Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 12:38

Voilà ce que disait Churchill en 1943…

 

Quelques années plus tard, l'anglais Robert Phillipson insistait auprès des anglo-saxons dans  son livre « Linguistic imperialism » publié en 1992, sur le fait que l'anglais devait devenir la langue dominante dans le monde, remplaçant ainsi les autres langues et surtout leurs visions du monde.

 

Les anglo-saxons sont en train de gagner ce combat essentiel pour la maîtrise de l’avenir.

C’et en tous cas ce qui ressort d’une conférence organisée par l'association Bruxelles Europe qui s'est tenue à la Commission Européenne le 17 novembre dernier sous le titre évocateur : « Diversité linguistique : Faut-il parler anglais pour être européen ? »

 

Les conférenciers étaient Quentin Dickinson, directeur des affaires européennes de Radio France, Jean Quatremer, correspondant de Libération, Michel Theys, journaliste des questions européennes. Une centaine de personnes ont participé à cette conférence parmi lesquelles l'ambassadeur de France auprès de l'UE (Monsieur Philippe Etienne) et le Consul de France à Bruxelles…

 

Après un rappel de l’évolution des règles du régime linguistique au sein de l'union dès son origine (règlement 1/58), lors des périodes d’élargissement, les orateurs et le constat de la pratique actuelle, les orateurs ont fait le constat que la grande bascule vers le tout anglais date de la période de la Commission Prodi (1995/2004). En effet, le chargé de la réforme administrative, le vice-président anglais, Neil Kinnock, a œuvré pour la défense des intérêts linguistiques de la Grande Bretagne et du Bristish Council dont il sera le président jusqu'en juin 2009.

 

L’attitude des anglo-saxons n’est pas sans faire écho à ce qu’écrivait Jules Destrée dans sa « Lettre au Roi » à propos d’un Peuple voisin : « Ils nous ont pris notre langue. Plus exactement, ils sont occupés à nous la prendre. Nous ne connaissons encore que la menace et l'humiliation. L'œuvre maudite se poursuit lentement, par degrés, sans brusque éclat, avec la patiente opiniâtreté qu'ils apportent en leurs conquêtes. On y distingue trois étapes : d'abord, le flamand se glisse insidieusement, humblement, auprès du français. Il ne s'agit que d'une traduction : qui pourrait refuser ce service fraternel à nos frères ? Puis, un beau jour, le flamand s'affirme en maître : il revendique la première place qu'il appelle l'égalité; le français n'est plus que toléré. Enfin, le français sans cesse anémié, diminué, proscrit, disparaît. Et le lion de Flandre est souverain sans partage. »

 

C’est que pour des raisons similaires à celles invoquées par Destrée, face à une politique d'expansion de la langue anglaise portée par le mercantilisme agressif des vainqueurs de la seconde guerre, il n'y a eu qu'un processus de renoncement et d'angélisme des autres pays. Dont la France, hélas ! Pensons simplement à des attitudes suicidaires des représentants français à l'Union Européenne comme le choix systématique de s'exprimer en anglais (ressenti d’ailleurs comme un mépris des traducteurs) ou celui de travailler et de faire travailler uniquement en anglais ou en faisant de l'anglais la langue unique des commissions dont ils ont la charge.

Ce renoncement à l'emploi du français par les élites francophones a entraîné par effet de domino l'effacement des autres langues notamment l'allemand et l'italien. Avec la complicité enthousiaste de la Belgique évidemment. Les Flamands réglant un vieux compte avec cette langue qui leur rappelle le mépris de leurs propres élites pour leur peuple. Les autres, les belges francophones, par snobisme et pseudo esprit d’ouverture (*). L’occupation de tous les postes extérieurs par des Flamands n’augure certes pas d’un changement.

 

Il faut le dire, la langue anglaise est installée durablement en position hégémonique au sein des institutions européennes. Le français - langue de 3 pays fondateurs – y a ainsi perdu son rang. Le renoncement à l'emploi du français par les élites francophones a entraîné par effet de domino l'effacement des autres langues, notamment l'allemand et l'italien qui sont hors d'état de contre balancer cette hégémonie linguistique. A un point tel que dans certains Etats membres, la langue anglaise est en train de prendre souche dans les jardins d'enfants et elle est déjà de plus en plus la langue de transmission des savoirs dans l'enseignement supérieur.

