Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 18:23
La presse fait grand cas d’une interview de deux universitaires de l’UCL : Isabelle Thomas, géographe et Jacques-François Thisse, économiste dont les premières conclusions concernant une étude des relations entre Bruxelles et la Wallonie ont été publiées sous le titre « Bruxelles et Wallonie : une lecture en termes de géographie et d’économie urbaines » «en octobre 2006.
 
La question sous-jacente à leur étude était : « Dans quelle mesure le découpage administratif et politique de la Belgique correspond-il à sa réalité économique et urbaine ? ». La réponse ne pouvait bien entendu qu’être négative, avec d’inévitables nuances.
 
Il est bien connu que l’activité économique se développe autour des grandes métropoles (*) qui cherchent à accroître leur rayonnement international, en s'appuyant sur leurs filières d'excellence dans l'industrie, la recherche, l'enseignement supérieur, etc… et que, pour la Wallonie, ces métropoles sont toutes situées en dehors de son territoire. Pour des raisons historiques d’hyper-centralisation politico-économique à Bruxelles et pour des raisons politico-volontaires de laisser-aller économique liées à cette centralisation bruxelloise et de favoritisme nationaliste de développement de la Flandre, l’axe Liège-Charleroi a été abandonné par l’Etat belge.
Les deux auteurs le constatent implicitement en mettant en avant la densité du maillage urbain entre les différentes villes en Flandre et sa pauvreté en Wallonie. Cette dernière n’étant pas maillée puisque reposant presque exclusivement sur le seul sillon Sambre et Meuse avec des liaisons passant obligatoirement par Bruxelles. Il suffisait de regarder une carte autoroutière ou ferroviaire pour s’en rendre compte…
 
Je suis d’accord avec eux quand ils disent que « les gouvernements wallons n’ont jamais élaboré un projet politique et économique clair, reposant sur des choix stratégiques précis qui résulteraient eux-mêmes d’une véritable analyse de la situation de la Wallonie au niveau international. La méconnaissance – voire le rejet chez certains -de l’économie de marché a empêché l’élaboration d’un programme de développement crédible et le choix d’outils efficaces, ce qu’a pourtant fait la Communauté flamande en dépit de divergences réelles parmi ses responsables. » Ou que : « Les (dirigeants !) Wallons doivent se débarrasser de nombreuses habitudes déplorables et mener des politiques proactives. Celles-ci doivent reposer sur une analyse serrée de la réalité et non sur des chimères (Ici je mettrais en premier la chimère de l’existence de la Belgique unie !), pour être ensuite évaluées selon des méthodes et procédures sérieuses. » Nous ne disons rien d’autre. Il suffit de voir ce qui a été fait dans les Région Nord-Pas-de Calais, Loraine ou Champagne-Ardenne toutes proches.
Certes, nous ne possédons plus de ville pouvant faire actuellement effet de métropole interne. Mais il y en a d’autres que Bruxelles et Luxembourg citées dans l’étude et aussi proches (Lille, Valenciennes ou encore Maëstricht). Sans compter que Si Liège ou les villes du Hainaut sont en difficulté, elles ont un potentiel urbain et scientifique certain propice à un redéveloppement.
Là où je ne les rejoins pas non plus; évidemment, c’est dans leur analyse restrictive des conséquences d’une évolution institutionnelle du pays. Certes, ils ont raison de dire qu’il y a peu de chance que la Flandre renonce rationnellement à Bruxelles, tout en ajoutant qu’elle pourrait économiquement le faire. (Ce qui rejoint les conclusions du Groupe de la Warande et de nombreux décideurs flamands). Ils ont également raison de mettre en avant les aspects catastrophiques d’un repli régionaliste wallon et l’absence d’une identité forte et militante. Mais je leur reproche de n’envisager qu’une seule possibilité à l’exclusion de toute autre : le partenariat entre Bruxelles et la Wallonie. Et même une sorte de fusion (des exécutifs en tous cas, avec, ils le sous-entendent, une absorption de communes du Brabant wallon par Bruxelles, rien de moins - On croirait lire le programme du FDF !) avec le départ des Institutions et administrations de Namur vers Bruxelles… Comme si il n’y avait de solutions possibles ou envisageables que dans le cadre belge !
Les deux auteurs espérant par là donner un « gain politique à Bruxelles (où –reconnaissent-ils – la majorité francophone ne survivrait pas dans un environnement flamand) et un gain économique à la Wallonie »… Malgré le fait que « les espaces découpés ne se laisseraient pas facilement faire » puisqu’ils ne correspondent pas à une réalité socio-économique, mais surtout culturelle profonde.
 
