Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 12:29
Cela m'a fait plaisir. Si vous avez suivi l'actualité, avec 40,8 % des voix, le Parti québécois fait à nouveau presque jeu égal avec le vainqueur libéral (entendez : "conservateur"). Ce dernier a déjà déclaré vouloir mieux prendre en compte l'intérêt du Québec dans l'ensemble canadien…

Nous en sommes loin en Wallonie. Les partis porteurs des revendications du Mouvement wallon sont devenus par la grâce du système, mais aussi par les erreurs de leurs dirigeants, un "mouvement pluriel" et pire encore, on pourrait presque parler de "particules élémentaires"… des miettes ?

 

Sans revenir sur les raisons qui nous ont amené là, il faut admirer et reconnaître la force du sentiment national au Québec. Cette force politique et culturelle, cette maturité politique, qui est venue appuyer la revendication de l'indépendantisme et soutenir le dynamisme de l'économie. Rien de tout ça chez nous.

Mais c'est bien ce qui s'est également passé en Flandre par contre.  Même si je n'aime pas ce "sentiment national" là, qui est un modèle d'exclusion et d'égoïsme, une conception rancunière et haineuse du patriotisme.  L'antithèse même des positions historiques de l'ensemble du Mouvement wallon en somme.

C'est un même sentiment d'appartenance (terminologie plus juste que je préfère utiliser) que celui des québécois, cette identité partagée, qui a permis au Jura de devenir un Canton suisse à part entière. Les sociologues et les psychologues reconnaissent que le sentiment d'appartenance pour un groupe quelconque ou un individu est une chance face à l'adversité.

Combien de temps faudra-t-il aux autres revendications autonomistes démocratiques de notre sphère européenne (Ecosse, Catalogne, Pays Basque) pour y arriver ?

 

Je n'ai pas cité la Wallonie. Et pourtant, parmi tous ces entités aspirant à plus de souveraineté, c'est bien une de celles qui a le plus vu changer son statut juridique et celui-ci s'approcher le plus de la réalité de la souveraineté. Mais au contraire des autres, sans aspirer pour autant à devenir une nation. Parce qu'il est clair que si nous avons une identité, celle-ci ne se traduit pas par une volonté de différenciation nationale.

 

Les Wallons ont tout essayé pour maintenir la Belgique vivante, mais cela n'a pas marché. Le grand risque, maintenant, c'est de prolonger cette attitude. N'étant pas "nationalistes", ne voulant pas s'enfermer dans une identité enfermante, il faut éviter, pour sauver un Etat qui nous a coûté fort cher, de céder aux sirènes des partis traditionnels (la sécurité de ce qu'on a et qu'on connaît bien) et du monde politique flamand (la carotte ou le bâton - Voir à ce propos l'article hilarant de Rik Torfs dans le Soir du 11/12/2008) qui veulent simplement aménager, accommoder, la "structure Belgie-que". C'est le principal risque me semble-t-il, à un tel point que – et ce n'était pas ainsi, il y a n'était-ce qu'il y a encore quelques années - d'éminents spécialistes (au CRISP par exemple), professent maintenant que l'architecture institutionnelle correspond de plus en plus à une confédération d'Etats indépendants… Si c'est bien le cas, quel intérêt avons-nous à continuer à rester ensembles ?

Identité enfermante ? Nous ne sommes plus au XIXème siècle. Les nations de cette époque étaient des structures fermées quasi autarciques. Pourquoi, nous Wallons, ne serions nous pas les premiers, à l'heure de la mondialisation, à inventer les Etats à géométrie variable ? Si "union fait la force" nous répétait-on en forme d'incantation, les identités compatibles, liguées et s'épaulant mutuellement sans se rejeter rendent collectivement plus forts. Qui croit encore sincèrement en un avenir pour la Belgique ? Et comme la force d'une identité dépend beaucoup de la force de la nation qui la porte…

 

Et pourtant, ce n’est pas assez d’essayer de convaincre que l’Etat belge étant mourant, il y a une solution valable de substitution (jusqu’au bout, nombre voudront croire qu'on pourrait "continuer" la Belgique sous une forme ou l'autre). Et c’est même contre-productif de nier, de fait, l’identité wallonne, en négligeant d’affirmer le maintien des institutions wallonnes, des ses réglementations et même du droit belge, engagement de maintien qui ne ferait nullement obstacle dans les fait et en Droit (le Droit administratif international s'écrivant en fonction des circonstances et de rapports de force…) à un rapprochement étroit avec la France.

