Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 19:05

A l’heure où j’écris ces lignes, nous ne savons pas encore quelle sera la décision des dirigeants de la Communauté (Région ?) de langue allemande. Mais peu importe. C’est l’occasion de prendre du recul et de mettre des tabous en question. Après tout n’est-ce pas notre rôle ? Dire comme le fait certain parti qui se veut à l’avant-garde de l’action wallonne qu’il ne faut pas, en termes de programme, aller vers des sujets qui fâchent arguant que le pluralisme est sa richesse. Citant en exemple le Rassemblement Wallon (qui lui avait bel et bien un programme institutionnel, social, culturel et économique d’avant-garde) qui se serait déchiré pour cette raison, alors que ceux qui s’en souviennent savent qu’il a été détruit par l’autoritarisme et le manque de vision politique de son dirigeant de l’époque qui préférait, alors comme aujourd’hui, surfant sur l’émotivité de militants de base peu éclairés, les attaques « ad hominem » aux débats d’idées. Mais soit, ne tirons pas sur l’ambulance.

 

Il n’est pas suffisant, ni même efficace d’appeler à voter sur base d’une conviction, sans étayer celle-ci d’arguments solides. C’est même irresponsable. Osons dire la vérité.  Osons sortir de la pensée unique. Oui, il faut aller vers la scission de BHV. Oui, il faut accepter la création d’une région (de langue) allemande autonome.

Ou rester définitivement belge (c'est-à-dire, même plus Wallon !) à jamais !

 

Rationnellement, en dehors de la défense de quelques droits individuels qui ne sont que fort peu menacés, pourquoi faudrait-il « mourir pour BHV » ? Pour sauver la Belgique ? Allons, arrêtons de rire !

Faut-il rappeler que les fédéralistes dans le mouvement wallon ont décidé depuis 1923 et la démission de Jules Destrée (*) de l'Assemblée wallonne (**) de ne plus défendre les Flamands francophones, au moins comme collectivité. Le groupe « Destrée » se disant clairement « séparatiste et ne voulant plus défendre les francophones de Flandre ». Il préconise « une solution fédéraliste car il estime que la défense de la langue française en Flandre permettrait alors les mêmes revendications de la part des Flamands pour la Wallonie ». C’était il y a 86 ans… Et Philippe Moureaux (Bruxellois-PS) n’affirme-t-il pas d'ailleurs dans « Le Soir » de ce jour qu'il faut négocier « sans tabou, en acceptant des concessions ».

A l’heure où le FDF veut exporter les problèmes communautaires bruxellois en Wallonie, faut-il donc continuer à défendre le principe (initialement provisoire avant d’être bétonné, remis en question, re-re-bétonné, etc…) des facilités linguistiques ? Ce principe ne se justifie que si on réfléchi à un avenir dans le cadre belge avec une extension (comprenez une division de la société) de la « diversité culturelle » (lisez du communautarisme).

Nous manquons décidément, en Wallonie, d’hommes de conviction et de responsabilité comme Jules Destrée ou François Bovesse.

 

Revenons-en aux facilités. Et adoptons un point de vue de raison sur leur maintien par rapport à la cause de la réunion de la Wallonie à la France, peu important ici la manière dont cette réunion se ferait.

 

Si le destin de la Wallonie et de Bruxelles, en cas de scission de la Belgique, a fait l’objet de quelques publications ces dernières années (pensons aux écrits de Demelenne, Javaux ou Gheude) ces écrits font l’impasse sur un obstacle majeur. La France, qui est sans minorités nationales, où tous les citoyens sont égaux devant la loi sans distinction d’origine, de race ou de religion se verrait confrontée de facto – dans la situation actuelle –  à une situation contournant la Loi républicaine puisque devant intégrer, dans le cas de Bruxelles de nouveaux citoyens (mais peut-on encore parler de citoyens dans ce cas) qui revendiqueront le respect scrupuleux de leurs droits, linguistiques et politiques, au sein de l’Etat français, en l’occurrence un équivalent du statut particulièrement avantageux qui est le leur à ce jour dans la future ex-capitale belge. Ils n’y représentent que 10% de la population, mais occupent, quel que soit le résultat des élections, un quota forfaitaire d’un peu plus de 20% des sièges au Parlement bruxellois, sans compter d’autres avantages.

Il pourrait en être de même pour les habitants des communes de Wallonie avec facilités en néerlandais (Comines; Mouscron; Flobecq; Enghien). Et je n’oublie pas les Fourons annexés pour lesquelles il faudra trouver une solution.

