Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2007 4 04 /01 /janvier /2007 18:38
Michel Konen, le rédacteur en chef de la Libre Belgique était ce matin l’invité de l’émission « matin première » à la RTB(f) pour l’évocation des grands enjeux de l'année 2007.
 
Pour l'anectode, difficile d’éviter l’actualité judiciaire d’entrée de jeu et de parler de « l’Affaire Laurent » qui bien qu’il soit le principal bénéficiaire des détournements organisés par les militaires n’a toujours pas été interrogé, même comme témoin. Mais bon, ce n’est là qu’un signe supplémentaire de la déglingue du régime.(*)
 
Plus interpellant, son opinion à propos de la musculation qui est tout doucement en train de se préparer en vue du « dialogue » communautaire qui suivra les élections : ce qui frappe le plus Michel Konen dans la démarche actuelle du monde politique, c'est qu'on ne parle plus de la réforme de l'Etat qu'en terme privatif. « Ceci est bon pour la Flandre, ceci est bon pour la Wallonie, plus personne ne dit : ceci est bon pour la Belgique ». Faut-il encore réformer le pays ? Faudra-t-il refédéraliser certaines matières, en régionaliser d'autres ?  Réaliste, Konen constate que la discussion ne se pose pas dans ces termes-là : « Pour l'instant du moins, chacun regarde dans son assiette et veut la garnir au maximum. C'est comme si plus personne ne se préoccupait de l'avenir du pays en tant que tel ».  Il a raison, mais ce n’est pas neuf. Il rejoint là notre diagnostic.
Pourquoi, alors contre toute évidence se sent-il obligé d’ajouter : « Je pense que la grande réforme, celle qui peut mieux organiser notre devenir commun, sera celle qui repartira du sommet de l'Etat et qui voudra rebâtir la « Maison Belgique » et pas simplement ajouter des annexes à gauche et à droite ». Le virus de pensée est bien toujours actif.
 
D’autant plus qu’à la question d’une auditrice portant sur le réchauffement climatique et s’étonnant que ce combat ne soit porté ni en Flandre, ni en Wallonie, par une personnalité médiatique, Konen s’en tire par une pirouette reprenant le vieux refrain : « Il faut sortir des problèmes communautaires qui occupent surtout le monde politique pour enfin s’occuper des vrais problèmes ».
Nous ne pouvons que dénoncer ces propos. Si ces fameux « problèmes communautaires » étaient si négligeables, si peu porteurs, si peu essentiels en terme économiques, culturels, sociaux écologiques, pourquoi les politiques qui se « veulent sérieux » y ont-ils consacré tant d’énergie depuis 60 ans ?
 
La vérité, c’est que les autorités belges se moquent de Kyoto, du climat et de la planète !
La vérité, c’est qu’ils savent que ce qui empêche de s’en occuper, c’est l’existence même de la Belgique.
 
Rappelons-nous. C'est au terme d'âpres négociations qu’en mars 2004 un compromis est finalement intervenu, qui devait permettre à la Belgique de remplir les obligations qui lui ont été assignées dans le cadre du Protocole de Kyoto. Dans le cadre de celui-ci, elle s'est en effet engagée à réduire globalement d'ici 2008-2012 ses émissions de CO2 de 7,5 % par rapport à la situation de 1990. But de la manoeuvre: commencer à lutter contre les changements climatiques.
 
Mais voilà, les Régions n'étaient jusqu'alors pas parvenues à s'entendre (et pour cause !) sur la clé de répartition des efforts à fournir par chacune des parties pour atteindre cet objectif.  Pour répondre à ses obligations (-7,5pc donc), la Belgique devrait émettre 135,27 millions de tonnes de CO2 en 2008 contre 146,24 millions de tonnes en 1990. Mais, compte tenu des émissions mesurées en 2001, soit 149,30 millions de tonnes de CO2, un déficit de 14,03 millions de tonnes de CO2 devra en définitive être épongé.
Plus précisément :
•          Région wallonne: émissions de 1990 -7,5 % = 50,23 Mton CO2-eq
•          Région flamande: émissions de 1990 -5,2 % = 83,37 Mton CO2-eq
•          Région Bruxelles-Capitale: émissions de 1990 +3,47 = 4,13 Mton CO2-eq
 
Selon les termes de l'accord, la Flandre, grosse productrice de gaz à effet de serre, pourra émettre 83,37 millions de tonnes d'équivalents CO2 par an à partir de 2008 - soit -5,2% par rapport à 1990 et 2,02 millions de tonnes étant prises en charge par le Fédéral -; la Wallonie 50,23 millions de tonnes - soit -7,5% par rapport à 1990 - et Bruxelles 4,13 millions de tonnes - soit +3,475% par rapport à 1990 et 0,44 million de tonnes étant là aussi à charge du Fédéral. Cela signifie qu’au total, il est alloué aux régions plus de droits d’émission (137,73 Mton CO2-eq) que ce qui est prévu pour la Belgique par le protocole de Kyoto (135,27 Mton CO2-eq). L’autorité fédérale compensera cette différence en achetant des droits d’émission sur le marché international. Cela revient à l’achat de droits d’émission ( !) pour 2,46 Mton CO2-eq par an, au cours de la période 2008-2012. (**)

