Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 12:58

On ne voit pas, à l'heure actuelle ce qui pourra empêcher le Parlement (Organe législatif en principe indépendant (*) du gouvernement, pouvoir exécutif) de voter (ce 8 mai, anniversaire de la fin de la guerre contre le fascisme...) la scission de l'arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde (BHV). De quoi marquer unilatéralement par les Flamands l'unicité linguistique de leur territoire.

Face aux responsables politiques flamands plus nationalistes que jamais, des Francophones feignent de faire le gros dos. Incapables qu'ils sont de s'entendre sur un projet d'avenir.
A moins de trouver un truc évitant un vote qualifié d'humiliant pour les francophones pour qui, la Belgique est encore ressentie (pour combien de temps ?) comme protégeant un quotidien douillet...

Différentes pistes sont lancées :
- le conflit d'intérêts d'abord, mais il doit être lancé avant le vote. Cela suppose donc de réunir en urgence le Parlement wallon... Est-ce logique ? BHV est situé en dehors de la juridiction de la Région. Les 6 communes de la périphérie n'ont jamais été wallonnes, Fourons oui. Les 6 n'ont jamais demandé à se rattacher à la Wallonie, Fourons oui. Une votation populaire à Fourons en 1962 a clairement officialisé cet état de fait. Mais il est vrai qu'on n'a jamais demandé leur avis aux habitants de la périphérie...
- Curieusement, on ne parle pas du Parlement bruxellois qui devrait se sentir plus impliqué... Il est vrai que la Région bruxelloise célèbre sa Fête de l'iris...
- La sonnette d'alarme (On reporte le vote et on gagne 30 jours, mais on renvoie le dossier au gouvernement.).
- Le dépôt d'amendements pour gagner le temps de leur examen par le conseil d'Etat.
- Le droit d'évocation par le Sénat mais celui-ci ne peut intervenir qu'après le vote.

Par ailleurs, il semble bien qu'on prépare l'opinion publique. Ce matin, j'endentais un journaliste de la RTB(f) dire que si BHV avait une charge symbolique importante, la scission n'était, somme toute, qu'un fait... relativement anodin !
Le vote flamand en commission de la Chambre a été présenté l'an passé comme un événement sans précédent. alors que cela s'est déjà produit plusieurs fois en Belgique, notamment en octobre 1962 (**), en 1938 (***)et, de mémoire, à au moins une autre occasion, (en 1921 ?).
2008 devrait donc venir s'ajouter à ces dates.

Le mouvement flamand n'a aucune raison de renoncer à ses objectifs, dans la mesure où un mouvement politique doit son dynamisme aux victoires dont il peut se nourrir.
L'attitude des partis flamands est assez grossière. En votant la scission, ils remplissent le contrat passé avec leurs électeurs et en demandant (****) aux partis francophones d'accepter de prendre l'initiative de ralentir la procédure, ils se proposent d'obtenir d'autres acquis d'ici à la mi-juillet. Grossier, mais bien joué. De même que l'attitude de Leterme qui, en temporisant, joue également sur les deux tableaux.

(*) En principe... Mais en réalité, et tout le monde sait - mais feint de l'ignorer - que le Parlement (tout comme le gouvernement) n'est qu'une chambre d'entérinement de décisions prises par les présidents de partis. Le seul véritable pouvoir dans cet ersatz de pays démocratique.
(**) Fixation de la Frontière linguistique et transfert des Fourons en Flandre. La Chambre comptait 212 députés répartis comme suit : 76 Wallons, 29 Bruxellois et 107 Flamands. Le projet a été approuvé par 130 députés (dont 93 Flamands) contre 56 (dont 45 Wallons), en tenant compte de 12 abstentions et 14 absences.
(***) Division linguistique de l'armée.
(****) On parle maintenant d'un accord implicite sur une procédure de conflit d'intérêt qui aurait permis la formation du gouvernement. Tout bon négociateur sait que dans une négociation, tout ce qui est implicite, est une source de contestation inévitable. Tout doit être pesé et surtout explicite. Au Congrès de Vienne en 1814 ,  Talleyrand, qui savait ce que négocier voulait dire, a eu cette phrase historique : «Si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le disant.
»
Ceci dit, il aussi dit à une autre occasion : «Si les gens savaient par quels petits hommes ils sont gouvernés, ils se révolteraient vite.»...

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

francis baudoux 05/05/2008 16:49

Est il encore possible de trouver quels sont nos élus qui ont collaboré avec les élus flamands pour rattacher les fourons à la flandre ?Et quel avantage cet acceptation du transfert des fourons à la flandre a rapporté à la Wallonie et/ou à Bruxelles et/ou la communauté française (pourquoi française ?)

Claude Thayse 06/05/2008 09:33


Je pense que l'Action fouronnaise a toutes ces archives. Ils ont un site internet assez complet. Sinon, les archives de la Chambre doivent pouvoir vous donner cette information.
A notre que Duvieusart, ancien premier ministre PSC et pourtant membre du parti de Gilson, ministre de l'Intérieur de l'époque a courageusement voté contre. Malgré laa fameuse discipline de
parti.

Il n'y a pas eu - à ma connaisance - d'avantage lié à ce transfert. Simplement, comme d'habitude, c'est le résultat d'une négociation sans données précises, sur base de croyances. La justification
donnée à l'époque, c'est que les habitants de ces communes - peu connues - étaient sensés être Flamands... Comme quoi...

Communauté française ? Simplement parce que ceux - et non des moindres , pensons simplement à François Perin ou Fernand Massart - qui ont porté cette institution ont voulu mettre l'accent sur la
culture française des citoyens à qui elle s'adresse.

A propos de cette communauté, elle a été une étape indispensable pour obtenir, en échange la création de la Région wallonne (revendication wallonne à vocation économique). Les Flamands concentarnt
toutes leurs demandes sur le principe de l'autonomie culturelle. Il a d'ailleurs fallu de nombreuses années pour que les plus farouches adversaires de la Communauté française (en réalité des
unitaristes centralisateurs) acceptent son nom, préférant parler de "communauté francophone".
N'oublionns pas qu'on est entré dans le processus de fédéralisation à reculon. Ceux qui ont finalement mis le système en place n'en voulaient pas, ça s'est fait par petits paquets. D'où les
problèmes actuels.


« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...