Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 12:24
On en parle beaucoup et certains se réjouissent - un peu tôt à mon avis – que selon les observations finales du Comité de l’ONU pour l'élimination de la discrimination raciale réuni à Genève du 18 février au 7 mars, celui-ci se dit préoccupé par le Wooncode adopté par la Flandre. La Belgique devrait notamment « veiller à ce que les exigences linguistiques ne conduisent pas à une discrimination indirecte exercée en raison de l'origine nationale ou ethnique ». Le même Comité enjoint la Belgique à ratifier la Convention-cadre du Conseil de l'Europe sur la protection des minorités ainsi que la Convention des Nations Unies sur la protection des droits des travailleurs migrants et de leurs familles.
 
Fort bien !
Certains, comme ce député FDF de la périphérie, analysent avec satisfaction que  «Si les Nations-Unies se penchent sur le problème, c'est qu'il est sérieux. (..) C'est assurément une bonne chose pour tous les démocrates, y compris les démocrates flamands qui ne doivent pas toujours être fiers devant les décisions prises par leur Région et qui devraient enfin comprendre qu'ils ne doivent plus courir après le Vlaams Belang pour des raisons électoralistes. Il conclut que « la Flandre, qui tient beaucoup à son image de marque au plan international, devrait à présent bien réfléchir sur les conséquences de ses actes. Il n'est pas trop tard, elle peut encore se ressaisir, mais il est temps ».
 
Je serais plus circonspect.
Certes, je suis, comme beaucoup de Wallons préoccupé par le sort des habitants francophones (surtout des plus pauvres) de la périphérie de Bruxelles, tout comme de celui des Wallons de Fourons, Régions pour lesquelles il y a contentieux. Et je crois aussi que de telles condamnations internationales de la Flandre sont importantes, non seulement car elles discréditent totalement la Flandre, mais aussi et surtout parce qu'elles nous renforcent en nous présentant de fait indirectement comme des résistants à l' « agression flamande ».
Mais devons-nous pour cela toujours réagir en « belges » ? Les partisans de la cause de la réunion de la Wallonie à la France devraient peut-être moins se préoccuper de ce qui se passe en Flandre. C’est un autre pays et c’est bien comme ça que les Flamands le comprennent. Ce n’est pas notre combat principal, c’est un peu comme ce curieux billet publié sur le site « seul officiel » du RWF qui s’inquiétait il y a quelques temps de la dégradation du… néerlandais en Flandre !
Voyons plutôt comment nous pouvons rallier les Wallons à la cause que nous partageons.
Le Mouvement wallon doit se dégager de l’attitude défensive de ses origines, sortir de sa position de victime. Mais ça… C’est un autre combat… La Nation flamande est un fait. Acceptons-le et avançons en ayant pour objectif le bien de nos concitoyens wallons.
 
Ceci dit, nous pouvons (ou plutôt : nous devons, en tant que démocrates) évidemment nous préoccuper de la situation des Droits de l’Homme partout dans le monde, mais au même titre, que ce soit en Colombie, en Birmanie ou… en Flandre. Comme l’a dit un jour François Perin, «… nous Wallons, avons acquis la philosophie des Droits de l’Homme à la Révolution française et c’est irréversible ». Ne le faisons pas mentir.
 
Je suis plus circonspect également parce que la Flandre ne reviendra pas en arrière dans ses projets. Le « Wooncode » a été validé aussi bien par la Cour constitutionnelle (qui traîne à se prononcer... ) que par le Conseil d'Etat qui ont estimé qu’il ne lésait les droits fondamentaux de personne. Quant à la « Convention cadre pour la protection des minorités », la Flandre sait qu'elle devra la ratifier et elle s'y prépare. Ayant appris dans le "Trends-Tendances" que les directeurs généraux de l’administration flamande s’étaient réunis pour discuter d’un nouveau rapport à l’attention du gouvernement flamand qui complète, précise et corrige les 95 revendications de réforme de l’Etat, j’écrivais ceci, le 7 octobre 2007 : on peut se dire que, par exemple, les habitants francophones de Flandre (Communes à facilités, Fourons, et autres…) auront bientôt des raisons supplémentaires de s’inquiéter. On sait, et les partis qui se disent défenseurs des ces habitants francophones en font grand cas, que la pression internationale pousse à la ratification de la « Convention cadre pour la protection des minorités ». Les directeurs généraux de l’administration flamande en sont à formuler une « définition juridique étanche de la minorité nationale qui ne présente aucun danger pour les principes de territorialité et la législation linguistique »...


