Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 06:06

C’est sous ce titre que l’ASBL « Vivre en Wallonie » publie ses réflexions sur la crise que traverse le monde agricole. Traverse en permanence, la colère des producteurs de lait n’en est qu’un des aspects.

Ce que j’ai appelé dans un billet précédent le capitalisme financier international (celui qui a remplacé le capitalisme industriel, par définition plus localisable et  qui avait fini par s’humaniser) est le premier responsable de la crise. Le second étant la politique agricole européenne qui en cherchant à globaliser l’agriculture applique les volontés de ces financiers internationaux. Oui, ceux là dont même le président des Etats Unis d’Amérique lui-même dénonce le cynisme.

Devant le peu de réactions du monde politique et l’apathie dont nos sociétés font preuve, j’aurais voulu écrire un billet sur ce sujet, mais ce texte publié entre-temps cite certains arguments que j’aurais volontiers développés. Je le livre donc à vos réflexions :


« Il est bien vrai que la politique agricole européenne paraît bien orientée vers la disparition de l’agriculture familiale au profit de sociétés industrielles pouvant évoluer vers la domination de multinationales complètement indifférentes au sort des exploitants agricoles qui, aujourd’hui, contre vents et marées, bataillent chaque jour pour une production abondante et de qualité.

Les statistiques annuelles sont édifiantes à ce sujet. Elles indiquent une diminution constante des exploitations, alors que la superficie cultivée (agriculture et élevage) reste globalement stable.

Il est tout aussi exact que ce sont uniquement les producteurs (cultivateurs et éleveurs) qui sont frappés par la cascade des mesures européennes restrictives.

En fait, ils ont perdu toute possibilité d’intervention sur l’exercice de leur profession.


Le producteur agricole, depuis des siècles, voire des millénaires, devait apprivoiser la nature pour en tirer les moyens de subsistance de l’Humanité. Il devait fertiliser la terre, s’accommoder des caprices météorologiques, combattre les prédateurs animaux et les destructeurs naturels (insectes, champignons, plantes envahissantes….)

Ces fonctions, il les a exercées avec un savoir-faire, une ténacité et une efficacité qui ont permis d’assurer l’alimentation de milliards d’individus.

Mais il était le maître de ses choix de production, en liaison avec les besoins et la demande. Et il en fixait les prix, afin de se garantir un revenu correct.

Aujourd’hui, l’agriculteur n’a plus aucune maîtrise de ce genre. C’est l’Europe qui détermine des quotas de production ou les supprime à son gré suivant des critères supranationaux dont les justifications sont totalement opaques pour les producteurs. C’est elle aussi qui agit sur les prix  destinés à payer la rétribution du travail fourni. Toujours à la baisse, bien entendu.


D’année en année, l’agriculteur est ballotté d’une exigence de production à une autre, est pénalisé en cas de « trop bonne » ( !) récolte, doit se soumettre à des prix établis de façon à avantager, notamment, le secteur de la grande distribution et les divers intermédiaires qui prélèvent un juteux pourcentage depuis la culture et l’élevage jusqu’à la vente au détail. Et l’on ne peut même pas arguer du fait que c’est le consommateur qui y gagne.(*)

Citons un exemple. Face à la chute brutale des prix des céréales, à la réduction autoritaire des surfaces de betteraves sucrières, les cultivateurs ont accru le nombre d’hectares consacrés à la pomme de terre. Et voilà que s’annonce une récolte exceptionnelle. D’office, la prévision officielle tombe : le cultivateur devra réduire le prix de vente de la tonne de patates.

Cette réduction aura-t-elle un effet bénéfique sur le prix des produits offerts à la consommation ? Nous parions un magnum de champagne contre un verre d’eau du robinet que le sachet de frites ne diminuera pas d’un centime. Où va donc se retrouver  la différence de prix à la production ?

Il n’est plus question que de « transparence », de « visibilité » dans le langage économique autant que politique. Eh bien, chiche !

