Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 00:01

Une analyse du docteur Michel Lemmens !

Comment expliquer les tribulations de la « gouvernance » wallonne et les turbulences qui secouent régulièrement cette malheureuse Région sans avoir recours au dénigrement des personnels politiques et à une évaluation forcément désobligeante et injuste de leurs facultés intellectuelles et morales ?
 
C'est pour tenter de répondre à cette question que nous proposons d?envisager l'hypothèse d'un « effet bonsaï ».

Chacun sait que le bonsaï de 15 cm est issu d'un germe identique à celui qui donnerait naissance à son congénère naturel de 15 mètres ou plus.
 
L'origine de leur différence ne tient qu'à la dimension de leurs habitats respectifs : pleine terre de la forêt pour l'un, pot de terre pour l'autre. Il faudra aussi, pour obtenir le bonsaï, faire subir à la jeune pousse moult agressions et mutilations qui entraveront son évolution biologique et empêcheront sa croissance.

Notre proposition est que l'exiguïté du territoire wallon combinée au déclin économique de la Région  produit un « effet bonsaï » sur la classe politique lorsque son action et ses prérogatives sont d'essence nationale mais s'exercent sur un territoire qui n'a ni les caractères ni la dimension d'une nation.
 
Comment penser grand quand on ne peut faire que petit ? Comment éviter que certaines personnalités attirées par le pouvoir, légitime motivation de toute carrière politique à condition de ne pas en être la seule, ne finissent par se contenter de bénéfices collatéraux mineurs : gloriole, passe-droits ou autres vanités, faute d'avoir pu s'exprimer dans un monde mieux proportionné à leurs ambitions ?
 
A tout prendre, notre hypothèse bonsaï est tout de même moins déprimante que la résignation à la médiocrité des comportements individuels de femmes et d'hommes dont, pourtant, les facultés intellectuelles et le souci de bien faire ne sont, sauf exception, pas sujets à caution. .
 
Notre métaphore botanique a ses limites et on ne saurait oublier que le bonsaï authentique est un vrai chef d'oeuvre de patience et d'esthétique. Elle a cependant aussi pour mérite de rendre compte du phénomène inverse : les Wallons, lorsqu'ils fonctionnent dans un espace plus vaste, y obtiennent d'appréciables succès.
 
Nos scientifiques publient dans les grandes revues internationales et participent à des programmes européens, et leurs travaux y sont reconnus et appréciés. Nos artistes s'exportent bien, notamment en France évidemment. Nos principales entreprises sont depuis longtemps multinationalisées, et celles qui ne le sont pas sont convoitées par de grands groupes eux-mêmes mondialisés.

Même notre personnel politique tient son rang et fait bonne figure quand l'occasion lui est donnée de sortir du bac à sable : tel ancien Président de parti wallon, qui n'a pas laissé un souvenir inoubliable comme Ministre de l'Enseignement, a été un Commissaire européen à la Recherche scientifique tout à fait honorable et reconnu par ses pairs et la communauté internationale, et certains de nos parlementaires européens sont d'une qualité unanimement appréciée.
 
De même, lorsque le politique exerce à l'échelle locale ses responsabilités, on n'observe guère d'effet bonsaï : sauf quelques bruyantes exceptions, les communes et provinces fonctionnent plutôt bien et leurs annexes (intercommunales etc..) souffriraient plutôt d'une insuffisance de contrôle régional. Par exemple, l'affaire de la »Carolo » aurait sans doute pu être évitée si la tutelle de la  société régionale s'était exercée avec vigilance. Le municipaliste par choix est en équilibre avec son environnement et n'est donc traumatisé par aucune restriction spatiale de ses aspirations.
 
Soulignons une fois encore qu'un effet bonsaï exige à la fois un sévère confinement et des agressions mutilantes. Ainsi se rencontre l'objection souvent entendue que des nations aussi petites en territoire et en population ne sont pas atteintes du même syndrome que la Wallonie, qui ajoute à son exiguïté une Histoire trop brève, un sentiment national limité au folklore, des ressources naturelles épuisées, un capitalisme local absent ou défaillant. Tel n'est évidemment pas le cas de la Suisse ou du Danemark pour s'en tenir à de proches voisins, sans parler de la Flandre !
 