Si même la France n'échappe pas à ce processus d'anglicisation, il suffit d’écouter le flot continu d’anglicisme utilisé de préférence aux équivalents originaux français dans une institution publique de la Communauté française comme la RTB (f) pour constater que nous sommes là aussi plus qu’en perte de vitesse.  C’est une politique volontaire de destruction. Comment peut-il en être autrement.

 

Le grand débat sur l’identité nationale en France  vient un peu tard dans ce contexte. Pour moi, c’est l’identité, c’est d’abord l'identité de choix de culture et donc de langue ainsi que de volonté d'un destin commun. (**).

Mais c’est aussi et surtout le rappel de valeurs essentielles portées dans les premiers mots de la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen  que ses auteurs ont voulue universelle: Les deux premiers mots sont « Les hommes », sans distinction géographique, linguistique ou raciale. « Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune. »

 

Ça commence aujourd’hui, mais demain, si nous n’y prenons garde, la qualité de « citoyen européen » sera conditionnée à la maîtrise de la langue anglaise et par la même, au niveau de perfection en anglais dont vous êtes capable. Ce qui déterminera votre évolution sociale et hiérarchique et surtout celle de vos enfants. Cela implique, qu'en contradiction avec l’article premier de la Déclaration des Droits, en l'absence de cette maîtrise, vous ne pouvez pas vous affirmer comme un citoyen européen à part entière.

 

La Belgique, pays fondateur de ce qui n’est jamais qu’un grand marché et qu’on appelle l’Union européenne partage la responsabilité de ce désastre civique et linguistique avec les élites françaises car se battre pour maintenir l'emploi du français était un combat indissociable de la protection des autres langues.

Leur responsabilité est grande d’avoir contribué à ce que le français et l'allemand ne soient plus considérés comme des langues internationales et seront demain – si nous n’y prenons garde - reléguées de fait comme langues « régionales » de l'Union Européennes sans en avoir le statut.

 

 

(*) Et que dire de la folie de la mode des écoles d’immersion (aujourd’hui) en néerlandais (demain en anglais…), facteur favorisant la perte d’identité. Donnant raison à Jules Destrée quand il qualifiait ainsi les bruxellois de l’époque (celle d’avant le politiquement correct !) de « métis » : « Une seconde espèce de Belges s’est formée dans le pays, et principalement à Bruxelles. Mais elle est vraiment peu intéressante. Elle semble avoir additionné les défauts de deux races, en perdant leurs qualités. Elle a pour moyen d’expression un jargon innommable dont les familles Beulemans et Kakebroek ont popularisé la drôlerie imprévue (….) Cette population de la capitale, dont quelques échantillons épars existent en province, n’est point un peuple: c’est un agglomérat de métis.(…) En réalité, le métis est insensible à l’appel de la race, à l’amour de la terre et des aïeux ». (Jules Destrée. Wallons et Flamands, la querelle linguistique en Belgique. Plon, Paris).

 

(**) « L'Etat unitaire a, pendant des décennies, fait dispenser une histoire « orientée » en projetant dans le passé une situation qui ne remontait qu'à 1830. Au nom d'une certaine idée du patriotisme qui s'identifiait à l'unitarisme, on a banni tout ce qui permettait de douter de l'inéluctabilité du phénomène « Belgique » et, par contrecoup, on s'est efforcé de nier les spécificités régionales. Or, comme le disait si poétiquement un slogan de l'Association des Amis de l'Université de Liège, « Sans racines, l'arbre meurt. Nos racines, c'est l'histoire. » Au moment où il est plus que jamais question de régionalisation et de communautarisation, il serait aberrant que le nouveau pouvoir substitue « l'absence de l'histoire » à une « histoire orientée », ce qui aboutira au même résultat : priver les citoyens de nos régions de leurs racines culturelles » (Hervé HASQUIN, Historiographie et Politique, Essai sur l'histoire de Belgique et la Wallonie, Charleroi, Institut Jules Destrée, 1982.)

