Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 12:00

Trente ans d’acquisition d’autonomie pour la Wallonie, ça se fête.

 

Partie de rien, ou presque, depuis l’expérience de régionalisation préparatoire, l’autonomie wallonne est montée en puissance au cours du temps. Et pourtant, que de résistances à cette évolution dont  tous les observateurs objectifs reconnaissent aujourd’hui qu’elle a permis à la Wallonie d’enrayer le déclin dans lequel l’avait plongée la Belgique.

 

Cette institution jouera demain un rôle de plus en plus important.  Je constate d’ailleurs un changement de ton et de propos très significatif. 

Effet « Bart »  ou  prise de conscience ? L’avenir proche nous le dira. Serions-nous à un moment fondateur ?

 

Après avoir été étouffé sous «  la francophonisation » qui a empilé dans les esprits une double dose de « belgicanisme »  censée permettre la survie de la Belgique par l'écrasement du sentiment wallon et son remplacement par un « sentiment francophone » tout aussi artificiel.

Oui, la Wallonie a bien une identité et cette identité wallonne est une des multiples identités françaises.

 

Mais là n’est pas le thème de ce billet.

 

Parlons plutôt d’une évolution terriblement importante où certains politiciens, syndicalistes et intellectuels n’hésitent plus à oser dire tout haut ce que vous avez pu lire sur ce blog depuis quelques années en matière d’identité, de reconnaissance du fait wallon, de son indispensable prise en main d’outils de développement qui lui échappent encore. Sans enregistrer de sarcasmes ou de manifestations indignées. Tiens ! Comme si ce n’était plus tabou.

 

Sans remonter aux propos de Demotte sur l’identité wallonne, trois exemples récents :

 

L’excellente émission « Face à l’info » sur l’avenir de la Wallonie de ce jeudi 16 septembre 2010 (à écouter ou réécouter ici jusqu’au 23/09…)  et particulièrement les interventions de Thierry Bodson de l'Interrégionale wallonne de la FGTB, Michel Quévit économiste et professeur émérite de l'UCL  et aussi Vincent Reuter Administrateur délégué de l'Union wallonne des Entreprises. Vous y retrouverez des propos très semblables à ceux distillé ici au cours de ces dernières années.

 

Jean-Jacques Viseur, après avoir fait campagne sous le slogan belgicain éculé : « L'union fait la force » vient maintenant de déclarer : « La Wallonie doit oser la carte d’un nationalisme wallon ».  Certains retournements sont décidément très rapides...

 

Le ministre Marcourt s’est exprimé il y a quelques jours en faveur de la régionalisation de l’enseignement. En toute logique ou cohérence dirais-je parce qu’il est clairement démontré depuis des années que les Régions de vieille industrialisation qui ont obtenu la maîtrise de leur enseignement et de leur culture sont aussi celles qui ont le mieux réussi leur reconversion et leur redéveloppement. (sud de l’Angleterre, nord de l’Espagne, etc..)

   

Une chose est certaine, c’est qu’on ne peut plus se contenter de parler uniquement en termes économiques.  Surtout maintenant que les prémices (pour rester volontairement modeste) du redressement wallon sont là (exportations et investissements où la Wallonie a dépassé la Flandre… et autres domaines où  la Wallonie fait jeu égal). Ce n’est pas suffisant, il faut y ajouter l’indispensable versant culturel.

 

C’est le moment de faire émerger un projet fédérateur wallon. L’identité se crée et se recrée tous les jours.  Nous avons tous un rôle à jouer.

 

Si certains en parlent, nous, nous devons le faire !

 

 

PS. J’ajouterai pour ceux qui lisent rapidement, ou font une lecture manichéenne, que mes propos ne rejettent absolument pas Bruxelles. Simplement, Bruxelles n'est pas la Wallonie. Mon opinion reste celle que je défends depuis longtemps. Je suis partisan d’un maximum d’autonomie et d’acquisition de compétences pour chaque entité (Flandre y comprise !) tant que la Belgiqe existe. Des entités clairement distinctes.  Ce qui n’empêche absolument pas de conclure - ensuite - des accords équilibrés de partenariat. D’égal à égal. Comme avec n'importe quelle autre entité politique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

denis dinsart 20/09/2010 14:48



Merci pour la rapidité de votre réponse.


Votre raisonement pourrait également s'appliquer aux chiffres du chomage (vl7%/Wl 18%), qui ne comptabilisent pas les chomeurs âgés et les pré-pensionnés, deux catégories de personnes inactives
proportionnellement plus nombreuses en Flandre.


 


Bien à vous



Claude Thayse 20/09/2010 15:17



En effet ! Le Gerfa avait sorti une étude fort intéressante sur ce sujet il ya quelques années. J'y ai fait référence dans un billet à l'époque...



denis dinsart 20/09/2010 12:38



Bonjour Monsieur Thayse,


Je suis étonné, en lisant "le soir" de ce lundi, de constater que le PIB de la Wallonie est inférieur de la moitié par rapport à Bruxelles. Je trouve cela étonnant. Y aurait-il un biais?