Conclusion, comme je l’ai déjà écrit, il ne faut pas confondre Hinterland (ou zone d’attraction économique) économique et découpage politique. Et faire coïncider les deux sans tenir compte de l’histoire, la culture, les différences d’environnement sociologiques, etc… Que se soit pour des raisons politiques ou économiques. On l’a vu avec l’éclatement des anciens pays du « bloc de l’Est » (Tchécoslovaquie, Yougoslavie) ou à contrario par la réunification allemande. Les peuples ne se laissent pas faire très longtemps. (177 ans de Belgique, c’est donc un record !)
 
(*) Lire à ce propos :Jean-Claude BURY - Conseil économique et social : Paris; Journaux officiels;2003;262 pages (Journal officiel de la République française, avis et rapports du Conseil économique et social)
« Le développement de quelques grandes métropoles de taille européenne représente un enjeu essentiel pour l'attractivité et la structuration de notre territoire. Pour inscrire la France dans cette dynamique mondiale de métropolisation, le Conseil économique et social propose cinq axes d'action : maîtriser l'urbanisation, assurer une bonne gouvernance métropolitaine, renouveler le partenariat avec les régions, privilégier la contractualisation avec l'Etat et permettre l'émergence de métropoles transfrontalières. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Carnet de campagne
commenter cet article

commentaires

didier 17/04/2007 08:42

Bonjour Monsieur Thayse, Bonjour Claude,
Si je puis me permettre ... je pense déceler dans cette invervention, comme dans plusieurs autres, une certaine tiédeur au rapprochement Bruxelles-Wallonie. Vous semblez préférer une Wallonie toute seule à la France, et tant pis pour Bruxelles. Est-ce que je me trompe?
Pour moi, les deux régions sont indissociables. Une rédéfinition de l'espace politique belge devrait, au delà des aspects économiques (vous parlez d'hinterland) réunir les populations selon leur identité culturelle avant tout (avec comme résultat Bruxelles/Wallonie d'un côté et Flandre de l'autre, les germanophones m'excuseront de les exclure de ce schéma simplifié).
La population des régions wallone et bruxelloise est francophone, et je verrais bien Bruxelles capitale de la Wallonie (que ce soit dans un état belge confédéral, provisoirement, ou en France). Bruxelles est la seule métropole francophone qui puisse faire l'affaire si j'ose dire.
Pourquoi une "fusion", un rapprochement bi-latéral Bruxelles-Wallonie/6 communes à facilité excluerait-il quelque scénario futur que ce soit (et je pense naturellement à la réunion à la France)?
Serait-ce parce que les francophones bruxellois ont plus encore tendance que les wallons à céder à un Belgicisme indécrottable?

Claude Thayse 18/04/2007 16:39

Pas du tout. Vous vous trompez. Ou bien me suis-je mal exprimé. Je souhaite sortir du débat inspiré uniquement par des aspects économiques. Les deux régions sont indissociables, comme le sont deux régions françaises. Et devraient être telles demain quand la réunion sera acquise. Mais, vous ne pouvez nier  que même si les deux régions sont francophones, il y a une résistance certaine de la part des populations tant bruxelloises que wallonne à une fusion. Pour toutes sortes de raisons (bonnes ou mauvaises) culturelles, historique, sociologiques ou autres.Bruxelles est actuellement la principale métropole francophone ? Certes, mais la situation sera bien différente après la réunion à la France. La solidarité "nationale" (ce mot est devenu suspect, mais je n'en ai pas d'autre) jouera alors en faveur du développement (ou du redéveloppement) d'un centre politico-économique dans la "Région Wallonie", tout comme pour Bruxelles.En ce qui concerne la région de Bruxelles, et surtout du sort des francophones de la périphérie, il faut surtout éviter d'accepter d'en figer les frontières. Que se soit dans un Etat confédéral (qui aurait des conséquences dramatiques) ou une siscion de l'arrondissement de BHV. Je vous invite à relire cette carte blanche : http://www.claude-thayse.net/article-1742811.html (L'heure décisive approche pour les Bruxellois) où j'explique mes raisons.Il n'y a aucune raison - bien au contraire - de ne pas maintenir une solidarité essentielle entre Bruxelles et la Wallonie. Mais pas pour faire n'importe quoi. Je suis "tiède" (et c'est peu dire)  pour un rapprochement dans le cadre belge, certes. Ce sont les Wallons et les Bruxellois qui ont voulu que ces deux régions soient politiquement autonomes. N'oublions pas l'histoire. Je me méfie des arrières pensées de certains politiciens. De leurs fausses bonnes idées. Il est difficile d'entrer ici dans tous les détails d'une position qui n'est pas univoque. Je serai heureux d'en discuter plus longuement avec vous à l'occasion. Enfin, il faut aussi envisager que la réunion des deux régions soit séquentielle. Laissons les peuples décider.

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...