre avenir pour la région de Bruxelles (élargie aux communes de la périphérie dont les habitants le souhaitent) que dans son union étroite avec la Wallonie (dans la Belgique si c’est encore possible, hors d’elle s’il le faut), sous la forme d’un Etat commun aux Wallons et aux Bruxellois, largement régionalisé pour respecter la personnalité de chacune de ses composantes ». En effet, pourquoi « dans la Belgique  » ? Pour l’Etat commun, voyons ce qu’en diront les Wallons.
 
Heureusement, ils précisent que « cet Etat commun Wallonie-Bruxelles serait libre de développer et d’approfondir ses liens naturels avec la France ». Avec la France, la notion d’Etat commun retrouve tout son sens.
 
Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 06:19
On en prévoit donc déjà d’autres ?
 
En tous cas dans la presse francophone… N’est ce pas un peu abusif ? Il est vrai que je n’imagine pas que les électeurs flamands estiment que leurs attentes communautaires aient été rencontrées… Bart De Wever n’a-t-il pas précisé : « nous avons un bon accord avec le CD&V sur la manière de progresser ces prochains mois » . Finalement, dire « Leterme premier » c’est une façon de reconnaître que c’est une nouvelle mouture de gouvernement intérimaire.
Alors, un gouvernement pour trois ans ou pour trois mois ? Sans vouloir être exagérément cynique, le terme, ça fait plutôt penser à « dernier » qu’à « premier ».

 
N’ayant pas la responsabilité de la communication d’un quelconque parti politique d’opposition ou de la majorité, je ne prendrai pas position sur le texte de l’accord qui contient surtout des déclarations d’intentions. Je voudrais simplement revenir sur l’indécence des déclarations des présidents francophones des partis de la majorité qui se congratulaient dans l’euphorie hier matin sur les ondes de la RTB(f). Sont-ils tellement coupés des réalités ?
Par ailleurs, le fait qu’ils reconnaissent qu’ils retrouvent tous l’essentiel de leur programme montre qu’en dehors de grands points sur lesquels tout le monde est d’accord, les différences sont bien d’ordre sémantiques plutôt qu’idéologique. Quand je disais que nous vivons dans un régime de parti unique et avec des tendances qui se cachent bien mal sous des étiquettes…

Etiquettes ? Et l’éthique là-dedans ?
Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Coup de gueule
commenter cet article
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 12:07
Rien de bien neuf dans le baromètre trimestriel de La Libre.
Rien ne laissait prévoir une modification de la stabilité des intentions de vote ni de la notoriété (en non la popularité comme indiqué) des politiciens. Il n’y a pas vraiment d’autre choix possibles ni surtout d’alternative… crédible.
Une consolation, l’extrême droite ne progresse pas (dans les sondage).
 
Par contre, la différence de perception de l’efficacité des différentes entités politiques entre la Flandre et Bruxelles ou la Wallonie est intéressante. Elle montre bien que nous ne sommes vraiment plus dans une même logique.

 undefined

© Infographie La Libre 

Inquiétant pour l’avenir quand on sait que le niveau fédéral va encore être dégraissé prochainement ! 
 
S
ans compter le sentiment d’éloignement entre les politiques et les citoyens. Le samedi 15 mars  Luc Van der Kelen écrivait à ce propos dans « Het Laatste Nieuws » que : « Jamais la confiance dans la politique n’aura était aussi basse qu’aujourd’hui, si ce n’est peut-être lors des jours les plus noirs de l’affaire Dutroux. (…)
Il se passe dans notre société des choses qui inquiètent fortement les gens et auxquelles la politique n’apporte aucune réponse, peut-être parce que les responsables politiques se préoccupent surtout de leur propre agenda et non des souci des citoyens. 
Quelques exemples : le terrible drame d’Heverlée (?), qui a fait quatre victimes le week-end dernier, n’a pas suscité la moindre réaction, comme si ce n’était pas important. L’affaire Belliraj passe comme un simple fait divers, qui se passe quelque part sur mars. Aucun de nos dirigeants ne porte un avis sur le sujet, personne ne ressent la nécessité de protéger mieux la société, alors qu’une nouvelle « guerre des flics » se produit autour de nous, cette fois entre la police et les services de sécurité. Ils ne semblent pas s’intéresser au fait que des terroristes peuvent agir librement, trafiquer des armes et tuer çà et là. La même chose vaut pour le pouvoir d’achat. Le dossier donne lieu à des querelles politiques, mais en attendant les gens se saignent. On attend au moins de la politique une vision (…) »
 
