Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 12:00
La France, la Hollande et le Luxembourg se sont partagée, en quelques jours, la dépouille de la plus grande institution financière du pays. Pauvres tenants de la Belgie-que. Après avoir vu disparaître les centres de décision d’un certain nombre de grandes entreprises industrielles (y compris un des principaux ciments de l'unité… la bière !), de la grande distribution, de l’énergie (Electrabel, Distrigaz, Pétrofina…), de la sidérurgie, et bien d'autres, privées ou publiques comme la Poste ou la Sabena, c’est la finance qui a maintenant quitté le navire.

S'il y a une première leçon politique (provisoire) à tirer de tout ça, c'est de se demander à quoi sert encore la Belgie-que. Ou s'il y a encore vraiment une Belgie-que ! Un des derniers pans de l'unitarisme vient de tomber. Quelles raisons avons-nous encore de rester ensembles ? Qu'avons-nous encore en commun ? Même plus les moules !

Ceci dit, c'est génial de la part de BNP-Paribas qui obtient ainsi l'accès à l'épargne en Belgie-que (40% de l'épargne bancaire !) par le réseau Fortis, et même récupère celle investie à Paris (dans l'ex-banque parisienne de crédit) sans débourser un euro. Mais aussi, et surtout, parce qu'en cas d'attaque contre son capital, cette banque pourra compter désormais sur le soutien de deux états : la France et celui du gouvernement belge (encore que... reste-t-il quelque chose ?) qui ne pourra pas se permettre de perdre sa mise, constituée des fonds publics investi.

Les épargnants devraient donc être rassurés, et même plus. Malgré les limites de la réglementation belge il est bien possible que BNP va probablement faire des offres intéressantes pour les frais de banque ou pour la rémunération de l'épargne pour éviter la fuite des anciens épargnants "TSF" (pour "tout sauf la France") de Fortis (Vers où ? ING ? des Hollandais… ? Il reste évidemment KBC…) et en attirer d'autres. L'épargne flamande et celle des ultras du belgicanisme drainées vers la France, amusant, non ?

Evidemment pour les actionnaires, c'est nettement moins bon. Ce qui est coté en Bourse, c'est le titre "Fortis Holding", et non le titre "Fortis Bank". Après ces cessions, "Fortis Holding" va donc se trouver à la tête d'env. 30 à 35 milliards en cash (16 à 17 hollandais, 11.7 belges et 8,8 français) auxquels il faut ajouter plus ou moins 66% d'actifs toxiques dans ses actifs propres. Comme ça, ça a l'air bien, mais si on retranche le passif propre, il ne devrait plus rester grand chose et comme c'est ce résultat final qui est coté… C'est la Bérézina à très court terme ! Le message de Leterme cette nuit était clair : "Il fallait protéger les épargnants, les actionnaires savaient quels risques ils prenaient…". Le drame dans cette affaire, c'est  que "l'action Fortis" était considérée par beaucoup en Belgique comme une action de "bon père de famille". Donc elle-même une forme d'épargne. Aïe !
Mais bon...
On ne sauve pas un système déjà fortement gagné par la gangrène, en multipliant les transfusions. Chacun sait que dans ce cas, il faut amputer avant de pouvoir stabiliser et reconstruire les parties saines du corps.
Heureusement, on le sait aussi, la plus grande partie de cette forme particulière d'épargne (?) est concentrée en Flandre…

Autres perdants, vous l'aurez compris, les contribuables. L'état belgo-flamand détiendra 20 à 30 % de ces "actifs toxiques" du "Holding Fortis"... 20 à 30 %, ce n'est pas rien !

