Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 10:23

Je ferais un bilan en demi-teinte. Tout d’abord, il y a très longtemps que des Wallons ne se sont plus réunis aussi nombreux pour réfléchir à leur identité , mais curieusement ce mot n’a pas été prononcé de toute la soirée.

Mais si le thème était de présenter « un projet politique de la société wallonne pour son avenir », je reste sur ma faim. L’assistance était certes composée de militants wallons sincères (des rattachiste au partisans du "tout en wallon refondu", j'étais assis à côté de l'un d'entre-eux...) et d’une grande délégation de Fouronnais, mais n’avait attiré que peu de politiques, quelques syndicalistes et pas de représentants du monde économique. En particulier,seul des adhérents ( ?) du PS (si on peut encore qualifier ainsi les Van Cau, Dehousse, Eerdekens, Happart plutôt régionalistes et l’ultra-belgicaine Lizin - qui est juste passée le temps de se faire photographier - de « représentants du PS ») et quelques un de leurs apparatchiks représentaient le monde politique. Certes, des dirigeants ou militants de partis wallons ou confidentiels étaient présents (RWF, WALLON…). bravant leurs instances officielles. Seule bonne surprise, la présence  de quelques universitaires. Le pari de réunir la « Société wallonne », s’il a jamais existé n’est donc pas encore gagné… Mais c'est un premier pas.
 
Petit résumé des interventions (Je n’ai pas entendu celle de Jean Louvet…) :
 
Jean Pirotte, président de la Fondation wallonne a été clair et son discours, repositionnant le mouvement wallon, dans son histoire. (Le texte de son intervention est publié sous forme decarte blanche dans "Le Soir" du 4 mars)
 
Les différents dirigeants syndicaux présents - et leur présence est un fait important - ont mis l’accent (avec redondance et un ton très syndical) sur ce qu’a apporté la régionalisation des compétences économiques à la Wallonie, mais, curieusement tout en se référant à la pensée d’André Renard qui a eu (lui !) l’intelligence de lier le combat syndical au combat wallon. Ceux qui s’en réclamant maintenant ont tapé sur la Communauté française, sur la concentration des moyens à Bruixelles, sur leurs excellentes relation avec les "camarades flamands" tout en se livrant à des incantations pour le maintien de la solidarité fédérale et des professions de foi fédéralistes dont tout le monde sait que la Flandre - qui s’édifie en nation - n’en a plus rien à cirer. L’un d’eux à même parlé de symbiose, alors que le terme parasitisme eût mieux convenu. Clamant enfin leur solidarité avec Bruxelles mais tout en exprimant un certain malaise vis à vis du statut de cette ville-région.

Evidemment, ils font partie du système, il est bien loin le temps où les syndicats étaient des structures révolutionnaires. Wallons ? Oui, mais solidaires avec nos amis Flamands qui eux ne le sont pas. Il n’y a pas d’autre horizon que les frontières de la Belgique unie. En tous cas officiellement... Pour eux.
 
De l’intervenant présenté comme venant du « monde économique », en réalité le secrétaire adjoint à la fédération wallonne de l’agriculture et ancien membre du Cabinet de José Happart, alors ministre, il y a peu de chose à retenir, sauf une confirmation : c’est que la Wallonie est capable, après une période d’adaptation, d’absorber n’importe que transfert de compétences. Mais qui en doutait ?
 
De Thierry Haumont, romancier, présenté comme parlant au nom du monde culturel et associatif, je ne retiendrai qu’une chose d’une intervention laborieuse, confuse,  maladroite et improvisée (Méforme ou stress ?) : il n’y a presque rien qui a changé en 25 ans… Pour le reste, mieux vaut oublier, il est même parvenu à choquer un authentique résistant wallon de la guerre 40-45 et militant de la Wallonie libre !

 
Christophe Collignon, a sauvé la mise en résumant sa carte blanche publiée dans « Le Soir ». 

Bref, non au communautarisme, oui au régionalisme (3 régions distinctes et disparition de la Communauté française) mais dans le cadre de la Belgique… tant qu’elle assure la sécurité sociale. Point ! Rien de bien neuf, une position connue.
Alors que dans quelques mois, nous allons probablement assister à la grande rupture… On voudrait relancer le débat entre communautaristes et régionalistes qu’on n’aurait pas fait mieux. Certains cachaient mal une certaine jalousie à l’égard de Bruxelles tout en l’assurant de leur solidarité indéfectible. Il faut dire que la sortie provocatrice et méprisante de Maingain sur son projet d’Etat francophone était dans tous les esprits.

Tout ça manquait furieusement de hauteur.

Un pause bienvenue a permis à aux spectateurs de se rencontrer… Et d’échanger leurs points de vues.

