Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 13:15

L'hebdo "Le Vif" signale sous ce titre la sortie du livre de Claude Demelenne, rédacteur en chef du Journal du Mardi appelant à son tour au rattachement : "Pour ou contre la Belgique française" aux éditions Le Cherche Midi. Faisant remarquer qu'il s'agit décidément là d'un thème devenu fort à la mode.
 
Le même journal (qui vient de licencier quelques journalistes, excellentes mais jugées devenues trop attentives aux visées flamandes (*)) publie en double page une interview de Xavier Mabille et de Vincent de Coorebyter à l'occasion des 50 ans du CRISP : " Une Belgique divisée à l'avenir imprévisible". Cette interview se termine par ces propos de Vincent de Coorebyter : "Le rattachement à la France, s'il survient, ne sera sans doute pas le résultat d'une lente maturation. Il pourrait être rapide, accidentel, et pas nécessairement désiré par une majorité de citoyens..."
Propos qui, s'ils montrent bien que l'idée rattachiste fait plus que progresser dans les esprits, même les mieux informés, indiquent surtout qu'il ne faut plus dire ou faire dire n'importe quoi à ce propos et qu'il est plus que temps
d'être pédagogique et de sortir du lyrisme de tribune facile.

(*) Mieux (ou plutôt pire !) Le Soir et La libre viennent de refuser une carte blanche sur le sujet...

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Philippe LANGE 30/01/2009 23:23

Eh oui, Claude, pour des journalistes, parler de la cause du rattachement de la Wallonie (et éventuellement de Bruxelles) à la France, et, pire encore, dénoncer la colonisation rampante de la Flandre sur la Wallonie et sur Bruxelles, c'est commettre un crime de lèse majesté contre le Régime.Quand je parle de régime, je ne parle pas des milliers de personnnes qui travaillent dans le cadre de l'Etat belge actuel, dans ses administrations qui font leur travail en toute loyauté et honnêteté souvent avec les moyens dérisoires qui leur sont alloués et malgré la paralysie de leurs instances de décision, je parle ici de la classe dominante qui contrôle cet appareil d'Etat, c'est à dire :a) les partis du régime, dits "traditionnels" : c'est trop d'honneur que de les appeler ainsi, car la tradition a un petit relent de noblesse et de respectabilité qu'ils ne méritent pas, et à Liège chez nos amis rattachistes, on a pris l'habitude de les taxer de "partis habituels", l'habitude confinant à la lassitude !!!b) le patronat du régime, c'est à dire le patronat flamand, car côté wallon, que reste-t-il de la classe patronale qui subsiste actuellement ? Et je ne parle pas ici bien sûr des PME wallonnes, nombreuses et dynamiques malgré un pouvoir souvent hostile, mais des très grosses entreprises et institutions financières étrangères à la Wallonie qui opèrent sur notre sol wallon comme elles le feraient dans leurs succursales africaines (elles y vendent de tout aux Wallons, mais n'achètent aucune production locale, tout est commandé en Flandre)c) les syndicats du régime, qui défendent courageusement mais en vain des droits sociaux que la Flandre veut à tout prix remettre en question, ils se trompent de cadre pour mener leur combat, ils descendent dans l'arène du système belge pour se défendre à mains nues contre le Lion des Flandres !!!d) la presse du régime, la "Pravda du régime Belgoviétique", qui licencie des journalistes pour sympathie rattachiste ou simplement information rattachiste ce qui est encore pire (Molière aurait dit "Cachez ce sein (de Marianne) que je ne saurais voir"), ou encore qui éveillent l'attention sur l'annexion rampante de l'argent et du pouvoir flamands sur la Wallonie (sur Bruxelles c'est déjà fait depuis longtemps...) - La presse est abondamment subsidiée par le régime, elle n'est donc pas vraiment libre, et le régime ne se privera pas, à l'instar de Vladimir Poutine avec le gaz, de menacer de fermer le robinet des subsides ...Je crois que la nation flamande mérite notre respect, mérite son autodétermination, et chaque peuple a le droit de disposer de son avenir en toute indépendance sans empiéter sur le droit des peuples voisins, et à ce titre la position des nationalistes flamands (hormis bien sûr ceux véhiculant des idées extrémistes inacceptables), est beaucoup plus respectable que celle des notables "belgico-flamingants" tels notre premier ministre actuel et son équipe, qui sont là pour étouffer la conscience wallonne et maintenir cet état de colonisation rampante sur notre belle région.

