Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 06:26

 

NB : ce billet est également publié sur http://www.forces-wallonnes.be.

 

En cette veille du premier mai, fête (initialement de la déduction) du travail, que chacun cherche à s’approprier, le RW vous invite à la réflexion.

 

Qui va faire gagner la Wallonie demain ? : Ceux qui comprendront l’attente principale des Wallons et sauront la satisfaire.

 

Mais quelle est-elle donc, cette attente ?

 

Comment arriver en effet à faire un choix judicieux entre tous les thèmes politiques d’actualité sur lesquels les Wallons sont en attente ? De l’emploi à la croissance, de l’immigration à la sécurité, de la dette au budget, de l’index à la compétitivité, de l’Europe à la mondialisation, de l’éducation à l’écologie, du Fédéral à la Région, de la Région à la Communauté…

Pas simple ! Ne sommes-nous pas en effet devant une sorte d’immense fouillis devenu assez incompréhensible pour le commun des mortels ? Comme un cochon qui n'y retrouverait pas ses petits, le politique le plus habile éprouve lui aussi quelques difficultés quant à la sélection du thème essentiel, quitte alors à recourir aux vielles recettes du populisme ou de la langue de bois. Il suffit d’ouvrir vos journaux ou d’écouter les émissions politiques pour s’en rendre compte.

 

Pourtant, à y regarder de plus près, sur tous ces sujets sur lesquels les politiques traditionnels sont cruellement en échec, quelque chose prime dans la tête de tous les Wallons : le sentiment diffus de toujours subir, d’avoir perdu la main. Voilà l’attente principale qu’il faut satisfaire : ils veulent qu’on les aide à reprendre la main sur tous ces sujets qui sont les leurs.

 

Car les faits sont là. Depuis soixante ans, un peu comme le savon mouillé glisse de la main, tout leur a échappé : le travail pour commencer qui, par les grands changements que l’entreprise a connus, imposés par le système (je ne reviendrai pas sur les causes exogènes et parfaitement démontrées de ce qu’on a appelé « le déclin wallon » *) et par sa disparition progressive au fil des années, les a poussés subrepticement dans la précarité, l’incertitude du lendemain ou la solitude sociale ; la monnaie, la dette, et le budget avec ses coupes sombres dans les revenus, imposées par une politique d’austérité due aux errements des banquiers et à une pensée unique elle aussi importée qui sacrifie les recettes de la croissance ; les systèmes sociaux (il n’y a pas que la Sécurité sociale) destinés à compenser, à rééquilibrer les situations personnelles et que chacun a vu se faire détruire progressivement; l’Europe et la mondialisation qui ont complètement éloigné les citoyens de ces sphères nouvelles de décision ; l’enseignement qui les a progressivement écartés de l’école et de la compréhension même des choses les plus élémentaires pour aider leurs enfants à espérer avoir une vie plus agréable qu’eux ; la politique enfin qui ne propose plus grand-chose d’exaltant ni d’alternative... La récente sortie de la FGTB de Charleroi contre un certain PS (« La Libre » du 30 avril 2012) le montre encore… « A force de composer, on finit par se décomposer » dit à juste titre Daniel Piron dans cette interview.

 

Enfin, facteur d’aliénation, le bond technologique et surtout médiatique auquel les Wallons se sont d’ailleurs très bien adaptés mais qui a curieusement eu deux mauvaises conséquences quant à leur liberté : il a inversé les rapports de force, rendant le client vassal du fournisseur, et il les a éloignés de leurs réalités en créant une véritable addiction aux médias - si peu - sociaux et aux nouveaux gadgets High Tech…

 

Bref, pour chaque Wallon, un destin devenu aléatoire a remplacé peu à peu la maîtrise relative que celui-ci avait eue dans le passé sur toutes ces réalités. Avec pour conséquences perverses une certaine forme de repli sur soi, un désintérêt affiché pour la chose publique, la réduction de sa place et de son engagement dans la vie civile, pourtant gage du bon fonctionnement et de la qualité de la démocratie. Il ne faut pas chercher ailleurs les causes de la poussée de certains partis aux élections présidentielles françaises.

 

Et chez nous ? Dans les partis traditionnels qui ont mis des barrières à l’entrée des partis émergents, facteurs de renouvellement et qui, en conséquence, occupent le pouvoir depuis tant de temps, où sont donc passés les militants sincères et désintéressés ?

 

Démocratie ? Oui le voilà, le véritable enjeu des prochaines années: aider les Wallons à reprendre la main sur leur destin plutôt que les maintenir sous le joug d’une fausse et illusoire protection belge.

 

Il est temps d’arrêter la poursuite d’une politique qui accentue la perte vertigineuse qu’ils ressentent - à juste titre - dans la conduite de leur vie ; mais aussi celle consistant à vouloir les protéger à tout prix contre la réalité soi-disant inéluctable du monde à venir. Une autre manière en somme, après les avoir fragilisés, de les maintenir dans l’infantilité.  

Il faut dire que la seule certitude en la matière, c’est qu’il n’y en a pas. Il n’y en a jamais eu.

 

A nous, au Rassemblement wallon, de leur offrir la perspective du changement qui, non seulement rompra avec ce passé atrophiant quant à leur liberté de choisir, mais leur ouvrira de nouveaux horizons en les responsabilisant et en leur redonnant ce « goût de l’avenir » dont Max Weber disait qu’il est le fondement de la politique.

 

(*) Après des travaux fondateurs comme ceux de M. Michel Quévit, un consensus s'est dégagé pour reconnaître que la Wallonie a souffert d’un désinvestissement des décideurs économiques belges au profit de la Flandre, à savoir la haute bourgeoisie bruxelloise placée à la tête des sociétés holdings qui contrôlaient une grande partie du capital des entreprises belges.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse
commenter cet article

commentaires

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...