Après une rapide présentation rapide de la « Déclaration pour un projet politique mobilisateur de la société wallonne » (ICI en pdf pour que vous puissiez vous en faire une idée et éventuellement réagir) un court débat avec la salle a surtout permis aux politiciens présents de s’adresser à l’assemblée pour leur dire – comme d’habitude – ce qu’elle souhaitait entendre. Van Cau plutôt régionaliste, Eerdekens partisan du rattachisme, Dehousse osant rappeler que c’est grâce à la Communauté française (omettant de dire qu’elle fut obtenue par F. Perin dans cet objectif) que la Région wallonne a pu exister. Pour ceux qui l’ont oublié, les Flamands voulaient un fédéralisme basé sur les Communautés linguistiques, les Wallons mettant en avant la maîtrise de l’économie par les régions. Le résultat fut un compromis boiteux dont nous payons encore aujourd’hui les conséquences. (1) Particulièrement en matière d’enseignement où il faudrait adapter les programmes en fonction des besoins locaux. J’aime bien utiliser l’image suivante : « Un sanglier ne se chasse pas de la même manière dans le bois de la Cambre et dans les forêts d’Ardenne… »

Happart a conclu à sa manière inimitable. Dans un discours disant tout et son contraire.
Petit florilège :
- La Belgique vivra encore longtemps et la rupture risque de se faire dans les 6 mois qui viennent.
- La Wallonie Région de France ? Pourquoi pas, je n’y suis pas opposé (Ah bon ?) ? Mais les Français n’en veulent pas. (Ah booonnnn  ?)
- Il faut préparer l’avenir, mais le Parlement wallon ne veut pas en parler.
- Les politiques ont bien compris qu’on va dans le mur, mais ils doivent suivre l’opinion publique qui ne l’a pas compris.
 Bref une soirée décevante d’une part, ne représentant qu’une partie de la société civile wallonne et une fraction (en rupture de ban ?) du monde politique les orateurs inscrits au programme persistant à croire (ou à vouloir faire croire) à la poursuite d’une Belgique fédérale pourtant illusoire. Tandis que dans la salle, et autour d’un verre ensuite, les militants wallons se retrouvaient pour dire qu’il est temps de préparer l’avenir parce que le moment de la rupture est très proche. Le débat entre régionalistes et communautaristes risque d'être très vite dépassé... "On ne fait pas les cuivres quand la bateau coule"...

Mais malgré ça, un moment important d’autre part simplement parce qu’il a eu lieu. J'espère que les organisateurs vont en tirer les leçons nécessaire et poursuivre en élevant le débat. Ceci dit, je pense que sans un relai politique fort et pluraliste, tout ça risque de n'être qu'un coup d'épée dans l'eau. Et à l'heure actuelle, ce relai n'existe pas. Il y a peut-être quelque chose qui est né ce vendredi soir de tempête à Namur...

Il est pourtant urgent maintenant de se réunir autour d’un vrai projet d’avenir pour la Wallonie, au-delà des partis et des divisions de la Société civile. Pour ça, il faut absolument une pression politique, une prise de conscience et une réflexion approfondie en mettant toutes les cartes sur la table. C’est l’objet de l’appel lancé dans le
Manifeste pour la convocation des Etats-généraux de la Wallonie.
Je n'aimerais pas que vous restiez sur une mauvaise impression. Il s'est passé quelque chose ce 29 février à Namur. Et vous verrez que c'est en rapport avec ce que j'écrivais sur l'identité dans un billet précédent. Je vous invite vivement à lire
ce qu'écrit mon ami François Lemaire sur "Debout la Wallonie !", tout comme le regard d'Arnaud Pirotte.
 
(1) Il faut aussi savoir que les Flamands n’ont pas renoncé à faire valoir leur point de vue. Les projets de Maingain et Consort les rejoignent curieusement. Si vous relisez les résolutions que le Parlement wallon a voté le 3 Mars 1999, ces résolutions proposent une structure binationale avec deux Etats fédérés à part entière, la Flandre et la Wallonie et deux régions à statut spécial, la Région de Bruxelles-capitale et la Région de langue allemande. (Jusque là on peut les suivre sauf pour les statuts spéciaux… qui sont en réalité une façon de nier
la Région de Bruxelles)  Mais ce qui est sous entendu également, c’est qu’à l’instar de la Flandre, la Belgique francophone pourrait également procéder à une fusion de la Région et de la communauté, ce qui entraînerait plus de transparence et d’équilibre. C’est avec quelques nuances ce que Maingain propose. Pour les militants wallons, il n’en est évidemment pas question.

