Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 12:27

« Stabiliser les institutions de notre pays », voici ce qui revient comme refrain dans les propos des politiciens wallons comme bruxellois francophones.

 

Soyons sérieux. Les résultats des élections sont clairs. Les partis flamands qui ont le plus progressé sont les plus nationalistes. C’est qu’il faut compter avec eux. Or,  jamais les « négociations » qui ont déjà eu lieu depuis 2007 n’ont avancé d’un chouia. Il y avait désaccord sur tout, même sur les sujets qui pourraient à la limite faire consensus.

 

La position maximaliste du Mouvement flamand est sortie renforcée du scrutin. Elle exclut la moindre concession. Pendant ce temps, en face l’extrême méfiance de tous vis-à-vis des Flamands et de chaque parti francophone vis-à-vis des trois autres n’incite pas à l’optimisme.

 

La stratégie d’union entre Bruxelles et la Wallonie pour aller au combat est un non-sens. Les seules entités fédérées ayant du sens parce que reconnues par tous étant les régions. Ce qui implique que la communauté française de Belgique doit disparaître parce que la Belgique a déjà disparu dans les faits si pas dans les esprits.

 

Le « Front francophone » a une guerre de retard. Dans le contexte de l’époque, la solution d’imaginer une structure qui s’adresse aux personnes sans référence aux territoires était une façon élégante de gérer la complexité liée à l’imbrication des populations dans un état multiethnique. M     ais si les communautés avaient un sens dans l’échafaudage institutionnel belge, le concept a été assassiné le jour où on a laissé les Flamands fusionner communauté et région. Ce qui est impossible du côté francophone, la Wallonie et Bruxelles étant deux entités politiques et sociologiques réellement différentes.

On ne s’est pas rendu compte assez vite que la vision flamande est culturelle et territoriale en même temps. Pour les Flamands, la région n’est que l’émanation territoriale de la communauté. Elle est unilingue et sa pureté culturelle doit être préservée, le cas échéant au mépris des droits des individus. Ce qui ne me dérange pas fondamentalement puisqu’il s’agit là du même principe républicain que l’on retrouve en France. J’aurais des réticences sur l’application, mais ça, c’est un autre débat.
  

La lecture flamande de la constitution belge est fondamentalement différente de celle qui est faite du côté francophone. Comment un accord serait-il possible ? Les Flamands ne sont pas irrationnels. Là où la région ne peut pas être unilingue parce que la communauté y dispute l’influence avec une autre, il faut qu’il y ait condominium entre les deux communautés et que les intérêts flamands soient privilégiés par tous les moyens.

 

Pour en revenir à l’incohérence d’assimiler  « Front francophone » à « union Wallonie Bruxelles », on ne peut pas gommer les différences et décréter des appartenances communes uniquement parce qu'on a constaté en regardant une carte que ce serait bien et plus efficace dans une négociation avec les Flamands. D’autant plus que pour ceux-ci, Bruxelles est intégrée dans leur Région, leur presque Etat.

 

Sur un forum indépendantiste, on vient de faire la proposition de supprimer les élections législatives et donc les élus fédéraux pour envoyer au parlement fédéral des élus régionaux. A méditer…

 

Il est plus que temps que les politiques qui sont sensés s’exprimer en notre nom intègrent le fait régional. Négocier sur un plan communautaire n’a plus de sens depuis longtemps.

 

Une fois ce fait régional accepté, on pourra reparler de confédéralisme. Mais pas avec la Flandre…  Il y a un autre choix beaucoup plus proche de nos aspirations !