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Coup de gueule
commenter cet article

commentaires

Michel Legros 14/01/2010 10:04


Considérer la langue comme un simple et banal instrument de communication c’est comme dire que l’or est précieux parce qu’il
brille. La langue préside, avant tout, à la structuration de la pensée, elle confère une échelle d’évaluation des valeurs, une aptitude à l’application du droit, une vision du monde. Ecrire un
texte original, devant être traduit dans d’autres langues, dans une langue ou une autre, ne constitue pas du tout un fait anodin, il constitue un choix fondamental parce que la langue originale va
façonner le sujet, suivant un dessin caché sous le métier. Les anglophones ont bien compris cela et ils jouent à fond sur cet atout, ce n’est pas pour rien que de principes fondamentaux de la
Communauté ont disparus, peu à peu, de la conception de l’Europe d’aujourd’hui, tel que la préférence communautaire pour faire un seul exemple parmi beaucoup d’autres. Lorsqu’on accepte d’examiner
un Règlement, une Directive, une stratégie de politique communautaire et, parfois, même de se prononcer sur un texte écrit dans une seule langue originale on a déjà démissionné à contribuer
efficacement à la construction européenne.


Mike Guillaume 16/12/2009 14:55



L’anglais, le(s) français et les Wallons. Où va-t-on?


 


C’est avec plaisir que je “visite” régulièrement le
blog (pardon, blogue) de Claude Thayse, don’t je partage pas mal d’idées (j’y reviens tout de suite). Mais cette tirade sur et contre la “suprématie” (c’est vrail, il n’y a pas besoin de
guillemets vu que c’est une réalité) me paraît difficile à digérer et d’un rétrograde absolu. En tout cas pour certains dont votre serviteur.


Mettons tout d’abord les points sur les i (“dot the I’s
and cross the t’s”).


Je suis un Wallon né à Charleroi et y ayant vécu
pendant une vingtaine d’années de ma jeunesse. J’ai appris l’anglais (entre autres choses) à l’athénée de Gosselies grâce à des professeurs qui aimaient cette langue et respectait les cultures
(pluriel: l’Angleterre n’est pas l’Irlande qui n’est pas les U.S.A. etc. On ne peut pas en dire autant du français qui a tendance à faire de Paris le centre du monde) qu’elle représente. Par mon
éducation (très marquee par l’admiration des Alliés pour leur action pendant la Seconde Guerre), par ma culture (très influencée par le rock), puis par mon travail (firmes américaines, dont une
aujourd’hui, activités internationals, siege à London, etc.), je me suis immergé depuis plusieurs décennies dans une culture, une “way of thinking” (mais pas de vivre), un mode de fonctionnement
anglo-saxon. Ma langue de travail et plus encore est devenue l’anglais (et plutôt de l’American English, oh horreur suprême!). Et j’en suis fier. Autant que je suis fier de mes origines. Je fais en effet partie de ces Wallons qui sont partis, qui ont voyagé et ont pu essayé de faire
quelque chose (je ne dis pas “réussir”) ailleurs, souvent mieux que chez eux où ils sont parfois si mal traités. Et l’anglais n’est pas pour rien comme facteur.


Continuant mon portrait, deux de mes
arrière-grand-mères étaient françaises; croyant à une Wallonie autonome, j’ai été en son temps membre du Rassemblement Wallon et considère, depuis peu, qu’une forme de rattachement à la France
est devenue la moins mauvaise option (faute de mieux) pour quitter cet Etat artificiel nommé Belgique. Je considère Churchill comme le plus grand homme d’état du XXéme siècle (Gandhi n’est pas
loin). Je suis un fervent des marches et costumes napoléoniens (et de certains aspects du personage), mais aussi un admirateur des Guards de Buckingham. Et quand mon neveu Alexandre me demande
“Et à Waterloo, tu étais pour qui?”, je ne sais pas répondre! (Pour affiner le propos, je dirais qu’il était temps de stopper l’aventurisme napoléonien mais qu’il ne fallait pas retourner à
l’ordre ancient, précisément à l’origine de la creation de la Belgique…).


Compliqué, n’est-ce-pas? Mais si les choses étaient si
simples…


Like it or not, je me définis donc comme un “Wallon
Anglo-Saxon”, espèce rare et en voie de disparition (ou simplement d’émigration!) si j’en juge une certain francophilie ou francolâtrie qui a envahi certains cercles (et pas seulement
“rattachistes”) depuis un certain temps.