Et enfin, quid des 70 000 habitants concentrés dans les neuf communes composant la Région linguistique germanophone en plein processus d’autonomie ? (***)

 

La voie qui nous mènera vers la France sera celle d'un Etat intermédiaire (Wallonie), les citoyens, le Parlement wallon... le voudront ainsi. Les vues assimilationnistes de certains n’ont aucun avenir immédiat. Ces derniers parlent aussi d’obtenir pour la Wallonie et Bruxelles un « statut particulier dans la République », un statut comme celui de la Corse, « dont l’assemblée et l’exécutif possèdent des pouvoirs plus élargis que les autres régions », de l’Alsace, avec son régime local de Sécurité sociale, son enseignement religieux et ses classes bilingues héritées de l’occupation allemande, voire de la Polynésie, « dotée depuis 2004 d’une autonomie renforcée ». En juillet 2008, souvenez-vous, Daniel Ducarme, a concocté avec un groupe de juristes belges francophones et français une loi organique composée de pas moins de 132 articles constitutifs d’un « statut d’autonomie de la Belgique française ». Ce texte établit les bases d’une association « à la polynésienne » de la Wallonie et de Bruxelles avec la France… Certes, une possibilité parmi d’autres.

 

Quelle que soit l’approche entre l’association d’Etats, réaliste pour la République et l’assimilation brutale difficilement acceptable par les « assimilés », il me parait inconcevable que la France accepte une modification radicale de sa nature même en introduisant chez elle la reconnaissance de minorités. Renonçant de fait à sa qualité d’Etat-nation. Elle ne pourrait, en effet, ensuite refuser aux uns, à tous ceux qui y militent pour l’établissement d’un ordre ethnique, ce qu’elle aurait accordé à d’autres. Au lieu de renforcer la France, l’arrivée de ces « Belges néo-francophones » risquerait au contraire de la détruire.

 

Voilà une belle raison de militer pour la suppression des facilités et en revenir à l’homogénéité linguistique des territoires. Y compris pour la future quatrième région. Robert Collignon l’avait pressenti comme il l’avait rappelé dans une interview à John Erler, parue dans Le Matin du 16/7/98.

 

Il faut savoir que tout cela se passe dans un débat géostratégique qui dépasse le cadre belgo-belge. Restons dans le cadre de la région de langue allemande, on l’a vu, le parti autonomiste PRO-DG a le vent en poupe. Karl-Heinz Lambertz, plaide pour davantage d’autonomie. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est aussi partisan d’une mise en réseau des minorités en Europe. Son gouvernement et son Parlement se tourne vers l’Allemagne, en vue d’une interconnexion aussi étroite que possible avec le land voisin de Rhénanie du Nord-Westphalie, mais aussi qu’avec des minorités allemandes dans différents Etats européens (Italie, Hongrie, Roumanie). Rien que de très logique. Après tout, nous en faisons de même dans ce qu’on appelle le monde francophone.

 

Plus inquiétant, depuis quelques années, la Communauté germanophone s’est rapprochée de la FUEV (Föderalistische Union Europäischer Volksgruppen/Union Fédéraliste des Communautés Ethniques Européennes) où elle figure parmi les « institutions étatiques » qui la soutiennent financièrement. La FUEV, dont le siège se trouve à Flensburg (Schleswig-Holstein), poursuit la politique des minorités menée par l’Allemagne dans les années 1920-1930, y compris les « congrès des nationalités ». L’un de ses objectifs est l’attribution de droits collectifs aux minorités, pour une recomposition de l’Europe en fonction de critères ethniques.

 

Très proche du ministère fédéral allemand de l’Intérieur, qui participe à son financement, cette ONG a su imposer son influence au sein du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne. Son lobbying intensif a fait d’elle un des maîtres d'œuvre de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires (1992) et de la convention cadre pour la protection des minorités nationales (1995). Ces textes contribuent tous à « l’ethnicisation  du politique », et amputent d’autant les conquêtes de la Révolution que sont les droits individuels de l’Homme et la volonté de vivre ensemble dans une communauté voulue que l’on appelle « nation ». « Une et indivisible » dans le cas de la France. Dans l’hypothèse d’un éclatement (ou plutôt d’une évaporation si nous n’en prenons pas l’initiative) de la Belgique et de la réflexion autour d’une réunion de nos régions (je reste volontairement vague !) à la France, nous aurons donc une grande responsabilité et il est important de peser tous les aspects, dans l’intérêt même de la France. En intégrant tels quel « les reliquats de la Belgique », la République ouvrirait ses portes à la FUEV qui travaille à son démantèlement !