 
A moins que... La Flandre étant en pleine crise économique, elle a le couteau sous la gorge, et s'il n'y a pas de réforme de l'Etat, elle pourrait finalement prendre l'initiative de la cassure pour lui préférer un partenariat fort avec la Hollande (même au prix de la perte de Bruxelles - l'axe Rotterdam-Amsterdam-Antwerpen lui étant préféré. D'autant plus que comme l'a dit un jour Louis Tobback, la Flandre risque d'avoir une capitale sans Flamands  !) puisque le président du deuxième parti hollandais en parle déjà ouvertement.  Mais ça, c'est encore de la fiction. Bien malin qui peut prédire l'évolution des prochains mois.
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

François 15/06/2009 16:33

Dans la série "comment sortir de ce guêpier institutionnel" la position officielle du MR défendue par Reynders - Maingain n'est pas piquée des vers : il faut "une fédération Wallonie-Bruxelles" selon eux. Ce qui donnerait un cas sans doute unique d'une fédération de deux membres à l'intérieur d'une autre fédération de 3 membres !!!Il n'y a pas à tortiller : le chemin le plus raisonnable est une fédération à 4 régions, correspondant aux régions linguistiques actuelles.

Séphane Dohet 11/06/2009 18:42

Petite précision, si les Bruxellois néerlandophones ont leur gouvernement pour 51 000 électeurs, les germanophones ont le leur pour 47 000 électeurs. Mais au rhytme ou ça va, dans 5 ans, les Bruxellois néerlandophones seront encore moins nombreux que les germanophones et là, ils seront la minorité la mieux protégée de Belgique.

francolatre 11/06/2009 16:12

Quelques réflexions post-scrutin:- la cause rattachiste ne progresse pas dans les urnes, c'est le moins qu'on on puisse dire. Interrogées sur un cavalier seul éventuel de la Flandre, j'entends souvent des personnes répondre: "Dans ce cas-là, on continuera la Belgique avec Bruxelles et la Wallonie. Pas besoin de la France". Une position qui semble plus répandue que la tentation française.- On ne peut que s'étonner de la disparité entre le vote multiculturel à Bruxelles - et sa conséquence la plus visible, un Parlement métissé - avec le vote wallon très "blanc bleu belge". Les partis francophones ne sont-ils pas de plus en plus "à deux vitesses" entre les deux régions?- Enfin, on a coutume de dire que la minorité germanophone est la mieux protégée du monde. Ce titre vient de lui être ravi par les Flamands de Bruxelles: un gouvrnernement à eux seuls pour 51.000 électeurs.Bien à vous.  

Claude Thayse 11/06/2009 17:37


En effet !


didier 11/06/2009 12:42

C'est une évidence: ceux qui veulent encore de bonne foi sauver "leur" pays devraient comprendre qu'évacuer les communautés, ce serait permettre l'auto-gestion de chacune des 3 (4) régions par ses habitants. En même temps ils devront comprendre aussi que la stratégie flamande joue sur les deux tableaux (régional et communautaire): régional sur le sol flamand (où le français est banni) et communautaire à Bruxelles. Au passage, comme tu le dis très bien, les Flamands ont l'avantage d'encercler Bruxelles dans leur territoire...Reste le grain de sable BHV dans leurs projets ...Autre difficulté pour les "derniers Belges": les Flamands n'accepteront jamais d'évacuer la communauté flamande, car c'est leur seul atout pour garder un pied à Bruxelles. Sans parler de la nécessaire majorité des 2/3 nécessaire pour voter tout cela au parlement... Non, en fin de compte, et à moins que les Flamands ne soient prêts à une vraie révolution en déclarant une indépendance unilatérale, un statut quo me semble plus probable qu'une "grande réforme de l'état équilibrée et négociée" ...Les partis flamands prétendument modérés qui vont monter dans le prochain gouvernement flamand auront le beau rôle: "c'est pas moi qui pousse, c'est la NVA". Et on nous ressortira encore la menace "s'il vous plait accepter leurs conditions sinon je ne réponds plus de mon vote".Serons-nous dupe? Nous ne l'avons pas été depuis 2 ans. Pourquoi le serions-nous demain ?

Claude Thayse 11/06/2009 13:27


L'assimilation flamande Région-Communauté avant la reconnaissance de la Région bruxelloise a été un coup de maître. Il faut le reconnaître. Je ne pense pas qu'il soient prêts à le remettre en
question.
Pour le reste, j'écrivais il y a quelques jour que l'immobilisme allait se mettre en marche. Le résultat des élections me conforte dans cette analyse.


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...