Et ce ne sont pas les
récentes déclarations de Bart De Wever à « La Libre » qui vont rassurer…

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 12:19
Du site Internet du Vif, ce 14/03/2008 à 9h35… Interrogé sur le film de Dany Boon, le Ministre –Président a eu cette phrase intéressante : « Entre la Picardie française et la Picardie belge, il n'y a pas l'ombre d'une nuance. C'est exactement la même culture. Voilà bien la preuve que les frontières n'ont pas de pertinence dès qu'on évoque les dialectes, la nourriture, bref, tout ce qui caractérise les gens au plus profond d'eux-mêmes ».
 
Il lui reste maintenant à faire l'articulation avec la réalité politique. Et plaider pour la suppression de cette frontière héritée de l'ancien régime et de la volonté anglaise...
Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 12:23
Notre combat est indissociable de celui de la défense de notre langue française. Voici un courrier que je viens d’envoyer aux députés européens des différents partis de la Communauté française ainsi qu'au commissaire européen de Jodoigne. Je ne manquerai pas de publier leurs réponses. Et je vous invite à leur écrire également...
 
Vous savez qu'Eurostat (dont le siège est à Luxembourg et l'appellation officielle est Office statistique des communautés européennes) est le service statistique de la Commission européenne. Il a été fondé en 1953 pour répondre aux besoins de la CECA (Communauté économique du charbon et de l'acier). À partir de 1958, Eurostat devient l'organe statistique de la CECA, de la CEE (Communauté économique européenne, aujourd'hui Union européenne) et d'EURATOM. Les organismes abonnés à la série dite "Eurostat en bref" reçoivent en ce moment une courte note d'information rédigée en allemand, en anglais et en français, mais ce sera ... la dernière fois. Voici, en effet, un extrait de ce message :

"Chers abonnés,
Vous êtes destinataire de notre publication "Statistiques en bref" disponible en trois versions linguistiques, anglais, français et allemand. En janvier 2008 Eurostat a pris la décision de rationaliser la production de cette collection. En conséquence, à partir du 1er avril 2008, les Statistiques en bref ne seront plus produites qu'en anglais, les versions en langues française et allemande ne seront plus publiées. A partir de maintenant vous ne recevrez plus que la version anglaise.
"


Eurostat, c'est-à-dire la Commission européenne, a donc "décidé" de rayer la langue française des publications en question. On se demande bien de quel droit, puisque le français est l'une de ses langues officielles depuis sa naissance il y a plus de 50 ans et que d'ailleurs, aucun des membres fondateurs de la CECA (traité signé le 18 avril 1951), ni des signataires du Traité de Rome (25 mars 1957) n'était anglophone. Le motif invoqué aujourd'hui est donc la rationalisation.
 
Comptez-vous réagir ? Il apparaît, en effet, de plus en plus clairement, depuis 1973 avec l'entrée de la Grande-Bretagne, mais sans doute surtout depuis 1995 et l'élargissement de l'Union européenne, que la langue française ne cesse de reculer rapidement au niveau des institutions européennes et que le destin que celles-ci lui promettent n'est autre que celui de sa lente et méthodique mise au tombeau.
 
Je vous remercie de la suite que vous donnerez à la présente et vous prie de croire, etc…
Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Coup de gueule
commenter cet article
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 12:10

J'ai déjà eu l'occasion d'aborder les aspects géo-stratégiques de notre combat. Aspects trop souvents écartés de nos réflexions limitées aux frontières politiques héritées du passé. François Barberis, ingénieur, économiste, expert indépendant ("à la pensée totalement libre" préciserait-il), qui réalise des missions d'évaluations de politiques publiques et d'aides à la décision pour les services extérieurs de l'Etat (français) m'envoie ce texte que je m'empresse de partager avec vous.
 
