Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 20:26

 

« Je veux les peuples grands, je veux les hommes libres. »

Victor Hugo

 

 

 

Il est toujours bon de prendre un peu de recul quand c’est possible. Voilà pourquoi je ne me suis pas pressé de réagir à chaud quelques heures après le scrutin. Ce recul permet de mieux juger et d’analyser plus sereinement les résultats.

 

La première leçon, c’est évidemment la progression de la N-VA en Flandre. Elle est spectaculaire. Ce parti est parvenu en quelques années à s’implanter dans le paysage politique. Ce n’est pas étonnant.

Je lis pourtant qu’il serait en recul, que son score est inférieur à celui que lui auraient prédit les sondages. Il n’en est bien évidemment rien et ceux qui prennent leurs rêves pour des réalités  se mettent le doigt dans l’œil jusqu’à… l’omoplate.  

Pourquoi ? Simplement parce qu’il est très difficile d’évaluer les résultats de ces élections locales, communales et provinciales.  D’aucun se basent sur les résultats provinciaux en pensant les exporter au niveau national sous prétexte que les circonscriptions électorales sont les mêmes que pour les scrutins fédéral et régional.

Que disent-ils ? La N-VA n’aurait obtenu que 28,6 % des voix, tout juste un peu mieux qu’en 2010 (27,8 %). Et alors ? C’est oublier que les deux élections locales étaient concomitantes.  Classiquement, on vote de la même manière dans les deux. C’est un principe connu. Or, il y a gros à parier que la grande majorité des électeurs vote d’abord au niveau communal pour une personnalité locale et dans un second temps,  pour cette même personne ou pour son parti au niveau provincial.

Les résultats par province agrègent donc les résultats communaux à quelques détails près liés à la présence ou l’absence de ces personnalités connues ou proches sur les listes.

La N-VA serait un parti d’extrême droite qui a récupéré les voix du Vlaams Belang ? Voire… Tout d’abord, les partis qui militent, de façon démocratique, pour l’indépendance ne sont pas pour autant des partis d’extrême droite. Bien au contraire, la N-VA a souvent mis en avant son objectif de réduire la puissance de nuisance du Vlaams Belang qui, lui professe ouvertement ce genre d’idées. Ce n’est pas parce que c’est un parti que propose des solutions dites « de droite » qu’il n’est pas démocratique. D’ailleurs, si on se base sur les résultats des dernières élections provinciales, il apparaît que les électeurs qui ont quitté le VB ont plutôt voté les autres partis démocratiques. Sur base des résultats de 2010 (Mais comme je l’ai expliqué plus haut, ce type de calcul est biaisé) : le CD&V qui décrochait 17,3 % en 2010 fait 21,5 % cette fois-ci. Le VLD passe de 13,6 % à 14,6 % des suffrages..

Enfin, même si comparaison n’est pas raison, faut-il rappeler que les militants qui ont fondé le Rassemblement wallon dans les années ’60 ont été qualifiés d’inciviques alors qu’ils étaient pour leur grande majorité issus de la… Résistance !

Enfin, dernier point. Les électeurs auraient voté pour la N-VA  sans vraiment savoir que ce parti est indépendantiste ou pour de toutes autres raisons… Ouais… C’est faire injure aux citoyens flamands, beaucoup mieux politisés que chez nous. Ils savent parfaitement pour qui ils ont voté. Si dans l’arrondissement d’Anvers il y aurait peut-être eu confusion et que les électeurs y auraient exprimé un vote « national », ce qui reste à démontrer, c’est qu’il y avait un double enjeu, à la fois « national » et local.

Non, ceux qui espèrent un ressac aux prochaines élections en seront pour leurs frais.

Le fait de se rependre en imprécations dans la presse dite francophone ne fera qu’accélérer les choses.

 

A part le fait que De Wever ne puisse perdre le contrôle de ses troupes.  Et effectivement, nul n’est à l’abri d’un dérapage qui sera monté en épingle pour discréditer tout le travail fait par ailleurs. Parce que n’en doutons pas, il devrait faire de l’excellent travail. La N-VA n’a-t-elle pas choisi ses cadres parmi des milliers de candidatures et d’adhésions ? Et parmi ces derniers, d’anciens poids lourds de la politique, des milieux économiques ou académiques ?