Ouvrons les yeux, les Alsaciens, les Bretons et d'autres ne se revendiquent pas uniquement comme français, mais également comme Alsaciens, Bretons ou autres, cette dualité locale-nationale étant une richesse. Et reconnue comme telle.

 

Jusqu'il y a peu, et c’était logique, tant qu’il s’agissait de maintenir vivante une faible flamme, le discours rattachiste a fait largement l’impasse sur les conditions mêmes du rattachement de la Wallonie, et éventuellement de Bruxelles, à la France. Pour le peu qu’il en était dit, on en comprend que ce rattachement là prendrait la forme d’un cadre juridique et institutionnel d’accueil de la Wallonie dans l’ensemble français totalement ou largement banalisé. Absorbée, assimilée, la Région wallonne deviendrait une région française de droit commun (la 23ème), les provinces des départements, etc…

Selon ce discours qui, reconnaissons le, est plutôt un catéchisme, les Wallons devraient se présenteront "tout nus" devant Marianne, qui leur donnerait un costume standard à endosser, en tout point commun à celui que sont sensés porter les "Français de l'intérieur", lesquels seraient, politiquement et juridiquement, non distinguables, car uniquement reconnus en leur qualité de Français. Foutaise et contre vérité évidemment. (*)

Faire table rase de presque 170 ans de "cohabitation et d'histoire(s) belge(s)" et de presque 30 ans d’autonomie wallonne ne gardant que comme point essentiel la langue, c'est faire fi des piliers concrets de l'identité que sont l'histoire, le Droit et les institutions. On n’a pas besoin de croire à la "Nation wallonne" pour constater que les wallons peuvent qu'être difficilement (et ne sont pas) séduits par une telle vision.

En niant cette identité, opposant reconnaissance du fait régional et rattachement, on dessert superbement le projet rarttachiste et au-delà de celui-ci, la cause wallonne, notre Peuple et même les intérêts de la France. C'est être nuisible.

 

Il faut qu'au plus tôt se réveillent et se réunissent, en Wallonie, toutes les voix qui ne désespèrent pas d'une région et d'un Peuple qui ne sont pas aimés comme ils devraient l'être ! (Merci à J.F. pour m'avoir inspiré cette conclusion !)

 

(*) Conformément à sa Constitution, la République prévoit déjà des régimes de large autonomie outre-mer pour de nombreux territoires et la possibilité également de statuts spéciaux pour l’ensemble de ses Collectivités territoriales. Y compris en métropole !

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

Renaud Lachamp 19/12/2008 13:26

Je ne peux résister à l'envie d'ajouter mon propre commentaireen dépit du fait que certains m'aient qualifié ici même de troll.Oui, la victoire du PQ ou du moins son retour après l'élimination despopulistes et de leur leader qui a renoncé à toute vie politique relève du sursaut salutaire dans la défense pour nous autres, citoyens Français, de la Francophonie dans son acception la plus noble.La déliquescence de l'Etat Belge se confirme. Il est plus que temps que les partisans d'une unification organique avec la République Française s'organisent et cessent leur querelle intestine.Allez bonne chance !  

dinsart 18/12/2008 17:21

Voltaire disait en parlant de religion et de superstition:"La superstition est à la religion ce que l'astrolgie est à l'astronomie:les filles folles de mères très sages". La comparaison vaut aussi pour le nationalisme et le patriotisme. Le nationalisme se construit sur la peur, l'exclusion et le replis identitaire tandis que le patriotisme, à mon sens, évoque l'amour de la patrie, le partage de cet amour, l'ouverture à l'autre, à quiconque se retrouve dans les valeurs fondatrices de cette patrie. Cette définition n'engage que moi.Denis Dinsart