Pour le développement de Bruxelles et de la Wallonie, il importe assez peu finalement de savoir si ces deux territoires doivent au préalable être indépendants, ou confédérés, ou fédérés, ou rattachés à la France et par quels moyens.
ce qui est important c'est que ces deux territoires puissent bénéficier d'une autonomie suffisamment large pour passer des accords internationaux avec leur partenaire naturel : la région Nord pas de calais pour la Wallonie et la capitale française Paris pour Bruxelles.
 
J'ai hésité un temps sur le fait de savoir si cette capacité de passer des accords internationaux devait être consentie à une fédération Bruxelles-Wallonie représentée par la Communauté française qui se trouverait ainsi fortifiée, ou si cette capacité devait être octroyée à chacun des deux territoires agissant de manière autonome.
 
Finalement, compte tenu de la nature technique et politique des partenariats à conclure je pense qu'il serait plus efficace et plus pertinent que cette autonomie internationale soit remise à chacune des 2 régions séparément, ce qui signifierait alors bien entendu l'effacement de la strate "communauté française" et l'existence de 3 régions quasiment indépendantes : la Flandre, la Wallonie et Bruxelles.
 
Pourquoi cette position ?
parce que la nature des partenariats que Paris pourrait conclure d'une part avec Bruxelles et d'autre part avec la Wallonie sont de nature différente.
 
- Avec la Wallonie : le partenariat est d'évidence économique et même plus : infra-structurel. Il s'agit de réaliser le grand axe qui va faire communiquer la conurbation Liège-Aachen (2,5 millions d'habitants) au port de Dunkerque, reliant au passage la conurbation Lille - Courtrai (2 millions d'habitants) Mons, Namur et Charleroi : autoroute à grand gabarit et capable de supporter des charges hyper-lourdes, zone de traitement, groupage dégroupage des EVP ayant transité à la fois par Dunkerque et Anvers, voie navigables à grand gabarit, protection et augmentation des ressources naturelles en eau, etc...
 
- Avec Bruxelles : le partenariat est d'évidence de nature culturelle et politique : il s'agit de soutenir la spécificité francophone de Bruxelles, faciliter l'intégration des minorités de langues arabes, soutenir par des interventions au quotidien la vie des francophones dans les communes à facilités, faire pression sur le futur gouvernement flamand pour qu'une continuité territoriale se réalise entre Bruxelles et la Wallonie . La République aura, sur chacun de ces points, un poids bien plus important que la seule Wallonie, voire même la Communauté française. Il se pourrait même que, la France étant le 1er pays à reconnaître une Flandre indépendante, des négociations directes entre Paris et Anvers, associant bien entendu Bruxelles et Namur, parviennent à des rectifications de frontières linguistiques moyennant des compensations économiques (par exemple une limitation volontaire dans le tirant d'eau du port de Dunkerque pour ne pas trop pénaliser Anvers qui va connaître, étant port fluvial, des difficultés pour recevoir les gigantesques futurs porte-conteneurs).
 
Cette possibilité de passer des accords internationaux aura pour Bruxelles et la Wallonie une contrepartie : la fin de la sécurité sociale fédérale. Mais cela n'est pas trop grave. Le développement qui suivra les partenariats avec la République seront suffisamment porteurs de fruits pour rétablir un haut niveau de protection sociale assez rapidement. Au besoin, Wallonie et Bruxelles pourront toujours passer des accords de solidarité sociale avec la France, accords temporaires ou définitifs, comme c'est le cas pour de nombreux DROM et COM français, tout en conservant une large autonomie de décision.
 
L'important est donc de faire cesser ce tête-à-tête mortifère entre flamands et francophones et que ceux-ci retrouvent leurs possibilités de négociation internationale.
 
