Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 06:52

Après n’avoir été demandeurs de rien pendant des années par peur d’affronter la réalité (*), les partis traditionnels, unanimes dans leurs discours estiment tous maintenant - mais un peu tard – qu’il faut régler ce problème.

 

Les partis traditionnels « francophones » sont d’autant plus faibles face aux flamands qu’ils n’ont pas derrière eux le souffle d’un parti clairement wallon qui défende vraiment les intérêts de la Wallonie.

 

Ils espèrent encore trouver des Flamands modérés sur ce sujet en donnant aujourd’hui des signes d’ouverture. C’est oublier les classique qu’il est toujours bon de relire

 

Ainsi, dans « Polyeucte » acte I, scène 1, Pierre Corneille (1606 – 1684) écrivait, non sans finesse :

 

« Vous me connaissez mal : la même ardeur me brûle

Et le désir s’accroît quand l’effet se recule. »

 

Nous le vérifierons au lendemain des élections.

 

(*) Que ne l'ai-je dénoncé ici même ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

François Barberis 04/05/2010 08:14



Bonjour Claude Thayse



Je poste ici bien que mon texte est plus proche de votre précédente contribution.


Je voudrais rvenir sur le "projet confédéral flandrien" (adjectif que désormais j'emploie en lieu et place de flamand car il me paraît plu proche de la,réalité politique, puisue nous avons a
faire à une nation en marche : Flandre)


J('ai traité ce sujet sur d'autres forums : Bruxelles francophone et Forum francophone. J'y reviens car il me paraît important de bien analyser ce que contient ce projet.


On a dit qu'avec ce projet, l'idé"e flandrienne était de fabriquer une coquille vide dénommée belgique et de l'occuiper en totalité ou presque, ne laissant qu'aux voisins du sud la charge de
payer une partie de la dette.


En poussant à la solution "confédération", l'idée flandrienne est bien en fette de conserver une façade Belgique, et ce faisant :
- d'une part : faire diversion et parvenir à demeurer dans le système € et à occuper à l'ONU et dans l'OTAN le siège dévolu à l'ancienne Belgique fédérale.
- d'autre part coller sur le voisin du sud, les Wallons, 33% de la dette publique et des engagements de retraite, laissant à ces derniers le soin de trouver le refinancement de leur dette.

je pense que ce scénario, radieux pour Flandre (en théorie), est infaisable et irréaliste pour de multiples raisons, ce qui ne veut pas dire qu'il ne pourrait trouver un début de mise en pratique
: tout dépend de la réaction des Wallons et des Bruxellois; et celles-ci me paraissent peu convaincantes en effet.

La stratégie flandrienne pour parvenir à un tel scénario s'appelle "évolution institutionnelle". On ne touche pas au libellé général de la Belgique, qui demeure sur le papier une fédération, mais
on vide cette fédération de toutes ses prérogatives fiscales et sociales, en particulier la fixation et la répartition de l'impôt sur le territoire. Ce qui permet au final, je l'ai déjà écrit, de
dresser une barrière étanche fiscale et sociale entre sud et nord, après division de la dette.
Dans l'esprit du camp flandrien, il est évident que la cotisation qui sera fixée pour faire fonctionner ce qui restera du fédéral devra être minime : 5/6 milliards d'€ par an; 2 tiers pour
Flandre, 1 tiers pour Wallonie, alors qu'aujourd'hui les besoins en financement du (mini) état fédéral sont plutôt de 20 milliards d'€.

Il faut effectivement que tout cela soit clairement porté aux yeux de l'opinion publique des Wallons et des Bruxellois, afin qu'ils aient clairement conscience de la spoliation qu'ils vont subir
si ce plan devait voir le jour : spoliation identitaire pour les Bruxellois, spoliations financières pour les Wallons qui, lestés d'une charge financière de 140 milliards d'€, voire plus, leur
provenant de l'ex-état belge, devront trouver par eux-même le refinancement en s'adressant sur les marchés financiers.

J'ai dit que ce scénario me paraissait irréaliste sur le plan politique et technique. Sur le plan politique, on voit bien le conflit interne à l'état Flandre qui serait issu de cette stratégie,
mais aussi le conflit avec les autres puissances riveraines. Il ne faudra pas longtemps pour que des troubles irrépressibles naissent à BXL, autorisant l'ingérence des autres états de
l'Union.

Je me suis déjà expliqué sur la non faisabilité technique de ce plan : outre le fait qu'il ferait reposer sur Wallonie la charge d'un refinancement introuvable, ce qui ferait naître un nouveau
cas grec au cœur de l'Europe, ce scénario suppose que les détenteurs de titres acceptent la répartition de la dette et troquent une dette détenue aujourd'hui sur l'ensemble belge composé par
Flandre+BXL+Wallonie, par une dette détenue sur Fl+BXL à hauteur de 2/3 et sur Wallonie seule pour 1/3 de son montant, donc avec un risque de défaut élevé sur la partie wallonne. Ceci n'a aucune
chance de se produire. Le refus des porteurs de titres sera immédiat et Flandre se verra réclamer seule la totalité de la dette ex-fédérale.
Idem en ce qui concerne les détenteurs de droits à la retraite wallons. Ceux-ci seront, si ce scénario s'applique, les dindons de la farce si j'ose dire, car leurs retraite seront payables à
Namur et non plus à Bruxelles, sur des réserves et des cotisations qui n'existeront plus pour avoir été captées par leur voisins du nord ... qui pourront leur dire de s'adresser à Paris ?

Le plan flandrien, ainsi que je l'ai dit, c'est le cas grec en 3 D au cœur de l'Europe. Aucune institution, aucun état riverain ne saurait l'accepter.



« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...