Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 17:16

Pour info :

 

Le Rassemblement wallon a étudié avec beaucoup d?attention la note du formateur. Il constate que malgré les propos cités en introduction : « Notre pays a besoin de changements radicaux et de réformes fondamentales », il n'y a pas vraiment de basculement vers les Régions et certainement pas vers la Wallonie. Ce dernier terme d?ailleurs n?apparaît que six fois dans toute la note? Certes, quelques avancées, mais rien de vraiment fondamental, si ce n?est des mesures parfois cosmétiques et parfois logiques en matière de maîtrise de compétences. N'empêche, si la structure de l?Etat belge n?est que peu remise en question (et au contraire renforcée par la possible instauration d?une « circonscription fédérale », les transferts annoncés ou la disparition programmée du Sénat sont bons à prendre.
Si la note peut servir de base à une discussion, la principale avancée significative se situe autour de la Région de Bruxelles-Capitale qui obtiendrait l?autonomie constitutive comme la Communauté germanophone. Cette reconnaissance comme région particulière serait confirmée par la possibilité logique d?y présenter des listes bilingues. Mais pourquoi, alors que Bruxelles et ainsi consacrée « super région » par le transfert à la COCOM d?un certain nombre de compétences communautaires, un même transfert des compétences communautaires n?est-il pas organisé vers la Wallonie ? Il restera donc toujours, à l'intérieur du royaume de Belgique fédéralisé à la sauce Di Rupo, trois composantes jugées inaptes à être parfaitement et totalement autonomes : les Wallons, les Germanophones (qui ne sont toujours pas une région quoique jouissant quasiment de toutes les compétences régionales) et les Flamands de Bruxelles (mais ils l'ont eux-mêmes souhaité). Autrement dit, seul le Peuple wallon continue, dans la vision Di Rupo comme lors des précédentes réformes de l?État, à être considéré comme un peuple éminemment mineur.

Cette note, essai d?amalgame entre les positions institutionnelles ou socio-économiques très éloignées des partis des deux communautés s?apparente à une chimère.
En fait, la Flandre n'a pas besoin de concessions socio-économiques. Elle peut mettre en application sa propre vision socio-économique quand elle le veut, soit au travers de son propre gouvernement, soit par l?entremise du gouvernement fédéral, qu?elle continuera de contrôler. C'est donc une fausse compensation qui est proposée, sauf qu'à partir du moment où cette compensation lui est accordée, elle devient libre de pouvoir appliquer sa politique sans entraves. Ce point acquis, le débat va se focaliser sur l?institutionnel.

Le Rassemblement Wallon se réjouit de lire que le premier parti politique de Wallonie semble acquis à l?idée de la disparition de ce monstre institutionnel qu?est l?arrondissement électoral de BHV et la fin de l'apparentement avec les provinces wallonnes et flamandes voisines nées de la scission du Brabant unitaire.

Mais, nous sommes cependant loin de l?application définitive du « pacte des Belges » acté il y a près de cinquante ans. La création d?un « canton-tampon plus fédéral que les autres » composé des six communes à facilités de la périphérie, une espèce de marche territoriale, prélevée sur le territoire de Flandre ne peut que se révéler inacceptable pour celle-ci. Une telle mesure qui porte atteinte au principe de territorialité serait d'ailleurs inacceptable par tout état démocratique et sage.
C?est là un germe de conflits et une nouvelle introduction de différences et donc d?inégalité de droits entre les citoyens, particulièrement pour ceux des autres communes à statut spécial, comme Fourons (oubliée une fois de plus) par exemple.

Le Rassemblement wallon estime qu?un accord « durable » est impossible sur la base de cette note, car elle ne répond pas au schéma mental dans lequel évoluent déjà majoritairement les Flamands

Dans l?intérêt de l?autonomie wallonne, il est donc urgent d'attendre... et de laisser mûrir.

Communiqué du Rassemblement Wallon du 06/07/2011
Contacts
Tél. : 0477912070 - @ : presse@rassemblementwallon.be
http://www.rassemblementwallon.be

Partager cet article

Repost 0
Published by Communiqué
commenter cet article

commentaires

Jacques D. 15/07/2011 15:01



Pour votre information : La réaction du GERFA… qui n’est pas plus tendre que vous !


 


LA NOTE DE DI RUPO


Non à la capitulation et au bricolage !


 


 


Depuis que le formateur a déposé sa note, la plupart des observateurs ont vanté son courage. Vraiment, à les entendre, DI
RUPO était devenu l’homme providentiel pour la formation d’un nouveau gouvernement.


 


Passé cette phase d’enthousiasme démesuré, regardons de plus près cette note.


 


En fait, elle comprend deux volets importants et deux autres plus accessoires.


 


1. Le premier a trait à Bruxelles et à l’arrondissement de BHV.


 


2. Le second concerne les économies et les nouvelles recettes.


 


3. Les troisième et quatrième concernent le transfert des compétences et quelques remèdes sur le fonctionnement de
l’Etat.


 


1. Bruxelles et l’arrondissement de BHV


 


1.1. BHV. C’est vrai qu’il faut du courage pour abandonner, comme le formateur le fait, une minorité de 80.000
Francophones ; en fait, DI RUPO échange la scission de l’arrondissement de BHV contre le maintien du droit de vote pour les Francophones des six communes à facili-tés. Il échange donc une
concession contre ce qu’il a déjà !


 


Comme nous l’avons déjà écrit, la scission de BHV ne concerne pas uniquement les droits individuels mais préfigure la
fixation des frontières internationales. Une fois que BHV sera scindé, en tout cas comme le propose la note du formateur et sans maintien des droits des Francophones, les frontières seront
pratiquement acquises et permettront à la Flandre de les revendiquer en cas de séparation. Dans ce cas, Bruxelles sera complètement enclavée, aura perdu ses liens avec son hinterland et tout lien
possible avec la Wallonie. C’est donc le projet d’un Etat francophone viable qui est compromis par la scission pure et dure de BHV. 


 


C’est donc faire preuve d’une incommensurable naïveté que de négocier des frontières internationales dans un cadre
national ; c’est également faire preuve de lâcheté d’abandonner à leur sort une minorité substantielle de 80.000 personnes, soit près de 2% des 4.500.000 Francophones.


 


En résumé


- l’arrondissement est scindé et les frontières sont donc confirmées ;


- les droits électoraux des 80.000 Francophones passent à la trappe ;


- l’avenir d’un Etat francophone viable est compromis.


Et pour le prix de ces concessions majeures, les Francophones obtiennent quelques lentilles comme l’intervention de la
Cour constitutionnelle dans la nomination des bourgmestres des six communes à facilités.


 


Pire, les droits administratifs des Francophones sont désormais réduits puisqu’ils devront maintenant faire une
déclaration tous les six ans pour maintenir leur droit alors que, à l’occasion du renouvellement de la carte d’identité tous les cinq ans , les citoyens de Bruxelles et des communes à facilités
choisissent leur langue.


 


C’est donc une capitulation en rase campagne que le formateur DI RUPO propose et que le PS et ECOLO applaudissent
!


 


1.2. Bruxelles


 


En ce qui concerne Bruxelles, on peut dire que le formateur maintient le statu quo. Les Flamands gardent donc leurs
rentes de situation (quasi-parit&eac



« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...