Par ailleurs, n’oublions pas que De Wever est historien, j’imagine difficilement qu’il ne tiendra pas compte des erreurs commises par d’autres avant lui.  Croyez-moi, jusqu’ici, il a fait un parcours parfait.  La mise en scène de son discours et de son déplacement jusqu’à l’Hôtel de ville ne devait rien au hasard et correspondait à l’image que le Peuple de Flandre attend de voir.

 

Il reste à répondre à ceux qui n’ont pas encore compris comment il en est arrivé là. C’est simple. Il est arrivé au bon moment et a su capitaliser sur le sentiment d’humiliation de la Flandre. Sentiment qui a culminé avec la manière dont les partis et médias francophones se sont moqués de Leterme après son succès électoral entre 2008 et 2010. Même si ce sentiment remonte à beaucoup plus loin, il était encore gérable jusqu’en 1962-63, quand après la fixation de la frontière linguistique, l’instauration de facilités au départ provisoire s’est révélée définitive dans l’esprit de quelques ultras francophones. Certes, les torts sont partagés, puisqu’on a accepté le redécoupage du pays sur base de communautés linguistiques aux frontières floues. Laissant ainsi la place à des conflits de territoire. Et ce n’est pas fini puisque la scission de l’arrondissement de Halle-Vilvoorde n’est que partielle.

 

L’arrivée d’échevins (Adjoints au Maire) appelés « de la flamandisation » dans certaines communes procède de la même logique. Ils correspondent à ca qui est attendu. Et pour être tout à fait honnête avec vous, j’aimerais bien qu’en Brabant wallon, nous ayons des échevins ayant dans leurs attributions le respect du caractère wallon des communes, du respect de la langue française et du maintien des traditions.

 

Deuxième leçon, en Région de Bruxelles-Capitale, ce fut un festival de mauvaise foi et d’humiliations dont même les politiciens pourtant friand ne sont pas prêts de se remettre. J’ai pu constater qu’une fois de plus, Bruxelles et les 18 villages de la Région ont été le centre du monde dans les médias. Pour ces derniers, à part quelques « stars », La Wallonie, on ne connaît pas ou alors, c’est si  peu important...

Inquiétante progression du parti « Islam ». Là où il se présente, il fait mieux que le FDF… Un communautarisme en chasserait-il un autre ?

 

Troisième leçon, en Wallonie justement.

On y a voté « gestion communale » logiquement. En faveur de ceux qui (à part les « stars des médias » dont certains étaient déjà  réputés élus d’avance) pouvaient rendre le meilleur service à leur communauté. Après ça, les jeux d’alliance ont fait la décision.

Epinglons quand même quelques résultats interpellant. Le piètre score de Demotte (il est vrai parachuté) à Tournai. Le recul d’Ecolo dans son fief historique à Namur. La quasi disparition d’élus d’extrême droite probablement parce que cette… euh… tendance se présentait en ordre dispersé sous une multitude de sigles (NEW, NWA et FNW et « Wallonie d’Abord »).

Une poussée du PTB+ d’extrême gauche extrêmement présent sur le terrain entre les campagnes électorales. Même si on peut deviner que ce fait va titiller le PS et qu’à la prochaine occasion, ce dernier abandonnera sa modération actuelle visant à maintenir Di Rupo le plus longtemps possible au poste de premier ministre. On assistera alors à une « regauchisation » du parti.

Le FDF qui a bénéficié d’un fort soutien médiatique obtient deux élus communaux en région liégeoise, l'un caché sous l’étiquette « Intérêts communaux » et un autre qui a bénéficié du vote de rejet, suite au mécontentement du à l’éviction de Michel Daerden à Ans, en l’absence de candidats d’extrême droite ou gauche. Ça ne devrait être qu’un feu de paille.

En Brabant wallon, ils passent deux élus à la province. Là aussi, profitant sans doute plus de l’absence de liste d’extrême droite et du manque de crédibilité du parti anti-politique « pirat » que de réelle adhésion puisque si on compte une importante population de bruxellois immigrés dans la province, il semble bien que ces derniers aient votés plutôt « gestion locale » que communautaire. Ce dont on peut se réjouir.

Si le RW fait de scores faibles, mais honorables en Hainaut, là où il s’était présenté préférentiellement, le RWF, lui, n’arrive pas à dépasser son résultat de 2006.  Décidément, le fondamentalisme rattachiste ne semble pas convaincre malgré des sondages prometteurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...