Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 20:48
Aucune des deux, celle des banques, et directement dans nos poches.

Depuis des mois, et jusqu’au dernier jour, on nous dit que tout est sous contrôle. Et subitement, les Etats sont obligés d’intervenir et de renationaliser ce qui a été privatisé sous l’influence du libre échangisme (rien de sexuel là-dedans…) ultime et sans limites prôné par la Commission européenne.

C’est que c’est évidemment, en Belgique, le contribuable qui va payer. Reynders l’a dit – et personne dans les autres partis – ne l’a démenti, l’Etat revendra au plus vite ses parts aux opérateurs privés.

Avec des gains potentiels ? Vous y croyez vraiment, vous ?

Soyons sérieux, pour ça, il fallait beaucoup plus que la modeste capitalisation pour assurer la liquidité du portefeuille d'engagements de Fortis (pour ne citer que celle-ci) qui représente 604 milliards d'€ (2 fois le PIB de la Belgique....). En fait il fallait au minimum des fonds propres à hauteur de 50 milliards, alors que Fortis n'en dispose tout au plus que 27-28 milliards, y compris après la première recapitalisation.

Je ne suis pas certain non plus de la couverture des engagements pris sur les marchés à terme ou les marchés dérivés, qui peuvent représenter 10 à 20 fois les capitaux propres de la banque.

Ce qui me fait dire que les Hollandais (dont le ministre des finances s'est félicité d'avoir récupéré la partie la plus saine de Fortis... laissant aux belges les obligations "structurées", autrement dit "toxiques", mêlées de près ou de loin aux subprimes et estimées à 48 milliards d'€...) et les Luxembourgeois l’ont bien compris en reprenant leurs billes. Ils s’assurent le contrôle de leurs avoirs. Et protègent leurs citoyens. Ces deux pays, comme la France que d’aucuns critiquent, ont très bien joué, sortant de cette mésaventure avec des pouvoirs renforcés dans les structures des dites sociétés assainies. La totalité des obligations "structurées", mêlées  aux subprimes sont désormais logées uniquement... chez fortis belgium... on n'est plus très loin de la banqueroute...

Aucun institutionnel belge ne peut plus égaler ses voisins dans l'apport d'argent frais. Toute l’Europe sait que ce Etat n’a plus d’avenir et, c’est de bonne guerre, les voisins se partagent déjà les dépouilles. C’est qu’il n’y a pas que les banques...
Souvenez-vous. En deux temps, en 1988 (la fameuse saga de la Générale) et en 1996, Suez s'est offert les « pépites énergétiques » belges (Electrabel et Tractebel), avec lesquelles le groupe français trône aujourd'hui au sommet de la hiérarchie mondiale du gaz et de l'électricité. Sans contreparties. Verrons-nous la BNP-Paribas intervenir ou alors... un groupe russe (et maffieux ?) ou asiatique sera-t-il préféré par les Flamands à un groupe français ?

Certes ici, il fallait de toute façon faire quelque chose. Ce n’était pas qu’une question de faillite ou d’emplois (même très bien payés) à sauver. Nous verrons ce que l’avenir à court terme nous réserve. Je n’exclurais pas une sortie prochaine de Fortis du BEL20. L'état belge risque de devoir alors trouver rapidement un adossement pour « sa » banque, car en cas de nouvelle panique financière, il ne pourra compter ni sur les néerlandais ni sur les luxembourgeois pour remettre au capital…

Maintenant en matière de socialisation des pertes, mais ce n’est qu’un extrapolation et donc, je ne garanti pas les chiffres, mais rien que pour s’en tenir à Fortis, Marco Van Hees (auteur du livre : « L’homme qui parlait à l’oreille des riches ») estime ceci :
Fortis a acheté la CGER pour 3 milliards €, grâce à celle-ci, elle a réalisé entre 1998 et 2007 un bénéfice de 27,7 milliards €. En réinjectant 11,2 milliards, les états belgo-luxembourgeois ont perdu 8,2 milliards et les privés en ont gagné 27,7. Pas mal, non ?

Autre point de vue. Dans cette affaire, les Wallons payent pour sauver les épargnants flamands. Le gouvernement belge a obtenu l'engagement des régions qui participent à l'effort de sauvetage à raison de :
-500.000.000 € pour la Flandre :
-350.000.000 € pour la Wallonie et 150.000.000 € pour Bruxelles : soit ensemble 500.000.000 €
Pourquoi ?
Pour un taux d'épargne à garantir plus élevé en Flandre (75 % de l'épargne belge ?)
Pour une population plus importante en Flandre (60 % de la population)
On intervient pour 50 % et les Flamands pour 50 %, et encore parmi les Flamands il y a plus de 200.000 francophones de la périphérie et de Flandre travaillant à Bruxelles et payant leurs impôts en Flandre.

Conclusion : quand les Flamands disent qu'ils payent pour les Wallons, c'est exactement l'inverse en fait : les salariés wallons et bruxellois vont casquer pour l'épargne des moyens et gros revenus (et rentiers) de Flandre : c'est cela la Belgie-que de Leterme et Reynders !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Coup de gueule
commenter cet article

commentaires

harles 05/10/2008 15:32

Vous semblez ignorer le Community Reinvestment Act de 1977, une loi socialiste qui IMPOSE aux banque de donner des crédits immobiliers à des insolvables. Le coeur du problème.Libéralisme vous dites ? Je ris.Ente la Fed, les dépenses publiques, les régementations, et les aux d'intérêts qui augmentent à tout bout de champs, obligeant de plus en plus de gens à recourrir à ces crédits à hats risques.L'interventionisme est la première cause de la crise, désolé.Plus d'informations là :http://www.objectifliberte.fr/2007/08/crise-immobilir.html

Claude Thayse 05/10/2008 16:19


Ciel ! Un ultra !


francis baudoux 04/10/2008 18:35

Au lieu d'accepter cette nouvelle clé de répartition qui semble léser effrontément la Wallonie nos politiciens auraient pu avoir le minimum d'intelligence de réclamer l'utilisation d'une clé de répartition existante et qui nous aurait lésé un peu moins - tout en nous lésant quand même : celle qui est utilisée pour les attributions de l'Etat Belge en matière de chemin de fer : 57.5% pour la Flandre.Quand le flux va vers le Nord c'est 57.5 % quand c'est vers le sud c'est 50%. Peut on nous expliquer pourquoi ?

Claude Thayse 05/10/2008 07:52


Je n'étais pas, vous vous en doutez, présent aux négociations !
Peut-être il a-t-il derrière une arrière pensée de reconnaisance de Bruxelles come troisième région, mais j'en doute.


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...