Claude Thayse 20/09/2010 13:26



Bonjour,
Je n'ai pas encore lu Le Soir. Mais ce que vous dites ne m'étonne pas. 

Le PIB (Produit intérieur brut) et, partant, le PIB par habitant, sont des indicateurs bruts de l’activité économique totale d’une région. Il
peuvent être (et sont souvent) utilisés pour comparer le degré de développement économique des régions. Sauf que le PIB n'équivaut évidemment pas au revenu dont disposent en définitive les
ménages d’une région. Ainsi, dans certaines régions, le niveau de PIB par habitant peut être fortement influencé par les navetteurs. Ce qui accroît la production à un niveau qui ne pourrait être
atteint par la seule population active résidente. C’est le cas de l'Ile de France ou de Bruxelles où la richesse est créée (fictivement), par les entreprises (qui y ont leur siège socil) ou
la présence des institutions européennes, mais elles ne reviennent pas à ses habitants.
En effet, la plupart des emplois ne vont pas aux Bruxellois, mais aux Flamands (320.000), à quelques Wallons (100.000 ?) ou étrangers. Ce qui explique les 20% de chômage de la Région, très loin
devant la Flandre (7%) et à peine plus loin que la Wallonie (18%). Il suffit d’entrer dans une administration publique, un bureau de poste ou une banque à Bruxelles pour se rendre compte que les
emplois sont presque tous occupés par des Flamands…

Eurostat (qui a l'avantage de "normaliser les chiffres" entre les régions)  le précise, "le PIB par habitant risque d'être surestimé dans les régions où travaillent les navetteurs et
sous-estimé dans les régions où (ils) habitent". Dans ce cadre, le Brabant flamand (130%), où sont localisées la plupart des entreprises bruxelloises fait fort logiquement partie des 46 régions
dépassant 125 % de la richesse des Vingt-sept. Le Brabant wallon - qui compte pourtant de nombreux naveteurs)  affiche pourtant 120 pc dans une moyenne régionale d'à peine 90%, tirée
vers le bas par le Hainaut (82%) qui peine à redémarer..

Le score de Bruxelles s'explique aisément par la concentration sur son territoire des centres de décision de nombreuses entreprises qui entrent en compte pour le calcul du PIB alors que les
centres de production (où se crée la véritable richesse) sont situés ailleurs. Et particulièrement en Wallonie.


Se baser sur le PIB pour en tirer de conclusions définitives (en matière de viabilité d'une région par exemple) est pour le moins hasardeux.



francolatre 19/09/2010 19:15



Je ne pensais pas causer autant d'émoi avec mon post. L'apprentissage de l'anglais, qui est évidemment un plus pour les jeunes générations, n'a rien à voir avec l'étiquette de mongolien. Il
s'agit d'une image volontairement provocatrice pour résumer comment, au fil des temps, qu'on le veuille ou non, la Wallonie et ses habitants ont acquis une image de région sinistrée avec des
habitants incapables de se prendre en mains. Voir encore le communiqué de la NV-A comparant le budget de la Région Wallonne avec "de l'argent de poche". Une réputation qui dépasse souvent les
frontières. C'est ce cliché que les nouvelles générations se chargent à présent de démentir.


 



Claude Thayse 19/09/2010 20:18



Le problème de certains militans, c'es qu'ils prennent tout au premier degré. Pas de problème !



Nois7 18/09/2010 12:05



Je n'ai pas la double nationnalité même si j'aspire au bleu blanc rouge. Juste une tendance à ne pas peiner un certain Letherme sur la diffic..... Un léger(?) dislexisme me complique l'apprentissage des langues germaniques. Il parait que dans mon cas l'italien convient. Bref
j'ai abandonné l'apprentissage du néerlandais par manque de gout et je me suis concentré sur l'anglais avec un succès mitigé.



Claude Thayse 18/09/2010 14:01



Je pensais à la double nationalité belge-mongole !      ;-)


Je ne suis pas génétiquement adapté non plus pour les langues germanique...



Nois7 18/09/2010 10:10



Je me permet en tant que demi-mongolien de vous faire remarquer qu'à l'ULg par exemples de nombreux cours sont donnés en Anglais. Pour devenir ingénieur il est recommandé de prendre anglais
seconde Langue. Dans la même optique et grâce à la connaissance de l'anglais et de l'allemand 50% des ingénieurs ( formés au frais de notre pays) de ma famille proche travaillent dans un pays
situé directement au sud du nôtre et que sur les 6 aucuns n'a besoin du néerlandais. 6 ce n'est pas un nombre suffisant pour être une statistique, juste une indication. Nos enfants choisissent
naturellement les options qui leurs conviennent indépendament de la "politique" belge. Ce phénomène est naturel et qu'il conduise à la fin de la belgique n'y change rien.



Claude Thayse 18/09/2010 10:30



Ben évidemment !


L'anglais, le japonais, le chinois sont aussi utile que la détention du permis de conduire si ce dernier est nécessaire pour le boulot.


En France, c'est pareil.


"demi-mongolien"... Vous avez la double nationalité ? Rare, ça !


 ;)


Il faut séparer le bon sens du sectarisme.


 



« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...