Claude Thayse 19/12/2008 17:32


Je la partage complètement.
Vous venez de résumer Renan en quelques mots !


parfait 17/12/2008 14:11

Si je ne me trompe, le parti France est riquiqui et  debout la wallonie n'est pas un parti . Ne va-t-on pas dès lors vers un RWF -RBF réussissant à unir " au-delà des chapelles"? Et si nous y travaillions tous , portés par un souci  d'unité régionale urgentissime? Urgentissime, j'en veux pour preuve les positions et actions des flamands et belgicains pour que surtout la Wallonie ne devienne pas française.

Claude Thayse 17/12/2008 14:29


" Et si nous y travaillions tous, portés par un souci d'unité régionale urgentissime ?"
Oui, c'est exactement ce qu'il faudrait faire. C'est bien ce que je propose depuis avant 2004. La principale (et plus virulente) opposition est venue du... RWF (si j'ai bien suivi, le RBF n'existe
presque plus..) !
Pas simple, hélas !


Hanocq 16/12/2008 15:36

Cher Monsieur Thayse,Bonjour. Soyez assuré que ma famille, mon épouse, mes proches et moi-meme souhaitons plus que tout qu'une identité wallonne s'affirme dans les urnes dès les élections de mai 2009. Cependant, la kyrielle des formations wallonnes ( rattachistes ou pas)( cfr FRANCE, RWF-RBF etc...) et l'existence du seuil électoral antidémocratique des 5% rendra , à coup sur, votre idée très délicacte à se réaliser. Il faut un seul et unique parti wallon face à l'arrogance des extrémistes flamands! A défaut, les voix des électeurs risquent de se perdre dans la nature, quand bien meme je faispartie de ceux qui croient que la Flandre est majoritairement extrémiste dans sa base électorale! Bonne chance malgré tout. Amicalement, Christian

Claude Thayse 16/12/2008 17:21


Merci ! Moi aussi je rêve d'un seul parti qui regroupe tout le monde au delà des chapelles... et des vieilles rancoeurs dont certaines datent de plus d'un quart de siècle.
Les résultats électoraux sont essentiels pour faire évoluer les choses certes, mais en dehors, il est important de diffuser les idées.
Ceci dit, le bon sens finira peut-être par l'emporter !


Pierre 16/12/2008 12:08

L'article de "l'éminent" professeur Torfs m'avait en effet interpellé sans susciter cependant mon hilarité.Ma première réaction a été de me dire :"mais de quoi se mêle ce flamand ?".Si le nord du pays souhaite son indépendance, que ses dirigeants et "intellectuels" aient au moins la pudeur de ne plus se mêler de notre avenir et nous laissent décider seuls de la direction que nous voulons prendre.Ensuite, je me suis dit que l'envie des Wallons de rejoindre la France devait bien évidemment susciter l'agacement en Flandre. Nous voici en effet Francophone avec une possibilité d'avenir meilleure que la situation actuelle.Enfin, il y a Bruxelles. Que Torfs admet implicitement être un frein au séparatisme sauf évidemment si ..... les Francophones abandonnent cette ville à moeder vlaanderen.Cette chronique de Torfs n'a pas fait l'objet d'une publication en ligne sur le site du Soir (seulement en version payante : papier et pdf). Sans doute de peur des commentaires réactionnels. Et sur le Soir papier, la rédaction publie ce jour uniquement la lettre de Burgeon. Pas vraiment une référence.Monsieur Torfs, si j'étais Musulman, je vous balancerais mes godasses à la figure.....

Claude Thayse 17/12/2008 11:04


Vous pouvez retrouver cet article en vous enregistrant et vous identifiant sur le site du Soir.
Ceci dit, il est intéressant en ce sens qu'il montre bien que certains Flamands veulent garder une "structure belge" sur laquelle ils garderont la main...
Le premier objectif doit donc être de sortir de ce piège !


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...