Pourquoi ces différences ? En raison de l'expansion économique qu'a connue la Flandre dans les années 90 d'une part et du fait que, pour Bruxelles, on a tenu compte de l'importance des émissions dues notamment à la circulation automobile, ainsi qu'à la présence de nombreux bureaux et habitations. On peut s’étonner de l’effort à fournir en Wallonie dans la mesure où en 2001, les émissions y avaient déjà diminué par rapport à la situation de 1990. Globalement, elle est déjà dans les norme de Kyoto, mais solidarité nationale oblige… (Tiens, dans ce sens là, ça ne pose pas de problème…).
On notera enfin que tous ces calculs ont été échafaudés sur base d'un avis du Bureau fédéral du Plan qui ne prévoyait pas de hausse substantielle des gaz à effet de serre d'ici 2010.
 
Une prévision qui ne manque pas de surprendre dans la mesure où elle va à l'encontre de toutes les projections. Enfin, en octobre 2006, selon le rapport de l’Agence européenne de l’Environnement (AEE), la Belgique n’atteindra pas les objectifs minimaux de réduction d’émission de gaz à effet de serre auxquels elle s’était pourtant engagée et qui constituaient donc une obligation consentie au niveau international...
 
Le maintien en réanimation d’un Etat en coma dépassé est donc un scandale majeur qui empêche de prendre les mesures énergiques nécessaires en priorité, malgré l’urgence criante que le film d’Al Gore a encore démontrée dans les salles cet été. Les impératifs du climat nécessitent une action de long terme alors que l'action gouvernementale relève du court terme.
  
(*) Communiqué de l'agence Belga :
"Le prince Laurent était au courant de la provenance de l'argent avec lequel sa villa à Tervueren a été rénovée", affirment mercredi l'entrepreneur limbourgeois Marc Luypaerts et son ex-femme Lut Kleutghen, six jours avant le début du procès de cette affaire, écrivent mercredi le Belang van Limburg, Gazet van Antwerpen, Het Laatste Nieuws et les journaux Corelio.
"Bien sûr qu'il savait. Nous avons eu trois réunions avec lui et il a choisi lui-même la couleur des murs, des tapis et des rideaux. J'ai fait pour 400.000 euros de travaux dans cette villa", a déclaré cet ancien militaire, patron des entreprises LFE Tapis et LKT Light Solutions, qui se retrouvera la semaine prochaine sur le banc des accusés.
Pour M. Luypaert, qui dit avoir toujours agi sur ordre du colonel Vaessen, l'ancien conseiller personnel du prince, les sommes détournées seraient deux fois supérieures à celles évoquées par le parquet, lequel chercherait selon lui à protéger le prince.
Marc Luypaerts a affirmé mercredi qu'il avait reçu comme consigne du juge d'instruction de Hasselt chargé de l'enquête de se taire à propos du prince Laurent.
"Le nom du prince dans le dossier a été scrupuleusement écarté. Je devais me taire (sur ordre) du juge d'instruction", a-t-il affirmé à la chaîne de télévision privée flamande VTM.
"J'avais une interdiction formelle de parler ou j'aurais été emprisonné. Je dis simplement la vérité", a ajouté M. Luypaerts, un entrepreneur limbourgeois et ancien sous-officier de la Marine Selon lui, le prince Laurent savait parfaitement d'où venait l'argent utilisé pour des travaux d'embellissement de la Villa Clémentine, sa maison à Tervuren, et ses deux cliniques pour animaux situées à Bruxelles et Liège.
 
(**) Quelques autres exemples :
- l'Union Européenne doit réduire ses émissions de 8 %,
- l’Allemagne de 21 %
- Le plan français
- les Etats-Unis (principal pollueur) de 7 %,
- le Canada et le Japon de 6 %,
- la Russie 0 % !
Et un excellent dossier sur ce  Protocole de Kyoto: Instrument de la lutte internationale contre les changements climatiques par par Anne Rainaud, Maître de conférences à l'Université de Nice Sophia-Antipolis : http://www.sfdi.org/actualites/kyoto%20dernier/protocole-kyoto.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

François 04/01/2007 22:16

Superbe billet.
Quant à Michel Konen, ce n'est pa lui - rédacteur en chef de la Libre Belgique - qui va parler sans langue de bois des problèmes liés au communautaire. C'est dommage pour un journaliste de parler comme un politicien.
 
A bientôt.

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...