Claude Thayse 01/02/2009 12:56


Ne boudons pas notre plaisir face à cette belle évolution. Il n'en a pas toujours été ainsi. Je me souviens ainsi qu'à l'époque des errements intellectuels qui ont suivi la publication du
livre-pamphlet révisionniste mais belgicain " Les Grands Mythes de l'histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie", le même journaliste a participé à la publication de "L'Etat wallon, entre rêve
et réalité", ou on retrouvait sur la même page, Jules Destrée "l'antisémite" et un José Happart " nationaliste" "révélé" par Bénédicte Vaes et Claude Demelenne. Curieusement même, Manuel
Abramowicz, n'hésitait pas à écrire que durant l'occupation du pays, une poignée de militants wallingants se regroupent pour défendre bec et ongles une conception nationaliste. Avec le soutien des
nazis, ils revendiquent clairement l'existence d'une race wallonne. Ces nationaux-régionalistes sont bien entendu antisémites... Fou non ? Je les cherche encore... Pouratnt, c'est José Gotovitch,
ancien Directeur du Centre d'Histoire de Recherches et d'Etudes historiques de la Seconde Guerre mondiale, qui écrivait que, par rapport à la Flandre, à aucun moment en Wallonie, cette
collaboration ne put prendre un contour effectivement wallon, s'appuyer sur une réalité nationaliste. La continuité fondamentale que l'on peut déceler dans le mouvement wallon des années trente est
celle qui mène de l'antifascisme et de l'antirexisme d'avant-guerre à la Résistance précoce de Wallonie libre.


Oli4bis 24/01/2009 20:25

Sur le même sujet, que pensez-vous du rachat de Fortis par BNPP ? Personnellement, je pense que c'est de nature à en rassurer certains le jour du grand soir.

Claude Thayse 25/01/2009 21:25


Euh... Si vous prenez la peine de lire les billets précédents, vous devriez trouver une réponse à votre question.


christian Baré 24/01/2009 11:00

Serais-je le seul à constater ce fait sans précédant : une région qui verse 2 milliards d'euros (80 milliards BF) à sa banque flamande sans passer par le gouvernemant fédéral belge comme ça avait été évidemment le cas pour Fortis, Dexia, Ethias ? Et cela sans le moindre commentaire francophone ? (sauf le vôtre, j'espère !?)

Claude Thayse 24/01/2009 11:30


A la différence de Fortis, Dexia ou Ethias, la KBC est une banque essentiellement flamande (au sens tournée vers le développement de la Flandre - uniquement). Les Régions étaient intervenues à la
demande du fédéral pour des banques " belges non spécifiques".

J’en ai déjà parlé. Alors que nous avons dépendu du système financier belge qui ne nous a jamais gâtés, la Flandre a eu la chance de voir son mouvement d’émancipation soutenu et partagé par les
milieux économiques (et plus discrètement, mais tout aussi efficacement, par les milieux syndicaux). C’est ainsi qu’est née il y a plus d’un trois quart de siècle la Kredietbank. Et quand on sait
le rôle qu’elle a joué dans le développement de la Flandre y compris en pompant l’épargne wallonne via sa filiale "BC" devenue la KBC, on ne peut que regretter qu’une telle institution
n’ait jamais vu le jour en Wallonie. Le gouvernement belge tergiversant, il était normal que la Flandre agisse, c'était prévu : http://www.claude-thayse.net/article-23727379.html.
Il est fort tard ou alors hypocrite de s'indigner seulement maintenant pour ceux qui ne voient toujours pas dans que jeu on joue. Dès le début, on savait que la Flandre ne laisserait pas tomber
SA banque ! Voici probablement pourquoi il y a si peu de "fausses indignations".

