Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 06:37
"Lorsqu'un dirigeant qui a bonne réputation rencontre une société qui a mauvaise réputation, c'est la réputation de la société qui reste intacte."  (Warren Buffet)

Dans "Le Soir", Kris Peeters, ministre-président du gouvernement flamand, déplore que "des francophones" saliraient l'image de la Flandre en saisissant les Instances européennes pour faire progresser leurs dossiers.

Intéressant. Il est vrai que l'image de la Flandre en prend un coup ces derniers temps. Particulièrement dans la presse internationale. Le Kroll du 20 mai l'avait superbement illustré. Kris Peeters ne fait que reprendre une vielle tradition du Mouvement flamand. Se faire passer pour victime.

S'il a été relativement facile de manipuler l'Histoire en mettant en avant les malheureux Flamands brimés par les odieux hobereaux "fransquillons" (*), puis chair à canon d'officiers dont ils ne comprenaient pas les ordres pendant la grande guerre (**), victimes des conditions de travail inhumaines imposées par le capitalisme dans les mines et aciéries situées dans le bassin Sambre et Meuse (***), ayant capté les Fonds structurels européens de reconversion industrielle destiné à la Wallonie dans les années '50 et '60 pour permettre leur développement économique (****),  il devient de plus en plus difficile de faire croire au Monde qu'un peuple flamand, sûr de lui, "confiant et ambitieux, économiquement très forts" - pour reprendre les paroles du ministre - reste une pauvre malheureuse victime.

L'utilisation stratégique et manipulatrice du statut de victime aurait-elle ses limites ?

Tant pis... et tant mieux. Voilà qui va augmenter la cohésion et l'unité du ressentiment que d'aucuns, rares en Flandre, lucides, appellent  mystique, traumatisme ou  phobie. Toute la Flandre, largement convaincue d'être dans son bon droit face aux critiques internationales qu'elle attribue aux basses manœuvres des partis francophones va ainsi se radicaliser encore un peu plus.

A quelques jours d'un débat sur la révision de la Constitution - que personne ne semble préparer, la crainte des conséquences d'un échec collectif le 15 juillet est devenue aussi grande que la crainte des conséquences qu'entraineraient des concessions - ça promet des moments très chauds, très rapidement ! Comme le dit fort justement Jules Gheude dans une interview au Vif, il est plus que temps de poser crûment, et d'urgence, la question de notre devenir. 

Et pendant ce temps, la France prépare son opinion publique, voyez cet article du Figaro international...

(*) Des Flamands aisés s'exprimant en français pour se différencier du petit peuple.

(**) Oubliant que la plupart des soldats wallons ne les comprenaient pas beaucoup plus et également passant sous silence la défection de régiments flamands entiers, eur fraternisation avec les troupes nazies la fois suivante. Oubliant également le retour immédiat dans leurs foyers de ces "valeureux guerriers" pendant que les Wallons sont restés en captivité pendant toute la guerre...

(***) Au même titre que les autres ouvriers, tant Wallons (bien plus nombreux) qu'étrangers...

(****) Sidmar à Gand ayant été construit avec les fonds européens destinés à la restructuration de la sidérurgie wallonne.

Avec toutes mes excuses aux puristes, d'avoir utiliser ce néologisme de "victimisation", "mot-valise" emprunté à l'anglais (le français correspondant serait « victimer »).

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Baré 07/06/2008 10:11

Dans les tranchées, les Bretons (avec bien d'autres) avaient les même problèmes. Comme ils réclamaient souvent du pain blanc (bara) et du vin ou de l'eau (gwin, gwen) les "Français se moquaient de leur baragouin.

Claude Thayse 09/06/2008 09:30


Et oui ! Et le monde a changé ! Il change tpous les jours, il ne faut pas l'interpréter en fonction de nos critères actuel !


Mateusz Kukulka 27/05/2008 14:46

Ce billet a été repris dans la revue des blog du Politique Show.Bien à vous.