Les autres leçons politiques à tirer sont :
1. Se demander à quoi sert encore le BENELUX (Si pour nous Wallons, ce machin a un jour servi à quelque chose…). Les coups les plus durs sont venus sont venus des "amis" du nord (le "lâchage" des bataves), la main tendue (Dexia et Fortis) est venue de France. Le front face à la crise financière passe donc désormais par l'axe Paris (surtout) - Bruxelles (un peu), et non plus par Amsterdam-Bruxelles-Luxembourg.  Merci la France !
Et les faits économiques précèdant souvent les faits politiques...
Juste pour information,
l'Etat néerlandais porte effectivement une part de responsabilité importante dans la débâcle de Fortis: 1. il n'a jamais versé les 4 milliards d'euros de capital qu'il s'était engagé à souscrire le 28 septembre 2008. 2. la Banque centrale de Hollande a refusé de faire le "funding" des activités hollandaises durant la semaine cruciale. 3. l'Etat hollandais a menacé de mettre la banque en Hollande sous curatelle, le but ultime était de récupérer ABN-Amro, joyau hollandais à vil prix et éviter qu'il ne soit cédé à Deutsche Bank. Le gouverneur de la Banque de Hollande, Wout Nellinck, a indiqué qu'il n'aurait jamais accepté cette solution.
2. Se demander à quoi sert encore la Commission européenne dont on n'entend plus parler, elle qui a facilité - et même  provoqué – toute la dérégulation qui a abouti à la crise actuelle. Quel silence assourdissant ! (Au fait, où est la Banque centrale ?)
3. Les Etats nationaux restent les principaux garants de la stabilité. Partout. L'Allemagne ne vient-elle pas d'annoncer une garantie d'Etat pour tous les dépôts d'épargne de particuliers ? (Pour mémoire 20.000 € en Belgique, 70.000 en France avant la crise).
Tous les Etats nationaux ? Non. Tous sauf un. La Belgique ! Où le choix (la fuite ?) vers le niveau européen se révèle désastreux.
Ça fait des années que je l'écris… Pour les partisans de la survie de cet Etat impossible, cette stratégie de "tout à l'Europe" s'apparente maintenant clairement à un résultat "tout à l'égout" !

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Philippe Lange 09/10/2008 14:50

Cher Claude, chers lecteurs du blog,Eh bien savez-vous quoi ? Je suis rattachiste, et anciennement client de Fortis groupe belgo-hollandais non point par volonté personnelle mais par inertie, étant ancien client de la défunte CGER, et cela fait quelques années que je me dis, mais diable, quand passeras-tu dans une banque française ?Eh bien, sans changer de banque, voilà qui est fait, les managers n'ont fait que des bourdes mais ils ont fait de ma banque une banque française, grâce aussi à l'habileté du gouvernement français et de la banque PARIBAS !Il faut dire que je suis client mais pour mon compte courant et une ligne de crédit à la consommation ! Heureusement je n'ai pas d'action Fortis sinon je serais évidemment beaucoup moins content, mais n'étant pas riche, voilà ... je ne risque pas de m'appauvrir non plus. Pratique non ?Cette crise bancaire a au moins ceci de bon : elle révèle la fragilité du système d'intérêts belgo-belge et son grand château de carte, comme l'était le régime de Louis XVI en 1788, juste avant 1789 !Comparaison n'est pas raison, mais cela aide le moral des rattachistes.

Demarcq 08/10/2008 14:49

MAGISTRALE synthèse, Claude !

Je ne suis pas enchanté de l'euro, mais son existence a empêché les émules de Soros de se déchaîner sélectivement contre l'une ou l'autre des monnaies européennes. C'est comme un gros manteau pas pratique, étouffant, mal fichu : on est quand même bien content de l'avoir quand il fait mauvais temps.

Claude Thayse 08/10/2008 14:55


Merci du compliment (Sur le billet, pas l'Euro ;-)) ! J'en rougirais presque !


sarko 07/10/2008 23:32

C'est vrai que l'absence d'action concertée au niveau européen est extrêmement triste.  Je reste persuadé que vu l'urgence qui grandit tous les jours, l'union finira bien par agir de manière concertée ... mais entre temps on aura perdu de très précieux jours !!   si l'on peut regretter l'absence de politique européenne sur le plan financier, nous pouvons tous louer sans aucune retenue les bienfaits de l'euro.  Après notre lamentable crise politico-communautaire et maintenant une crise financière sans égale, je me demande ce serait devenu le BEF ... Nous aurions été tellement dévalué par rapport aux autres pays européens que des vacances à l'étranger auraient été impossible pour 99% de la population !!!  Reconnaissons au moins ce mérite là (regardez la pauvre Icelande dont la monnaie vient de perdre près de 40% en qq jours ...)

Claude Thayse 08/10/2008 11:00


Oui, heureusement qu'il y a eu l'Euro.
L'Euro est finalement tout ce qui reste du projet original des "pères fondateurs" qui était extrèmement généreux et réconciliait l'économique et le social. On est est loin.
Paradoxalement, l'Euro vient finalement de sauver l'existence de la Belgique...


didier 07/10/2008 09:56

Très belle analyse, très juste.Je vois un autre avantage immédiat à la reprise de Fortis par BNP Paribas, pour le personnel wallon de la banque: les cadres francophones auront enfin de sérieuses perspectives d'avancement et de carrière au sein du groupe ...Quand Kraft a racheté Jacob-Suchard à Liège dans les années 1990, on a ainsi vu des petits Liégeois prendre des postes à responsabilité à ... Paris. Difficile à imaginer dans une structure "flamando-hollandaise".

Claude Thayse 07/10/2008 10:06


En effet !


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...