Pour neutraliser l'effet bonsaï, l'insertion dans un espace suffisamment vaste est la seule option disponible, les autres facteurs échappant à la sphère de la décision politique. Et qui d'autre que la France pourrait offrir cet espace, une fois tournée la page belge et dépassées les chimères autonomistes ?
Les principaux bénéficiaires de cette « extension du domaine de la lutte », outre les Wallons et la Wallonie, seraient d'ailleurs les personnels politiques eux-mêmes actuellement coincés dans un carcan sans avenir dont ils ne peuvent que gérer à la petite semaine des ressources toujours plus étriquées.
 
Encore faudrait-il alors que nos élus se contentent d'espérer la Légion d'Honneur et renoncent à leur espoir de devenir un jour baron du Roi...

Partager cet article

Repost 0
Published by Dr. Michel Lemmens - dans Invités
commenter cet article

commentaires

Guillaume 05/04/2009 23:17

Même si je ne suis pas rattachiste, je trouve désolant de lire parfois certains rattachistes qui me parlent d'abandonner toute législation belge ou wallonne d'un coup de baguette magique en me présentant pour justifier cette vision, une image idyllique de la France, un paradis sur terre. Je rétorque en donnant des exemples critiques sur ce que la France a comme défauts. Elle en a comme tout pays. Sincèrement, le rattachisme aurait plus d'audience si il acceptait en son sein des gens qui pensent plus à une solution style "Ducarme" au lieu de les considérer un peu comme des non-alliés parce que n'allant pas assez loin dans le "retour à la mère patrie".Je comprends pas cette sorte de radicalisme alors que le but est de ratisser large et de rendre visible cette cause. Le rattachisme devrait être débattu mais c'est impossible pour beaucoup de soutenir l'actuelle forme à mon humble avis parce qu'elle impose de renier 178 ans de Belgique sous prétexte que tout y était mauvais en remplaçant tout par le système français. C'est en tout cas l'image que cela donne en lisant certains militants sur des forums.Si c'était possible de changer de stratégie de communication, je suis sûr que ça aurait plus d'impact sur les partis actuels car c'est à ça que doit servir le RWF à imposer cela dans un débat.

Claude Thayse 08/04/2009 11:10


Je ne peux que vous donner raison voyez ce que j'en pence dans ce billet publié en début d'année : http://www.claude-thayse.net/article-26549791.html
Ces gens font beaucoup d tort à la cause rattachiste. C'est pourquoi j'avais mis de grands espoirs dans le manifeste pour la réunion d'états généraux de Wallonie donyt l'objectif éatit de lister à
charge et à décharge les avantages et inconvénients des propositions pour l'après Belgique actuelle. Pour que les Wallons puissent se choisir un avenir sur base d'arguments sérieux.


francolâtre 03/04/2009 17:24

En ces temps de campagne électorale, on peut lire des plaintes sur des sites rattachistes au sujet du peu d'audience qui leur est accordée par les médias, principalement audiovisuels. Les médias ont une nouvelle fois bon dos. Si les thèses rattachistes ne percent pas, nul ne semble en tout cas ignorer leur existence. C'est le public qui n'est pas réceptif, à moins qu'elles ne soient pas défendues avec suffisamment d'efficacité. En Flandre, De Decker n'a pas eu besoin des médias pour percer, pas plus que le Vlaams Blok avant lui. Ce n'est qu'après coup que la TV s'est vraiment intéressée à eux.

Claude Thayse 03/04/2009 17:59


Je ne peux que vous donner raison et j'ai déjà donné des élements de réponse dans ce billet publié en début d'année : http://www.claude-thayse.net/article-26549791.html
Je ne vous dis pas ce qu'en ont pensé les "rattachistes qui se plaignent"...



« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...