Claude Thayse 27/05/2008 15:16


Super ! Merci !


Olivier 23/05/2008 21:11

Le malheur c'est que la Wallonie n'est pas préparée à ce changement. Elle
considère encore la Belgique comme une nation en devenir, elle n'a pas encore compris que cette nation
est en décomposition et qu'il est grand temps de tourner la page. Lachée par la Flandre,
elle est comme cette épouse cocue qui découvre brutalement que son mari la ridiculise
dans l’espoir d’obtenir plus rapidement le divorce. Comme dans toute situation
de crise, elle ne doit pas se laisser abattre, elle doit prendre son
avenir en main en ne comptant que sur ses propres forces, sur sa détermination
à faire front dans la sérénité et la cohésion. Il faut retrouver le chemin du
courage politique, de la prise de risques, il faut absolument sortir de ce
bourbier au plus vite. Comme dans tout changement, ce sont les premiers pas qui
sont les plus pénibles à accomplir. Cet avenir doit être fait d’ouverture sur
le monde, pas d’un repli identitaire comme certains le suggèrent. Il faut
absolument mettre en avant notre culture qui est à mes yeux notre plus grande
richesse.

Claude Thayse 24/05/2008 09:43


Les choses changent. Les Wallons ouvrent les Yeux. C'est à nous, militants à acompagner ce changement. J'aime beaucoup votre conclusion.


Guillaume 23/05/2008 14:43

On peut lire dans le Pan un avis de Hugo de Ridder sur la radicalisation du CD&V  L’ancien commentateur politique du Standaard Hugo De Ridder était convié au même exercice : «
Yves Leterme s’efforce d’expliquer à sa base qu’on peut s’approcher du
but par petits pas. Une base qui, entre parenthèses, est contaminée par
le virus nationaliste. Quand je vais parler dans les sections locales
du CD&V, je constate que les gens tiennent un tout autre langage
qu’il y a cinq ans. Le discours de la N-VA y est omniprésent. Bart De
Wever est aujourd’hui le leader intellectuel du cartel (…) et on réagit
peu à ses propos nationalistes et séparatistes. Cette tendance est
irréversible (…). Ni Jean-Luc Dehaene, ni Herman Van Rompuy ne peuvent
y remédier ».

Claude Thayse 23/05/2008 15:35


C'est évident !


didier 23/05/2008 13:39

J'ai découvert avec stupeur, étonnement et colère les propos de Kris Peeters dans l'interview au journal Le Soir citée plus haut. Ses propos me sidèrent de par leur mauvaise foi la plus incroyable.Ainsi, si les francophones ne sont pas contents de la législation linguistique, ce serait au Parlement de changer ces lois? "Démocratiquement" sans doute?Ce même parlement qui en 1962-1963 a voté "démocratiquement" le tracé de l'actuelle frontière linguistique, voix flamandes contre une majorité de voix wallonnes? Frontière que la Flandre remet aujourd'hui en cause unilatéralement en voulant par la force du nombre scinder BHV et étouffer les facilités linguistiques?Ce parlement où le 7 novembre 2007 et le 8 mai 2008, la Flandre a voulu imposer ses vues par la force du nombre?Ainsi, nous - francophones - devrions faire confiance à un parlement, où nous sommes minorisés, pour défendre nos intérêts légitimes, alors que la Flandre est entrée dans une logique de "loi du plus fort", à laquelle nous serons mathématiquement toujours perdants?Cette opinion est indéfendable, elle est d'un mépris indigne pour les Wallons et les Bruxellois francophones, et pour la démocratie tout court. Il est à présent impossible de s'entendre avec la Flandre sur ses dossiers fondamentaux. La seule issue est le divorce. Par consentement mutuel et dans le calme, du moins je l'espère.J'ai beaucoup apprécié la justesse de la réponse de Bétrice Delvaux dans le Soir, par contre.

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...