Quel que soit l’avenir, il faut se prémunir de tout communautarisme (et pas uniquement linguistique d’ailleurs… que penser de l'introduction du débat sur les « accomodements raisonnables » ?). Sous couvert de promouvoir une certaine diversité – signe de richesse- une certaine Europe vise aussi à détruire les (vrais) Etats nations qui font l’originalité de notre modèle de développement par leur cohésion interne et l’émulation qu’ils entretiennent entre eux. C’est la vraie diversité.

 

Je devine que ce billet ne plaira pas beaucoup aux intégristes vociférants de tout bord. Mais comme l’écrivait Paul-Marie Coûteaux, « Tout reste possible aussi longtemps que la politique existe. Sans la politique, qui ressaisit les êtres et les hisse à la hauteur de l’histoire, les hommes sont perdus de solitude ».
A nous de définir pour notre région un projet qui soit vraiment politique.

 

 

 

(*) Il rejoindra le « Comité d’Action wallonne de Liège » qui deviendra la « Ligue d’Action wallonne ».

Faut-il rappeler que le premier congrès de la Ligue d’Action wallonne en 1924, ce Congrès fût qualifié «d’autonomiste » parce qu’on lui a reproché de revendiquer l’autonomie wallonne et ainsi « d’adhérer au programme flamingant » (…). Les participants étant qualifiés avant tout d’anti-belges et se proclamant déjà eux-mêmes « réunionistes ».

Jules Destrée critiquant à cette occasion les partisans des (déjà !) ultimes tentatives de conciliation en des termes qui, dans l’esprit lyrique de l’époque, sont toujours brûlants d’actualité : « c’est le sang pur et ardent de l’Assemblée wallonne qui la quitte, et ce qui va rester de l’Assemblée wallonne ne sera plus qu’un corps exsangue et sans vie qui pourra encore être traité avec complaisance par la presse nationaliste (comprenez belge unitariste) mais qui aura perdu toute autorité et toute influence. Joli résultat ! C’est la course au suicide sous prétexte d’ « unionisme » ».

 

(**) L’Assemblée Wallonne a eu une grande influence jusque dans les années vingt mais perdit sa représentativité et sa crédibilité dans les années trente par son aspect académique, ses thèses, très modérées, n’évoluant pas : elle défendra toujours une union belge corrigée par une séparation administrative, et le maintien de la langue française en Flandre – on croirait retrouver le programme du FDF…

 

(***)

·          1962 et 1963 : Introduction du principe territorial dans la législation  régissant l'emploi des langues dans les matières administratives et création de la région de langue allemande. Le territoire de la future Communauté germanophone est ainsi délimité.

·          Première réforme de l’Etat (1968 - 1971) : Esquisse des contours d’une autonomie politique. Elle institua une assemblée : « Communauté culturelle allemande », à l’instar des communautés culturelles française et néerlandaise. Les compétences étant exclusivement limitées aux matières culturelles.

·          Deuxième réforme de l’Etat 1980 – 1983 : Un nouvel article de la Constitution stipula que la Communauté pouvait voter des décrets dans les matières culturelles, les matières personnalisables, ainsi que les relations internationales et intercommunautaires. En accord avec la Région wallonne, elle a pu à partir de ce moment exercer des compétences régionales. Depuis l’entrée en vigueur de la seconde réforme de l’État, le Conseil est chargé de constituer l’exécutif.

·          31er décembre 1983 : Signature de la loi sur la réforme institutionnelle concernant la Communauté germanophone. Changement de nom de Communauté culturelle en Communauté. Le 30 janvier 1984, le nouveau Conseil de la Communauté germanophone se réunit pour la première fois et élit le premier gouvernement communautaire.

·          Troisième réforme de l'Etat (1988-1990) : Transfert des compétences en matière d'enseignement.

·          Quatrième réforme de l'Etat (1993 - 1994) : Le système parlementaire belge distingue les compétences de la Chambre et du Sénat. Le Conseil de la Communauté germanophone désigne un de ses membres qui le représente au Parlement fédéral en tant que sénateur de Communauté.

·          Loi du 16 juillet 1993 : Les compétences de la Communauté germanophone étendues par l’ajout de la législation qui régit les Centres Publics d’Aide Sociale. Adaptation du système de financement.

·          La région de langue allemande constitue un arrondissement électoral à part entière pour les élections européennes.