Cette mise en situation étant faite, allons au coeur du
débat lance par Claude Thayse.



La phrase de Churchill doit être remise dans son
contexte. Et franchement, en 1943, ne valait-il pas mieux parler anglais qu’allemand? Depuis lors, l’anglais s’est imposé comme lingua franca. Au contraire de ce que certains disent, il n’y a
là aucune volonté britannique mais bien plutôt, je n’en disconviens pas, une conséquence naturelle (et parfois artificielle, ou hollywoodienne, si vous préférez) de la domination commercial et
financière des U.S.A. Mais il faut gratter plus loin. L’anglais a une fonction “égalitaire” (et oui, messieurs les Français). A l’inverse du français à l’époque du règne de cours diverses (et
de Napoléon) qui était une langue d’échange par et pour les élites (cette mentalité coûte à present cher aux francophones de Belgique!), l’anglais s’est répandu dans la masse et permet à des
gens de toutes origines et de toutes categories d’échanger entre elles. Le prix à payer est d’ailleurs un appauvrissement de la langue (depuis le cinéma jusqu’à une langue d’aéroports), mais
ceci est une autre histoire. N’en déplaise à certains, cet aspect égalitaire a aussi joué dans les institutions européennes, où parler l’anglais est “inclusif” là où l’usage d’autres langues
serait “exclusif”. Dans de nombreuses réunions internationales, combien de fois ne voit-on pas des Français se regrouper entre eux pour parler leur langue “entre eux” et donc s’exclure du
groupe? Ce sont quasiment les seuls dans ce cas! Même les Espagnols, si fiers de leur culture, ne se comportent de
la sorte. Ni les Japonais, pourtant souvent moins à l’aise en anglais.
 


L’anglais a aussi une fonction pratque, ce qui gêne
beaucoup certains esprits… théoriques ou un certain élitisme intellectuel. Le mépris quasi-aristocratique d’une certaine élite francophone, par exemple synonyme d’eurocrates haut-fonctionnaires
suffisants et prétentieux, est assez stupéfiant. Ce qui les gêne d’abord, c’est que tout le monde puisse s’exprimer –que ce soit en anglais est accessoire mais simplement plus dérangeant- au
lieu que quelques-uns puissent parler entre eux. Attention à l’aristocratisme parisianiste, messieurs les Wallons… et Européens! “Les distinctions
sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune” (Déclaration des Droits de l’Homme, cite par Claude Thayse).     




Claude Thayse 19/12/2009 13:41


Bonjour Mike Guillaume !

C'est évidemment un billet d'humeur. Que l'anglais devienne une sorte de moyen pour permettre un partage d'info entre gens de différentes cultures, ça ne me dérange pas.
Par contre, que les Anglais se servent de leur parfaite connaisance de leur langue pour imposer systématiquemment leur point d vue, je n'apprécie pas.
Je critique aussi tous ceux (des pédants ?) qui utilisent des termes anglo-saxons là où le français (mais c'est valable pour toutes les autres langues) a un ou des équivalents souvent plus précis.


DE POLI 14/12/2009 22:03





Monsieur,

Je me permets de vous écrire car je suis Français, membre de plusieurs associations de défense du français, et ai lu avec grand intérêt votre article sur l'anglais. Je souhaitais faire part de
quelques réflexions concernant le français dans les institutions européennes. Je pense tout d'abord qu'il n'y a pas lieu d'être pessimiste car les évolutions géopolitiques à venir vont
très certainement favoriser le français et desservir l'anglais :


 


1) Tout d'abord, la prédominance de l'anglais dans les institutions européennes est tout à fait anormale car ces dernières sont
sises à Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg, qui sont toutes trois des villes officiellement francophones. La langue de travail des différents agents ainsi que celle de rédaction des
documents devrait donc être principalement le français. Cette prédominance de l'anglais n'a pas lieu d'être car cette langue n'est officielle ni à Bruxelles, ni à Strasbourg, ni à
Luxembourg (et le Royaume-Uni n'a même pas adopté l'euro !).