Voici d'ailleurs ce qu'en disent les éditos flamands :
- Johan Van Geyte dans "Gazet van Antwerpen " du vendredi 23 janvier : (...) "Heureusement pour la KBC, le gouvernement flamand a travaillé vite et de manière efficace. Pour la banque, c’est en
outre un partenaire plus fiable que l’autorité fédérale. Par sa forte position de marché en Flandre, KBC est d’ailleurs une institution cruciale pour le
bon fonctionnement de l’économie flamande".
-  "La Flandre fonctionne " - Edito de Luc Van der Kelen dans "Het Laatste Nieuws" du vendredi 23 janvier : "Le gouvernement fédéral est passé du modèle conflictuel à l’immobilisme. (...)
Le gouvernement flamand a alors repris les choses en mais. De façon rapide et extrêmement efficace. (...) S’il y a jamais eu une preuve de la viabilité
d’une Flandre indépendante, c’est celle qui vient d’être fournie dans l’affaire de la KBC. Les francophones n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes : c’est le manque de volonté de résoudre un " dossier flamand ", en se livrant à de petits jeux et en ressortant le gaufrier des compensations, qui a fait
que l’autorité flamande a fait un nouveau pas dans la « révolution copernicienne » du ministre-président Kris Peeters".


Sébastien Strazzer 23/01/2009 22:46

En effet, lorsque j'ai ouvert le Vif tout à l'heure dans le train, j'ai été assez étonné de lire les deux références au rattachisme que vous mentionnez dans votre billet. Même si ce qui paraît n'est jamais suffisant pour certains d'entre nous et que nous préférerions naturellement toujours plus en "quantité" et en "qualité", l'idée a trop longtemps été boudée par la presse ... donc je ne regrette jamais dès qu'on en parle.

Claude Thayse 24/01/2009 10:39


Non, et c'est très bien que ça continue et se banalise... Avant de se réaliser... Après tout, n'est-ce pas là tout le sens de notre combat ?
 François Perin m'avait comparé un jour ce projet à un germe minuscule et très fragile qu'il fallait protéger et entretenir si on voulait qu'il ait une chance de pousser un
jour...
Evidemment, pour les "militants émotionnels", rien ne va, ni n'ira, jamais assez vite.
Il s'agit pourtant là d'un changement de paradigme et même plus, de croyances. Quelle évolution pour ceux qui, comme moi, n'osaient presque pas en rêver dans les années '70 quand
nous en parlions entre militants wallons, nous-mêmes héritiers de ceux qui avaient connu des périodes plus difficile encore. Mais ce n'est pas une raison pour baisser la garde.
Il faut au contraire persévérer et veiller à faire pousser cette idée magnifique. Comme pour une plante, lui apporter le meilleur engrais.


Pierre 23/01/2009 14:58

Je crois en effet que la censure existe réellement en Belgïe-que, qu'il n'est pas bon être journaliste et développer des idées disons .... modernes pour la Wallonie, qu'il est toxique pour ces mêmes journalistes d'oser avoir l'outrecuidance téméraire d'énumérer les exactions flamandes.Il est bon de rappeler que le "Vif" fait partie du très flamand groupe Roularta. Les écrits des journalistes remerciées ont certes du déplaire. Dommage, l'hebdomadaire nous gratifiait de temps à autres d'analyses qui sortaient un peu des sentiers belgicains ratissés scrupuleusement par d'autres rédacteurs qui sévissent dans certains grands journaux bruxellois.Il nous faudra toujours et encore nous tourner vers l'étranger et lire Jean Quatremer et JP Stroobants pour apprendre certaines choses concernant notre belle monarchie chiconnière....Ceci écrit, j'ai cependant été agréablement surpris de l'écho donné par le très saint "Vers l'Avenir" à la conférence de presse que Mr Gheude et vous-même avez donné à propos de l'établiessement d'Etats Généraux de la Wallonie. Sauf erreur de ma part, c'est le seul media qui en a fait part de la sorte (je n'attendais quand même pas un miracle de la part de Mme Delvaux ou de Mr Konen.). Dommage que le journaliste de Vers l'Avenir termine son éditorial en écrivant que Monsieur Gheude a raison sur beaucoup de choses sauf sur le fait que la question du rattachisme intéresse les Wallons. Je me suis permis de lui rappeler les paroles de Gilbert Cesbron qui disait : " Il y a deux sortes de journalistes: ceux qui s'intéressent à ce qui intéresse le public et ceux qui intéressent le public à ce qui les intéresse et ce sont les grands " .Il est vrai qu'un de nos monarque disait il y a déjà bien longtemps:" petit pays, petites gens, petits esprits".Bien à vous.

Claude Thayse 24/01/2009 10:49


Merci !


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...