·          Depuis le 1er janvier 1994, la Communauté germanophone est pour la première fois responsable de l’exercice de compétences régionales, à savoir la protection des monuments et des sites (les fouilles archéologiques exceptées). D’autres compétences régionales furent ajoutées en 2000 (la politique de l’emploi) et en 2005 (le contrôle et le financement des communes).

·          Le 20 mai 1997, l’article 130 de la Constitution fut élargi à un cinquième point stipulant que le Conseil de la Communauté germanophone régissait à l’avenir par des décrets l’emploi des langues dans l’enseignement.

·          Cinquième réforme de l’Etat en 2001, les communes reçurent des moyens financiers plus élevés de la part de l'Etat fédéral. La Communauté germanophone élabore son règlement propre en ce qui concerne le contrôle des dépenses électorales, les communications gouvernementales et le financement complémentaire des partis.

·          2006 : Adhésion à la FUEV

·          Juin 2008 – Importante progression du PRO-DG, parti à vocation clairement autonomiste.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

Jérôme Pétion 27/10/2009 16:30


Post-scriptum
J'ignorais la position annexionniste des "réunionnistes" bruxellois (qui doivent se compter par dizaines). Merci pour l'info.
Elle conforte nos opinions.
La scission de BHV devient une condition majeure pour COUPER LE CORDON OMBILICAL entre la Wallonie et Bruxelles.
Bruxelles, et pas seulement la Flandre, fait de plus en plus de tort à la Wallonie.
Grave oubli: j'avais oublié que les Flamands, bien entendu, ne voudraient jamais de Bruxelles rattachée à la France. Les voilà ainsi alliés objectifs du FDF maingainiste et... de
l'islamo-écolo-socialisme bruxellois qui préfère prospérer librement (?) à l'abri de lois laiques et républicaines. Curieux rapprochement, non?
Si les Wallons continuent à tirer sur Bruxelles pendant que Bruxelles tirent sur les deux autres cordes, l'autonomie REELLE est remise au millénaire prochain! Au moins!


Thierry R. 25/10/2009 10:08


Ceci ne se rapporte pas à cet article, mais suite à votre réponse précédente, êts-vous au courant que les "réunionistes bruxellois" qui suivent monsieur Gendebien et qui se sont présntés aux
dernières élections régionales à Bruxelles ne sont guère différents du FDF et de ses volontés annexionistes ?
Voici ce qu'on trouve sur leur forum de discussion :
"(...) pour que BXL ne sont pas enclavée ni limitée à un trop petit territoire, la Région de Bruxelles pourrait fort bien comporter :BXL, l'intra-ring + le brabant wallon. C'est une zone cohérente
démocratiquement... avec encore des zones importantes non construites qui pourraient accueillir un aéroport international de BXL sans nuisance et pourvoyeur d'emplois (à distance utile de BXL (ni 2
km comme Zaventem, ni 50 comme Charleroi mais +-20 comme Charle de Gaules. Payable en taxi, en somme.)"

En gros, prendre la région la plus riche de Wallonie et en tentant d'asphyxier l'aéroport wallon. Il n'y à pas a dire, c'est séduisant !


Claude Thayse 25/10/2009 11:35


En effet...
Pour plagier ce vieux proverbe, "solidarité bien comprise commence par soi-même" !


Jean-Sébastien Jamart 24/10/2009 23:32


Excellente analyse et toute logique pour le cadre français dans lequel nous serons un jour. J'ajouterai que dans ce cadre, il n'est pas utile non plus d'exiger à cor et à cris que la Belgique
ratifie la convention de protection des minorités, à laquelle la France s'est fortement opposée au Conseil de l'Europe pour toutes les raisons que tu as si bien décrites. Finalement, exiger le
maintien de BHV et la ratification de la convention sur les minorités, c'est encore raisonner en "belge" et revendiquer en "belge" qui tient à la Belgique.

Cela dit, rien ne nous empêche par contre d'exiger et de manifester de toutes nos forces pour que des consultations populaires aient lieu dans les communes de la périphérie (et à Fourons ?) pour
voir à quelle région (et un jour à quel Etat : France ou Flandre) elles veulent appartenir. Et pourquoi pas, si la situation s'envenime avec la scission unilatérale de BHV, organiser des
consultations populaires "illégales" à l'initiative des bourgmestres concernés ? Quel retentissement cela pourrait avoir si ces communes "se rattachaient" à la Wallonie ou à Bruxelles, par la voie
populaire, fût-ce de manière illégale. Bon d'accord, je "rêve" mais finalement, ne serait-ce pas le meilleur moyen d'allumer la mèche ?