 


2) Le Royaume-Uni, seule puissance anglophone d'Europe, va très certainement éclater dans les années qui viennent du fait de
l'indépendance programmée de l'Écosse (un référendum est prévu en 2010). Cet éclatement affaiblira très certainement l'anglais en Europe et aura des conséquences géopolitiques majeures. Entre
autres, le siège de membre permanent à l'O.N.U. du Royaume-Uni - réduit à la petite Angleterre - sera très certainement remis en question. Voir la page suivante pour en savoir plus
sur l'indépendance de l'Écosse :


http://www.taurillon.org/L-independance-de-l-Ecosse-L-heure
En plus de cette menace d'éclatement très réelle, l'économie britannique va fortement régresser dans les années qui viennent comme le prouve le texte
suivant, publié le 7 décembre dans un journal britannique et traduit en français par Courrier International :http://www.courrierinternational.com/breve/2009/12/07/declin-annonce-de-l-economie-britannique

Déclin annoncé de l'économie britannique


07.12.2009


Le Royaume-Uni pourrait glisser au 11e rang du classement mondial des économies les plus riches d'ici à 2015, derrière le Brésil, le Canada et l'Inde, selon une
analyse du Centre de recherche économique britannique (CEBR). « Après s'être hissé à la quatrième place au début de cette décennie, le Royaume-Uni a déjà été dépassé par la Chine, l'Italie et
la France en raison de la récession. Il est probable que ce glissement va s'accélérer », estime The Independent. Ce déclassement pourrait coûter au pays de nombreux privilèges
diplomatiques, dont son siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU et ses droits de vote au FMI, précise le quotidien britannique.


3) Parallèlement à ce déclin du Royaume-Uni, la Wallonie et Bruxelles ont de fortes chances d'être rattachées à la France dans les années
qui viennent. L'heure de vérité approche concernant l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde (le fameux BHV) et un éclatement de la Belgique est une hypothèse de moins en moins fantaisiste.
Ce rattachement augmenterait le poids géopolitique de la France et aurait fatalement des conséquences linguistiques à Bruxelles. En effet, si la loi Toubon s'applique un jour à Bruxelles,
tous les documents de travail des institutions européennes devront légalement être rédigés en français (y compris les logiciels). Des entreprises ont été lourdement sanctionnées en France ces dernières années pour usage illégal de l'anglais : par exemple la société
américaine GEMS, condamnée à 570.000 euros d'amende pour avoir refusé de traduire en français ses documents de travail :http://www.novethic.fr/novethic/site/article/index.jsp?id=99187




De même pour les sociétés Europ Assistance et Nextirone, condamnées pour avoir voulu imposer des logiciels en anglais sans
traduction :



http://www.mef.qc.ca/nouveau_succes_entreprises_francais.htm


http://www.daily-bourse.fr/news.php?news=AFP080516175041.dkxxu5sl


 


Enfin, il faut bien avoir présent à l'esprit que la France deviendra la première puissance économique et démographique de
l'Europe dans quelques décennies. Selon un institut allemand, elle supplantera l’Allemagne sur le plan économique au plus tard en 2035, grâce à sa croissance démographique. Cette enquête
montre également que la population française devrait atteindre la barre des 78,9 millions d'habitants à l'horizon 2050 alors que celle de l'Allemagne ne dépassera pas 71,4 millions
d'habitants: 

http://www.geostrategique.net/viewtopic.php?t=4419&sid=6c2ee0949f9892776057678e6cd7bbe2


 


C'est cette différence de poids géopolitique qui avantagera le français à terme. Entre une France première puissance
économique et démographique de l'Europe et cinq petits pays anglophones éclatés dans les îles britanniques, je suis convaincu que la balance linguistique penchera en faveur de la
première.


 


Pour conclure, je pense qu'il n'y a aucune raison d'être pessimiste concernant le français dans les institutions européennes. Non
seulement son déclin est parfaitement évitable et ne sera certainement à terme plus qu'un mauvais souvenir mais si le Royaume-Uni éclate, faisant ainsi disparaître la seule puissance
anglophone d'Europe, ce sera le déclin de l'anglais qui sera inéluctable.


 



Bien à vous



Daniel DE POLI



1, place Lamartine A359


67400 ILLKIRCH


FRANCE


Courriel :









Claude Thayse 15/12/2009 09:15


Merci pour ces informations et l'espoir qu'elles contiennent.
Puissent-elles se réaliser !


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...