M.à j. : Excellent le Kroll du 13 mars !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Feuilly 13/03/2008 14:09

Ce rapport du Comité de l’ONU est intéressant. Il ne faut pas le voir comme un moyen de se protéger contre ces Flamands qui font de nous des victimes (attitude défensive et bien belgicaine doublée d’un syndrome de bouc-émissaire) mais comme la reconnaissance internationale de ce que nous vivons au quotidien. Autrement dit, il n’y a pas que nous pour déplorer l’attitude de nos « beste vrienden ». En s’enfermant dans leur combat ultrra-nationaliste les Flamands (à la différence de la Catalogne ou du pays basque), ont choisi des courants politiques proches des thèses racistes de l’extrême-droite. C’est leur choix, pas le nôtre. Dès lors, notre combat pour une séparation à l’amiable est non seulement culturel et idéologique, mais il est aussi politique. Autrement dit, ce qui est important, c’est moins le fait qu’on rétablisse les droits bafoués des minorités (francophones ou autres – car soit dit en passant le rapport pense surtout aux minorités allochtones) que le fait qu’on montre la Flandre du doigt. L’opinion internationale ne pourrait que comprendre l’attitude de la Wallonie si elle décidait de se séparer de voisins aussi gênants et aussi peu fréquentables sur le plan politique.

Ce qu’on ne comprendrait pas, par contre, c’est que cette Wallonie continue à courber la dos et à recevoir des gifles sans réagir. Je ne comprends pas non plus cette attitude. La balle est pourtant dans notre camp. A vouloir à tout prix partager le sort de notre grande sœur flamande, nous allons apparaître aussi peu recommandable qu’elle.

On ne comprend pas cette attitude passive, d’autant plus que nous ne sommes pas seuls, ayant à nos frontières le pays de notre langue et de notre culture.

S’il faut attendre le secours de l’ONU pour nous protéger, c’est que la situation est grave. Mais qu’espérer en fait? L’envoi de casques bleus sur la frontière linguistique ? Soyons sérieux : n’attendons rien de personne et prenons notre destin en main.

Claude Thayse 13/03/2008 14:48

Je n'aurais pas mieux dit !

Pierre 13/03/2008 11:24

Amusants les commentaires en provenance du pays flamand à propos de l'avis remis par l'ONU sur le Wooncode.Selon les beste vrienden, le lobby francophone et la presse d'expression française ont manipulé les hauts-fonctionnaires onusiens.Il n'y a pas que les Francophones qui ont des facultés intellectuelles amoindries ne leur permettant plus de comprendre certaines choses de la vie....

Michel 12/03/2008 22:54

"c’est un peu comme ce curieux billet publié sur le site « seul officiel » du RWF qui s’inquiétait il y a quelques temps de la dégradation du… néerlandais en Flandre !"  Et oui comme d'habitude, je réagis dés que je flaire un début de réglement de compte ! Bien que je ne soit pas l'auteur de l'article, je n'y vois rien de curieux, il tente simplement à démontrer l'absurdité d'apprendre et de faire apprendre à nos enfants une langue qui n'est même pas pratiquée par ceux qui tente de nous l'imposer.Pour illustrer ceci, un jour ayant rédigé un court texte en néerlandais, je recours à l'expertise supposée d'une collègue flamande qui doute et intérroge une autre collègue (tout aussi flamande). Face à mon étonnement, elle me répond à peu près ceci :"mais Michel moi je parle le patois de mon village hein"  !  

Claude Thayse 13/03/2008 08:29

Si mes souvenirs sont bons, cet article (mais je devrais peut-être retourner le lire...) ne s'inquiétait pas de la qualité du néerlandais enseigné à nos enfants. Mais il y avait peut-être un deuxième sens que je n'ai pas perçu. Finalement Leterme avait sans doute raison, pour les Wallons d'expression française comme moi, il faut faire simple... Question de facultés intellectuelles déficientes.Et puis, tu ne vas pas me reprocher de leur faire de la pub, non ? Si même moi, je n'en parle plus...

François 12/03/2008 19:03

Je partage ton analyse. Pour moi, la Communauté française de Belgique devrait transférer ses compétences aux régions wallonnes et bruxelloise, tout en gardant comme attribution la défense de la communauté francophone de Flandre.Il est étonnant que des militants rattachistes s'acharnent à donner la réplique aux flamingants, jusqu'à entrer dans un dénigrement imbécile du néerlandais, qui est une langue tout à fait respectable, quelle que soit son usage. Ni la Wallonie, ni la France, ni Bruxelles ne sortent gagnantes de ces joutes stériles avec les extrémistes flamands, comme De Decker par exemple. Tout ceci ne fait que prolonger la nostalgique belgitude. But inavoué et inavouable d'esprits instables ?

Claude Thayse 13/03/2008 08:24

Très bonne question... Et si en plus, il y a communauté de vue entre les flamingants (mais y en a-t-il d'autres ?) et ces réunionistes sur la "mal gouvernance" wallonne...  Ta réflexion est plus que pertinente. En ce qui concerne la Communauté française, le principe était déjà en germe en 1945, les "Bruxellois" présents au Congrès wallon étaient des Wallons de Bruxelles (j'ai eu l'occasion d'en rencontrer quelques-uns) opposés au fédéralisme à trois et qui préfiguraient le principe des communautés sur base linguistiques - le fédéralisme à deux - défendu actuellement par le FDF. Ce qui peut se comprendre du point de vue des Bruxellois d'expression française qui on très peur d'être abandonnés par la Wallonie, alors que celle-ci a toujours fait preuve de la plus grande solidarité. Il faut aussi rappeler de temps en temps que le FDF a été créé par des Wallons de Bruxelles. Les Bruxellois francophopnes sont venus après...

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...