Claude Thayse 25/10/2009 07:02


Je partage tout à fait ton avis. Il est sans doute plus facile et rentable électoralement pour ces "bourgmestres périphériques" de jouer aux victimes. C'est dans la logique du FDF qui a intérêt à
entretenir le conflit depuis 50 ans en prenant bien garde de le faire éclater.
Mais qui osera jamais le dire ?

Un détail qui ne t'aura pas échappé, mon analyse se base sur l'état actuel de la Constitution et des coutûmes françaises. Je n'y fait pas allusion à la reconnaisance depuis mars dernier des langues
régionales qui font désormais partie du patrimoine français (au nombre desquelles le flamand, l'allemand et le wallon!) parce que les locuteurs reconnaissent la primauté du français et qu'ils sont
intégré en qualité de Français à part entière en fonction d'un désir d'appartenance et d'adhésion. Et toujours ce principe d'égalité. Principe qui est violé en Belgie-que avec l'application de
droits particuliers particulièrement favorables pour certaines minorités...


Jérôme Pétion 22/10/2009 12:33


Bravo pour votre courageux et très lucide commentaire.
Au vu des considérations suivantes:
- La "solidarité Wallonie-Bruxelles" et d'ailleurs plus largement cette notion absurde de "communauté française" (un nom mal choisi, impropre, à moins que prémonitoire?) sont totalement fictives,
culturellement et économiquement. A partir du moment où il y avait deux régions, les Bruxellois auraient dû être conséquents et développer leurs politiques régionales indépendamment. Au lieu de
cela, ils ont gaspillé (administration pléthorique), organisé le sous-développement économique (taxation, fuite des entreprises en périphérie, économie de plus en plus "service public"....) et
social (immigration massive et incontrôlée, assistance, ghettoisation, islamisation...). Il est de bon ton de parler du déclin wallon, mêmme chez les "bobos" brusseleirs. Qu'ils regardent
à l'intérieur. Bruxelles est une région déclinante, dont la prospérité dépend principalement des navetteurs (flamands surtout) et de l'Eurocratie.
- Les Bruxellois se sont de tout temps gaussés des Wallons et pavannés dans une "idéologie" (si peu) de "gens de la capitale" principaux défenseurs de la vieille Belgique. En dépit de l'héritage de
pères fondateurs aux intentions parfois louables, le FDF actuel, et notamment M. Maingain, symbolise très bien cette attitude.
- Halle et Vilvoorde sont en Flandre. Et quand on s'installe dans une région, on essaie de parler la langue! Punt is af!
- Bruxelles est un boulet financier, économique, social et culturel pour la Wallonie. Autant, si pas plus que l'inverse. Le taux de chômage à Bruxelles est, de loin, supérieur à la moyenne
wallonne. Sans parler des poches de pauvreté et d'assistance.
- Prôner l'anschluss par Bruxelles de parties des Brabant est non seulement irresponsable mais dangereux. C'est la quasi-certitude à terme de l'extension de la pauvreté et de la tiers-mondisation
du centre de la région. Que les prétentions annexionnistes des Bruxellois soient reprises en compte par des Wallons est stupéfiant, et humiliant pour la Wallonie.
- Une Wallonie indépendante s'avérant impraticable, malheureusement, les solutions les plus réalistes sont le maintien d'une Belgique (fédéralisée au maximum) ou le rattachement à la France, sous
une forme où l'autonomie doit être garantie.
- Ni la France, ni l'Europe, ni... les Bruxellois n'accepteront jamais l'idée que Bruxelles soit capitale de l'Europe et française.

En conséquence, LES WALLONS DOIVENT LAISSER TOMBER BRUXELLES!
Et entamer dès à présent la marche vers un autre destin.


Claude Thayse 23/10/2009 08:39


Voilà un avis tranché et définitif !  


francolatre 20/10/2009 16:38


N'est-ce pas sous la houlette de Henri Mordant que le Rassemblement wallon a peu à peu évolué vers le néant?


Claude Thayse 21/10/2009 11:52


Henry Mordant a essayé de sauver ce qui était encore possible après les épisodes catastrophiques du "retour aux sources, du "fédéralisme intégral à la Proudhon " et l'exclusion de
François Perin et des réalistes.
Il n'a pas été aidé, mais plutôt saboté... Passant son mandat à éteindre des feux allumés par d'aucun.


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...