Que, d’une part, que des chiffres précis soient fournis aux citoyennes et citoyens sur la dégringolade des prix payés aux agriculteurs pour les céréales, les betteraves, la viande, le lait, et d’autre part, sur la hausse des prix des semences, engrais, produits phytosanitaires, sur les exigences en matière d’investissement afin de répondre aux obligations européennes ainsi qu’aux dimensions des exploitations, et que l’opinion publique puisse se faire une idée des efforts imposés au monde agricole.

Pour compléter le tableau, que soit mise en regard l’évolution des prix des marchandises correspondantes dans le commerce de détail.

Et que l’on fournisse une justification à l’écart grandissant entre la source et l’aboutissement.

Pour calmer quelque peu le jeu, des « aides » sont consenties – sans commune mesure avec les pertes de revenus, d’ailleurs. Cela part peut-être d’une bonne intention mais les agriculteurs les perçoivent comme une forme de mépris, comme une humiliation. Ils ne mendient pas la charité publique. Ils revendiquent un juste salaire pour le fruit de leur labeur. Comme n’importe quel travailleur. »


(*) Il suffit de voir comment et avec quelle célérité la grande distribution a immédiatement répercuté l’aumône faite récemment aux producteurs de lait dans ses prix.

La globalisation a également un effet pervers, celui de faire disparaître la diversité quand ce n’est pas la qualité. Le critère essentiel de décision des « acheteurs » étant le prix le plus bas, on finira par la grâce de la concentration par ne plus trouver que les mêmes produits dans tous les supermarchés du monde… Triste monde où l’uniformité du goût devient la règle !

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

francolatre 10/08/2009 19:36




Il n'aura pas vu la Wallonie française!BelgaSignal: Ecolo annonce le décès d'Ernest Glinne


BRUXELLES 10/08 (BELGA)



Ecolo a annoncé lundi en fin d'après-midi le décès d'Ernest Glinne. Dans un communiqué, les Verts saluent "la mémoire d'un progressiste convaincu qui s'est toujours engagé auprès des plus fragiles, n'hésitant pas à renoncer à de hautes responsabilités politiques pour poursuivre son combat politique sur le terrain".
ALN/LAR/

Claude Thayse 11/08/2009 07:57


Je suis d'acord avec la phrase d'Ecolo ( Et tiens, au fait, n'était-il pas passé récemment au RWF ?) quand ils disent "la mémoire d'un progressiste convaincu qui s'est toujours engagé auprès des
plus fragiles". Ses engagements en faveur des Droits de l'Homme dans le Monde sont bien connus et appréciés.
S'il fut proche de la mouvance fédéraliste du Mouvement populaire wallon au début des années '60 qu'il a quittée, c'était surtout un internationaliste convaincu et partisan de l'unité du parti
socialiste.
Il fut aussi un des rares députés wallons à voter la loi de 1962 fixant la frontière linguistique et annexant les Fourons au Limbourg. Ceci dit, c'était un homme de convictions. et je partage
l'opinion d'Ecolo sur son action.


francolatre 05/08/2009 17:00

Lorsque je vois qu'on incite par tous les moyens les agriculteurs à déserter la profession, je repense à la politique belge des années 80 qui consistait à décourager les jeunes de se lancer dans les études de médecine. Résultat: pénurie de médecins vingt ans plus tard. Dans les années 90, on a fait de même avec les enseignants puis, voici quelques années avec les kinés. Franck Vandenbroucke leur a même payé des indemnités en cas de cessation d'activités. Même résultat de ces politiques à courte vue: aujourd'hui, on manque d'enseignants et de kinés.Qui va cultiver les champs et élever du bétail dans les années 2020? Aussi longtemps que la Terre existera., l'homme se nourrira prioritairement de ce que la nature lui offre.Faute de main d'oeuvre qualifiée, on sera encore obligés à terme d'importer de la main d'oeuvre des pays du tiers monde ou de se lancer dans de coûteuses campagnes de pub pour réhabiliter des métiers négligés (comme aujourd'hui les conducteurs de train: qui se souciait de faire rouler les trains à l'époque où on supprimait des lignes et des gares et que tout était fait pour la voiture?).     

Claude Thayse 05/08/2009 17:12


Bien vu !


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...