Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 06:37

L’opinion publique façonnée par la presse du régime fluctue en fonction du temps. Parfois très rapidement. Et d’autant plus rapidement que les journaux ont peu de choses à se mettre sous la dent. Ainsi, après avoir été ostracisée avant les élections, ensuite portée aux nues pour son sens de l’Etat pendant les premières semaines qui ont suivi, la N-VA (*) semble bien à nouveau suspecte. Pas de sa faute pourtant. Il aura suffit  d’une maladresse (volontaire ?) du préformateur pour réinstaurer un climat de tension à instrumentaliser ? Pourquoi avoir anticipé des demandes que les Flamands ont eux-mêmes mises de côté dans un « coin poussiéreux et oublié de leur programme » ?  

 

Di Rupo va donc plus loin.  Pourquoi mettre tout à coup l’accent sur l’amnistie si c’est pour déclarer immédiatement après que « ce n’est pas à l’ordre du jour des négociations »

L’argument donné : « être attentif aux prises de position de membres de la société civile » et donc avoir des contacts privés comme il a en souvent avec « les nombreuses personnes du monde académique qui s’adressent à lui » me paraît un peu léger.

Curieux en tous ca, non ? A moins qu'il ne souhaite dans la foulée faire réhabiliter Léopold III... Tant qu’à faire… Lui qui -  sachant pertinemment qu’alors que la démocratie est de toute façon confisquée par les présidents de parti - ne parle opportunément que de « Souverain » pour nommer le roi et oublie généralement qu’en démocratie, c’est le Peuple qui est souverain. Et certainement pas l’un ou l’autre « représentant (que lui-même) de la Société civile, autre nom de la fameuse « majorité silencieuse ». (**)

 

Attention, je pense qu'il y a un "gap" (comme on dit en "belge francophone", en français, je dirais un fossé) culturel. Le nationalisme de la N-VA est un nationalisme qui n'a plus rien à voir avec celui du XIXème siècle. Or, tant les Wallons que les Bruxellois francophones ou les Français gardent cette vision, ce filtre pour analyser les propos flamands. Certes, la N-VA parle d'indépendance. Mais cette indépendance prend en compte l'évolution politique de l'Europe qui favorise l'émergence de régions autonomes équipolentes aux "vieux Etats". Ils ne sont - à la lecture de leur programme - ni pour une armée flamande, ni pour un "Etat nation à la Bismarck", mais à une Flandre autonome intégrée dans un ensemble plus vaste qui s'appelle l'Europe économique. Pour eux, la Belgique, dans ce cadre, est dépassée.

Les différents camps ne parlent donc pas de la même chose. Il y a donc bien deux Etats (et plus, je dirais quatre  en comptant Bruxelles et la région de langue allemande en plus de la Wallonie et de la Flandre) qui évoluent sociologiquement, politiquement, culturellement différemment. Ce sont des visions d’avenirs extrêmement différentes. L'ignorer mène tout droit au retour de vieux démons identitaires. A ce propos, le nationalisme belge est beaucoup plus archaïque que le nationalisme flamand. Ce dernier est assertif, celui là est agressif et défensif. Au moment ou, par le choix d'Huub BROERS comme prochain sénateur coopté N-VA,  , sans y avoir l’air d’y toucher, les Flamands qui relancent la question fouronnaise, pendant que nos bons belges  savourent un Parlement sans Happart, ni autre Fouronnais, ni régionalistes wallons assertifs… Au même moment, ironie de l'histoire, le choix de « bourgmestres non nommés de la périphérie bruxelloise» pour siéger au Parlement par le MR contribue à déforcer encore plus la position wallonne…

 

Par ailleurs pour en revenir à la proposition Di Rupo sur l'amnistie, il est bon de souligner que cette revendication d’amnistie ne figure même plus que pour mémoire dans le programme de la N-VA. A moins que - parce que rien n’est gratuit - que si le Di Rupo parle de cela, c'est peut-être parce que la N-VA a mis discrètement sur la table de négociation une proposition de régionalisation (ou plutôt, hélas de communautarisation) de ce fleuron des compétences régaliennes qu'est la Justice. Et si c'est cela qui motive la sortie sur l’amnistie, alors, franchement, je ne pourrais que m’en réjouir.  Encore une compétence de moins dans les mains du fédéral. Après tout,  que les Flamands fassent alors ce qu'ils en veulent de cette matière et avec leurs propres « liards ». Cela ne grèvera pas leur budget : il n'y a plus aujourd’hui guère qu'une poignée d'anciens collabos à indemniser le cas échéant. Et ce n’est même pas certain puisque même un des fondateurs de la N-VA, Eric Defoort, l’historien émérite et grand ami de De Wever, considéré comme l'éminence grise du parti nationaliste flamand, affirme que son parti n'est pas intéressé par l'amnistie des anciens collaborateurs…

 

Il serait par contre absolument inadmissible qu'une amnistie intervienne tant que la Justice reste fédérale, puisque cela voudrait dire aussi amnistie pour les Kollabos wallons au nom d’une prétendue « réconciliation entre les Belges ».Il n’en est pas question. Imaginerait-on – demain - l’Allemagne envisager l’amnistie des nazis pour réconcilier les Allemands ou la France absoudre ses collaborateurs ? Soyons sérieux. Ou alors, Di Rupo ne comprend rien aux Wallons ! Voir la réaction du RAssemblement Wallon ICI et celle de Wallonie Libre : CdP WL 07 2010

 

Pour le reste… En matière de négociation, Eric Defoort interrogé ce matin à la RTB(f) a été clair, le premier paquet des réformes institutionnelles négocié sous le gouvernement Leterme ne suffira pas à la N-VA. « Il faut surtout le marché du travail et les soins de santé », dit-il. Et la RTB(f) se veut rassurante : pour elle : «  scission de la sécurité sociale, mais pas dans son entièreté » veut dire ne pas toucher à la Sécu… Evidemment, si Defoort affirme « qu'il ne faut pas laisser tomber les gens dans le besoin », les transferts vers la Flandre doivent bien entendu continuer. Là où c’est à son avantage, on ne touche à rien. Et dire que le ministre des pensions est du même parti que Di Rupo.  Rassurant ?

 

 

(*) Je n’écris pas « le parti de De Wever » comme on écrirait « le parti de Gendebien » ou « de Modrikamen » parce qu’il y a là une machine de guerre bien rodée et solide en coulisses. Machine qui ne se résume pas à un seul homme.

 

(**) Ah ! Écouter le silence ! Plus sérieusement, si cette majorité est silencieuse, ce n’est pas parce qu’elle ne parle pas, bien au contraire. C’est plutôt parce qu’elle ne pense pas. Se contentant d’ânonner des lieux communs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

Raoul 10/08/2010 18:19



Il me semble avoir lu quelque part qu'une des raisons pour laquelle la Belgique n'avait jamais accepté d'amnistier les collabo de 40-45 (contrairement à la France qui a voté des lois d'amnistie
dès les années 50) c'est qu'une amnistie des collabos de 14-18 avait été votée après la première guerre et que les bénéficiaires de cette amnistie avait pour la plupart récidivé en 1940.


Quelqu'un confirme t'il ?



Baré 19/07/2010 16:20



Di Rupo n'aura pas cédé à tout, il aura été le héros anti-nationaliste des Wallons. Inventer de la fausse monnaie d'échange pour pouvoir céder dans l'"honneur", très fort... comme tous les
"gestes forts" qui servent de carottes pour mener les  braves Wallons par le bout du nez depuis longtemps !



« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...