Puis, dans 5 ans, dans 10 ans, ou jamais, les Wallons et les Bruxellois, fierté et prospérité retrouvés, pourront éventuellement nous aider, nous français, à construire une nation forte et sage. C'est avec plaisir et enthousiasme que nous nous rattacherons alors à eux...

Repost 0
Published by François Barberis - dans Réflexions
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 12:24
On en parle beaucoup et certains se réjouissent - un peu tôt à mon avis – que selon les observations finales du Comité de l’ONU pour l'élimination de la discrimination raciale réuni à Genève du 18 février au 7 mars, celui-ci se dit préoccupé par le Wooncode adopté par la Flandre. La Belgique devrait notamment « veiller à ce que les exigences linguistiques ne conduisent pas à une discrimination indirecte exercée en raison de l'origine nationale ou ethnique ». Le même Comité enjoint la Belgique à ratifier la Convention-cadre du Conseil de l'Europe sur la protection des minorités ainsi que la Convention des Nations Unies sur la protection des droits des travailleurs migrants et de leurs familles.
 
Fort bien !
Certains, comme ce député FDF de la périphérie, analysent avec satisfaction que  «Si les Nations-Unies se penchent sur le problème, c'est qu'il est sérieux. (..) C'est assurément une bonne chose pour tous les démocrates, y compris les démocrates flamands qui ne doivent pas toujours être fiers devant les décisions prises par leur Région et qui devraient enfin comprendre qu'ils ne doivent plus courir après le Vlaams Belang pour des raisons électoralistes. Il conclut que « la Flandre, qui tient beaucoup à son image de marque au plan international, devrait à présent bien réfléchir sur les conséquences de ses actes. Il n'est pas trop tard, elle peut encore se ressaisir, mais il est temps ».
 
Je serais plus circonspect.
Certes, je suis, comme beaucoup de Wallons préoccupé par le sort des habitants francophones (surtout des plus pauvres) de la périphérie de Bruxelles, tout comme de celui des Wallons de Fourons, Régions pour lesquelles il y a contentieux. Et je crois aussi que de telles condamnations internationales de la Flandre sont importantes, non seulement car elles discréditent totalement la Flandre, mais aussi et surtout parce qu'elles nous renforcent en nous présentant de fait indirectement comme des résistants à l' « agression flamande ».
Mais devons-nous pour cela toujours réagir en « belges » ? Les partisans de la cause de la réunion de la Wallonie à la France devraient peut-être moins se préoccuper de ce qui se passe en Flandre. C’est un autre pays et c’est bien comme ça que les Flamands le comprennent. Ce n’est pas notre combat principal, c’est un peu comme ce curieux billet publié sur le site « seul officiel » du RWF qui s’inquiétait il y a quelques temps de la dégradation du… néerlandais en Flandre !
Voyons plutôt comment nous pouvons rallier les Wallons à la cause que nous partageons.
Le Mouvement wallon doit se dégager de l’attitude défensive de ses origines, sortir de sa position de victime. Mais ça… C’est un autre combat… La Nation flamande est un fait. Acceptons-le et avançons en ayant pour objectif le bien de nos concitoyens wallons.
 
Ceci dit, nous pouvons (ou plutôt : nous devons, en tant que démocrates) évidemment nous préoccuper de la situation des Droits de l’Homme partout dans le monde, mais au même titre, que ce soit en Colombie, en Birmanie ou… en Flandre. Comme l’a dit un jour François Perin, «… nous Wallons, avons acquis la philosophie des Droits de l’Homme à la Révolution française et c’est irréversible ». Ne le faisons pas mentir.
 
