Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 12:39
Elie Barnavi, spécialiste des religions et ancien ambassadeur d'Israël en France livre quelques réflexions dans la dernière édition du Vif.

D'entrée de jeu, il fait remarquer qu'en période d'éclatement des idéologies, on assiste au retour des identités meurtrière (pour reprendre l'expression d'Amin Maalouf).  Le prix à payer est le tribalisme et le communautarisme. Deux maux que nous connaisons bien, puisque le système belge multiculturel cache en réalité une dérive multicummunautariste. La solution - dit-il - est simple : " il faut rechercher l'homme, l'individu derrière l'empilement d'identités dont nous sommes tous faits."

Pour lui, le modèle républicain d'intégration à la française est le seul valable. Même si l'identité nationale française est affaible, elle est suffisament forte pour suciter l'adhésion des nouveaux venus. L'exemple de la loi interdisant le port du foulard islamique dans les écoles qui est passée comme une lettre à la poste est une preuve de l'efficacité du modèle. Il regrette que ce modèle ne soit pas suffisament appliqué. Coincés entre deux cultures et deux visions du monde différentes, les "politiciens belges" avec le souci constant de compromis(sions) confondent la diversité culturelle qui n'empêche pas l'adhésion à des valeurs communes fortes avec le communautarisme qu'ils privilégient et ne conduit qu'à la juxtaposition des valeurs antagonistes. L'exemple hollandais est là pour le montrer, ils sont passés d'une société tolérante à une société de ghettos, une société fermée. La Wallonie a toujours été une terre d'accueil, d'égalité et de respect mutuel, puissent les dirigeants élus - et en particulier  l'olivier qui semble se profiler chez-nous - s'en souvenir. J'avoue êttre inquièt à la lecture des ouvertures communautaristes aux intégrismes de toutes sortes qui se trouvent dans les programmes de deux de ses membres pour des raisons que j'espère uniquement électorales.

" L'empilement d'identités dont nous sommes tous faits"... N'est-ce pas la définition la plus complète de ce que nous sommes vraiment. N'est-ce pas la meilleure définition des Wallons, comme celle d'autres, en France ou encore ailleurs ? N'est-ce pas la première cause d'échec tant de la logique nationaliste belge qu'on a cherché à nous imposer comme, à un autre échelon,  de celle de ces  dirigeants, ces "khmers tricolores de la République" qui ont cherché à s'approprier la cause rattachiste en niant aux Wallons leur identité. Terrible convergence !

Il termine son entretien  par quelques considérations sur la Belgique dont dit-il " il n'est plus possible de recréer une nation. On a laç deux pays qui se vivent comme totalement différents, qui n'ont plus le goût de vivre ensembles et qui finisent par ne plus avoir de mémoire commune." poursuivant par "ce n'est plus la peine de leur apprendre une histoire commune, qui est une réalité très ancienne (sic !), ils vont l'entendre dans deux langues différentes. (...) Quant à Bruxelles, il reste à voir si elle pourrait devenir indépendante comme une cité-Etat".

Ne connaissant la Belgique que par ses fonctions localisées à Bruxelles (Conseiller scientifique au musée de l'Europe ... à Bruxelles) , il termine par : " (...) la coupure entre Bruxelles et la Wallonie est une absurdité".

Evidemment, il ne sait pas que l'expérience d'apprentissage d'une "histoire commune très ancienne" a déjà été tentée et, si elle a échoué, cette tromperie laisse des traces en terme d'identité. Particulièrement en Wallonie où cet erzatz d'histoire, construite de toute pièce sur celle de la Flandre marque encore les esprits non critiques. Et c'est loin d'être fini. Hélas.
Enfin, si Barnavi met Bruxelles à part, c'est qu'il n'a pas encore intégré le fait national - identitaire - bruxellois. Peux-t-on lui en fair grief ? C'est le cas de nombreux journaliste ou politiciens qui devraient s'en rendre compte. Et je n'ose pas écrire intellectuels, mais c'est tout comme.




Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

denis dinsart 30/06/2009 17:15

Pensez-vous que le mouvement d'idées dont Monsieur Deneef semble ^tre le porte parole sous représentatif de ce que pense les bruxellois en ce qui concerne l'avenir de leur Région?Personnellement je trouve ce Monsieur très condescendant à l'égard des Wallons. Il semble ignorer, omettre, oublier que si Bruxelles en tant que Région est une réalité c'est grâce aux Wallons et que si Bruxelles est riche, elle l'est du travail des Wallons.Ce Monsieur et son mouvement semblent animés d'un angélisme à l'égard de leurs "amis du Nord" que je m'explique difficilement. A les entendre les politiciens Bruxellois néerlandophone semblent, sur les questions communautaires,  fait d'une tout autre farine que leur collègue de flandre... et que les problèmes entre Wallons ert Flamands ne les concernent pas...Difficile à croire

Claude Thayse 30/06/2009 20:22


Ce que dit ce monsieur n'est que le symptome d'un sentiment diffus existant dans la population. Il est effectivement très condescendant à l'égard des Wallons.
Hélas (ou tant mieux ?) je pense que vous avez raison. Il est d'aileurs curieux que tant de Bruxellois se voient "au dessus de la melée". Et que ce soit ce modèle qui soit prôné dans certains
milieux qui se veulent intellectuels. Il est de bon ton de mépriser ces basses considérations de "petite politique médiocre" en parlant d'extrémisme flamand qui ne serait que celui d'une
minorité tout en stipendiant l'inévitable "repli wallon"...
Bof...


didier 23/06/2009 10:10

Je suis bien d'accord avec toi, je ne faisais qu'enfoncer ton clou pour agrémenter le débat sur ton blog :-)Et oui, ce qui fait qu'une histoire nationale est "vraie" et qu'une autre est "fausse", ce n'est jamais au bout du compte que le fait que les populations concernées acceptent ou rejettent cette histoire (le "plébiscite permanent" comme disait l'autre). Ce n'est pas l' "Histoire" (celle des historiens) qui fait une Nation, c'est la volonté de la population de se reconnaître dans cet ensemble qui forme la nation et dont ils appréhendent l'histoire (celle des historiens) en trouvant dans leur passé les signes déterminant leur présent.Ce qui est très intéressant en Belgique (il faudra qu'un sociologue ou un psychiatre se penche là-dessus) c'est que seule une portion de la population belge croit en la "nation belge". Alors que l'ethnie majoritaire y est largement indifférente (au mieux) ou hostile (au pire)...

didier 23/06/2009 08:28

Toute histoire nationale est une construction, aucun pays n'échappe à cette règle. Si la Belgique avait fonctionné, personne ne verrait d'inconvénient aujourd'hui à lui trouver des racines profondes dans les états bourguignons (comme le faisait Pirenne), voire dans la Gaule belgique romaine. Avec le recul, évidemment, ces vaines tentatives paraissent bien ridicule...

Claude Thayse 23/06/2009 09:49


Toute histoire nationale est une fiction évidemennt. Dis-je autre chose. Ce qui est différent de ma vision d la Nation qui est une construction volontaire d tous les jours de ceux qui veulent vivre
ensemble. L'expression "histoire nationale" est donc trompeuse.


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...