Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 14:05

Dans mon dernier billet de l’année dernière, j’évoquais la fierté d’être, de se dire et de se sentir Wallon. Et j’y déplorais l’amalgame voulu dans un vague ensemble « francophone », niant ainsi notre identité. « Identité », le grand mot était lâché…

Hier matin, Jean-Paul Duchâteau, le nouveau rédacteur en chef de « La Libre », commençait ses vœux par : « Que la nature dramatiquement perverse de certains peuples, de leurs dirigeants et de leurs référents religieux ne répande pas - ou moins ! - de guerres, d’épurations et de violences de toute nature »…

Etonnant, choquant même, aucun peuple n'est évidemment naturellement pervers, pas même les allemands sous Hitler, par contre chaque peuple même de longue tradition démocratique peut le devenir: c'est, je crois, la leçon la plus importante à retenir de la Shoah. Les personnes certes, les idéologies, elles peuvent très facilement être perverses par nature. Pas les identités.

 

C’est pourquoi le débat français sur l’identité « nationale » fait tellement écho chez nous.

« Mon pays, c’est la Wallonie » a affirmé Jules Destrée à plusieurs reprises, ajoutant que : « politiquement, elle est insérée dans un pays plus grand, appelé Belgique, qui participe à la civilisation de l’Europe occidentale ». Aujourd’hui, la Belgique subsiste et l’Europe qui se structure constitue la principale référence législative dans de nombreuses (trop ?) de matières.

Et pourtant, Destrée n’avait que 23 ans quand Albert Mockel fait naître le mot dans son sens politique d’affirmation culturelle. Le terme prend très vite sa force politique, puisque dès 1897, Mockel préconise « la séparation administrative complète de la Flandre et de la Wallonie, avec un parlement pour chacune d’elles », proposant, en complément à cette vision déjà très confédérale, une chambre fédérale où chacun élirait la moitié. Les Wallons affirment donc l’existence politique de la Wallonie depuis plus d’un siècle (113 ans !). Il est loin d’être inutile de s’en souvenir et il est sain de le rappeler aujourd’hui que la Wallonie existe institutionnellement sous la forme d’une « Région wallonne » disposant de compétences et de moyens tangibles.

Et pourtant, les Wallons peuplent ces 15000 Km² de la vieille Gaule depuis bien plus longtemps. Félix Rousseau nous a appris que les Wallons descendent de ces peuples qui ont occupé ces territoires depuis le néolithique, intégrant des apports extérieurs variés et des révolutions industrielles qui vont forger un terroir. Il ajoute que l’autre élément déterminant de notre identité, c’est la langue romane, et au-delà, la civilisation française à laquelle nous participons. Fait capital qui explique, comme l’a proclamé Rousseau, notre façon de penser, de sentir, de croire.

 

Les Wallons n’ont donc pas eu d’identité politique commune avant le XIX siècle. Leur domaine s’est fait comme la France de Fernand Braudel, de cassures, d’émiettements, de diversité. Une région comme la Wallonie ne s’est pas construite sans un murissement profond et long de ses différentes composantes politiques, économiques, sociales et culturelles. Tous les grands précurseurs de « l’idée wallonne » en ont été conscients, même, si comme nous aujourd’hui, ils en ont tous ressenti l’urgence. Nous portons en nous les bagages des générations antérieures, depuis ceux qu’on appelait « Wahla » au sud et à l’ouest des régions germaniques, ces habitants des marches celtiques dont les successeurs se sont enrichis d’apports extérieurs. Mais il ne faut pas s’y tromper, si la Wallonie existe aujourd’hui dans son autonomie régionale, c’est au peuple wallon et à une poignée de militants qu’elle le doit. L’un comme les autres, profondément attachés aux principes de la liberté et de la démocratie.  Et militer, cela exige du recul, de la patience, de la réflexion, de la mémoire. Il faut s’inscrire dans le temps.

 

Nous avons donc bien une identité qui nous relie, même s’il n’y a jamais eu d’aspiration à devenir une nation.

Une nation, c’est autre chose, c’est une volonté de vivre en commun, un plébiscite de tous les jours comme l’écrivait Renan. Au-delà de leur identité dont Félix Rousseau a bien cerné les caractéristiques, les Wallons, vivent dans un empilement  d’identités secondaires construites, récentes et parfois contradictoires avec leur nature, la « francophone belge », la Belgique, l’Union européenne. Toutes constructions humaines et politiques artificielles qui ont l’avantage d’être imprécises. J’entendais récemment le premier ministre luxembourgeois Junkers affirmer, au micro de l’excellent Bertrand Henne, que l’Union européenne ne remplacera jamais les nations. Ce sont donc des constructions politiques auxquelles il est facile d’adhérer. Ça ne mange pas trop de pain. Il suffit de voir avec quelle indifférence les électeurs participent aux scrutins obligatoires.

 

Ce n’est donc pas d’identité « nationale » qu’il faut parler. Mais bien de culture, de cohésion sociale, politique et surtout démocratique, bref de tout ce qui fait l’identité. C’est là que la phrase de Jean-Paul Duchâteau citée en début de billet pourrait faire sens. Mais ce n’est pas l’appartenance ou l’adhésion à une idéologie (et les religions sont des idéologies) qui fait un peuple et une identité. Les idéologies, les religieuses comme les autres, sont perverses par nature puisqu’elles ramènent tout à elles, à l’exclusion de toutes les autres et des caractéristiques qui font les peuples, de leur diversité et leur identité. C’est là qu’est le malaise derrière le débat sur l’identité nationale, ce n’est pas cette dernière qui est en cause, mais ce que certains proposent pour la remplacer.

 

Et comme nous sommes en tout début d’année, je voudrais vous offrir cet extrait de « l’Offrande wallonne » d’Albert Henry :

« Ce paysage n’abêtit ni n’exalte, ni n’abat l’âme, n’endort ni n’emporte, ce paysage aère l’âme.

On dirait que dans le jeu des lignes lumineuses est passé quelque chose des habitudes séculaires et des gestes essentiels, quelque chose de la simplicité des tâches primordiales et de l’amitié des hommes et de la nature ».

 

Bonne année !

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

denis dinsart 04/01/2010 14:04


Bonjour Monsieur Thayse et meilleurs voeux à vous.
Pourriez-vous me donner les références de l'ouvrage d'Albert Henry "offrandes wallonne"?

Bien à vous et que le combat continue.

Denis Dinsart


Claude Thayse 04/01/2010 17:42


Je pense que ce texte n'a plus été réédité depuis des années. Mais vous devriez le trouver dans les bonnes bibliothèques publiques...

Mes meilleurs voeux également !

Et rassurez vous, le combat continue de plus belle !


francolatre 01/01/2010 15:16


Meilleurs voeux à tous les lecteurs de ce blog, à commencer par son auteur, en souhaitant qu'il continue à nous régaler en 2010 avec ses commentaires et ses analyses d'excellente facture.
Au fait, parmi les défenseurs de la Belgique éternelle, il serait intéressant de savoir combien d'entre eux ont choisi de regarder les programmes de fêtes sur les chaînes de télévision flamandes
plutôt que sur les françaises.


Claude Thayse 01/01/2010 15:24


Merci !
J'en suis rouge de plaisir !

Et euh... qui aurait regardé les télévisions belges hier soir  ?


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...