Je suis plus circonspect également parce que la Flandre ne reviendra pas en arrière dans ses projets. Le « Wooncode » a été validé aussi bien par la Cour constitutionnelle (qui traîne à se prononcer... ) que par le Conseil d'Etat qui ont estimé qu’il ne lésait les droits fondamentaux de personne. Quant à la « Convention cadre pour la protection des minorités », la Flandre sait qu'elle devra la ratifier et elle s'y prépare. Ayant appris dans le "Trends-Tendances" que les directeurs généraux de l’administration flamande s’étaient réunis pour discuter d’un nouveau rapport à l’attention du gouvernement flamand qui complète, précise et corrige les 95 revendications de réforme de l’Etat, j’écrivais ceci, le 7 octobre 2007 : on peut se dire que, par exemple, les habitants francophones de Flandre (Communes à facilités, Fourons, et autres…) auront bientôt des raisons supplémentaires de s’inquiéter. On sait, et les partis qui se disent défenseurs des ces habitants francophones en font grand cas, que la pression internationale pousse à la ratification de la « Convention cadre pour la protection des minorités ». Les directeurs généraux de l’administration flamande en sont à formuler une « définition juridique étanche de la minorité nationale qui ne présente aucun danger pour les principes de territorialité et la législation linguistique »...


M.à j. : Excellent le Kroll du 13 mars !

 

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 18:23
Je lirai attentivement ce qu’en publiera la presse. Mais les premières informations entendues dans les bulletins d’information confirment certaines impressions :
 
Quand on croise convictions et niveaux d'études, le rapport est inversement proportionnel entre le niveau d'études et la foi. Il n’y a pas que le sentiment national belge qui fait ses choux gras de l’ignorance.
 
L'école est un lieu essentiel de transmission des valeurs. Voilà un argument important pour l'éducation philosophique à l'école... Mais pas n‘importe quoi, un cours de philosophie, un cours d’histoire des religions et/ou de religions comparées pourrait s’avérer des pistes intéressantes.
 
On n'est pas à l'abri d'une confrontation majeure entre communautés qui professent des valeurs très différentes. Ce qui n’a pas été pris en compte par le monde politique, sauf par la méthode des quotas.
Plus inquiétant encore, une grande majorité de nos concitoyens ne se reconnaît plus ou pas dans les partis… Ces derniers ne font plus rêver. On court le risque de voir ainsi certaines religions prendre le relais du politique. Imaginons ce qui se passerait si l'on voyait émerger demain un parti religieux avec un programme cohérent et des personnalités charismatiques… Brrrr ! 
 
M. à J. : Dans son éditorial sur « La Libre » de ce 12 mars, Michel Konen se réjouit que « jusqu'à présent, Bruxelles a pu échapper au communautarisme ». « D'une manière ou d'une autre ajoute-t-il, cela est dû, pour partie, à l'intégration des populations d'origine étrangère dans la vie syndicale et politique ». Oui, peut-être… Mais à la lecture des résultats, je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a quand même une composante communautaire (consciente ou non, je n’en sais rien) dans le choix des électeurs. Voyez, par exemple, en dehors des personnalités connues, sur qui (quels patronymes) se sont portées (avec des totaux fort proches) les voix de préférence sur la liste du PS 
Tant mieux si c’est vraiment un processus d’intégration. Après tout, la composante religieuse n’a peut-être pas joué, ce serait à analyser.
 
 
Je persiste et signe : je souhaite que tout parti démocratique - à commencer par ceux qui se réclament du rattachisme - mettent la laïcité (qui est très différente de la neutralité) de l'Etat en tête de leur programme.
Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 12:33

On le sait, la Belgique est loin d'être un modèle : le taux de mortalité liée aux cancers y est plus élevé que la moyenne. L'absence de plan de lutte global et intégré n'est pas étrangère à ces piètres performances, malgré la qualité des équipes.
 
Maintenant, il faudra voir comment les recommandations des experts en cancérologie qui ont mis en évidence l'impréparation des autorités publique seront transformées  au travers du Plan Onkelinx présenté ce matin à la presse.
 
Si, la France (depuis 2003), le Canada ou la Finlande se sont dotés avec succès d’un plan de ce type. Il faudra voir s’il sera encore possible de le faire (et comment ?... Sur quelle clé de répartition des moyens et à quel prix) en coordination avec (et entre) les Communautés, compétentes pour la prévention et le dépistage, et avec les Régions, responsables des infrastructures de soins. 
 
Onkelinx reconnaît elle-même que ça prendra du temps… L’Etat belge en dispose-t-il encore ?

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...