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Leon 03/03/2008 13:55

Je rebondis sur ce que dit le ptit belge puisque je fais partie des "Monsieur tout le monde" qui s'interroge. En fait, le probleme quand j'en parle autour de moi c'est qu'on ne se sent pas francais. Je sais qu'on peut se sentir Belge et Francais comme on peut etre Alsacien et Francais ou Breton et Francais mais ca ne passe pas. On a beau etre dans un pays qui est un erreur de l'histoire batie sur les cendres de waterloo, on y tient un peu a notre biere chocolat Tintin et autres stereotypes. Donc je comprends monsieur le ptit belge et les gens autours de moi ne sont pas vraiment chauds pour une reunion.Par contre si on parle de "Et si les flamands en ont vraiment trop marre, si on passe le point de rupture on fait quoi?". Bin oui, on a tous bien compris qu'il ne sert a rien de courir apres une Flandre qui ne voudrait plus de nous.Dans ces conditions je crois que le scenario qui a l'air de convenir le mieux a la dizaine de personnes a qui j'ai parlé c'est : Wallonnie+ Bruxelles+ Rhodes Saint Genese pour dire d'avoir une continuité territoriale qui deviennent la Belgique. Donc ca reste pareil, les bureaux de l'europe sont toujours en Belgique, L'OTAN aussi et la liason entre l'OTAN et le SHAPE est toujours dans le meme pays. La flandres devient la republique de Flandres et peut courir a ses ambitions de paradis fiscal. A noter qu'elle se retrouve sur la liste d'attente avec la Turquie pour rentrer dans l'Europe.....ou pas.Et puis apres, une fois cette Belgique reduite etablie, on peut imaginer des synergies avec la France pourquoi pas ou meme la Belgique Francaise de Daniel Ducarme.Mais le rattachemet en lui meme c'est trop dure. Il y a trop d'histoires trop de souvenirs trop d'attachements trop de peurs...Et je plaide coupable aussi pour cela.Personnellement si la Flandres se radicalise de trop je suis pour la Belgique Francaise selon l'idee de Ducarme. Plus part pragmatisme economique que par ideologie. Notamment l'axe le Havre, Liege Allemagne, et ce genre de chose.Je ne suis pas Vincent decorbyter (j'ecorche peut-etre son nom), mais je crois que cette idée de secours en cas de point de rupture avec le Flandres serait la plus acceptable par Monsieur et Madame tout le monde.Bien a vous

Claude Thayse 03/03/2008 14:36

Merci de cet avis !

Un petit Belge 02/03/2008 17:55

Oui, c'était une réunion du mouvement wallon, mais le RWF et des rattachistes extérieurs à ce parti (comme François Collette, Debout la Wallonie et vous-même) en ont fait une large publicité sur Internet. Aussi j'en déduis que c'était l'endroit où ceux qui ne croient plus en la Belgique (rattachistes et régionalistes convaincus) devaient se retrouver. L'événement avait également été relayé par la presse, notamment "Le Soir". Au final, on se retrouve avec 300 personnes pour ce qui avait été annoncé par la grande messe du mouvement wallon et vous ne cachez pas ci-dessus votre déception quant à certaines interventions. Bref, cette réunion est un échec selon moi. Beaucoup de rattachistes et régionalistes sont agacés par les chiffres officiels incontestables que je répète sur des blogs. Ils me répondent inlassablement que de plus en plus de personnes sont favorables au rattachisme, mais où sont-ils? La réunion de Namur ne réunit que 300 personnes, le nombre de membres du RWF est passé en quelques années de 900 à 400 personnes, le RWF ne dépasse jamais les 1% dans les sondages (alors que les médias en ont parlé au cours des six mois de crise politique) et seul le trio Van Cauwenberghe-Happart-Collignon soutient publiquement la thèse régionaliste/rattachiste. P.S. Malgré nos différences d'opinion, je respecte votre point de vue et vous ne lirez sur mon blog aucune injure ou moquerie à l'égard de votre courant de pensée.

Claude Thayse 02/03/2008 18:20

Merci pour la correction précisée dans votre dernière phrase.Je pense que vous donnez trop d'importance aux blogs comme celui de François Colette ou le mien ou encore au site "Debout la Wallonie !" qui ne sont que des médias mineurs. Le Soir avait annoncé l'événement en un article assez court en cinquième page. N'exagérons rien. Large est peut-être un terme un peu fort.Je parcours parfois votre blog (où il faut s'inscrire ou s'abonner à une organisme extérieur pour déposer un commentaire, donc je ne fais pas...) pour y lire l'impressionnante documentation sur la famille royale à laquelle vous vouez une sainte vénération, ce que je respecte.J'ai fais d'autres choix. Ils ne sont pas majoritaires pour le moment ?  Et alors ? Dois-je renoncer à mes opinions pour autant ou les défendre ? Sachez que je ne considère pas le RWF comme le meilleur moyen de faire progresser la cause que je défends, ce n'est qu'un moyen bien imparfait, heureusement il y en a d'autres. Etes-vous au courant qu'avec quelques amis, nous avons lancé un appel pour analyser en toute neutralité, sur des bases objectives les avantages et inconvénients des choix d'avenir pour notre Peuple ? Evidemment, mon Peuple, il est Wallon, le votre il est Belge. Sachant qu'il y en a au moins un troisième et de talli, le Peuple flamand, nous ne parlons pas de la même chose. Si ma position de érattachiste" est concilliable avec celle des "régionalistes", elle est assez incompatible avec celle des nationalistes.Vous avez vos croyances, j'ai mes opinions. respectons nous mutuellement. Et tant pis pour ceux qui seraient éventuellement agacés, pour ma part, vous me trouverez rarement en train d'asséner des chiffres ou des commentaires sur les blogs. Je suis contre le harcèlement, là aussi. Sur Internet, on appelle ça du "Trolling". Et ce n''est pas sympa.

Un petit Belge 02/03/2008 11:58

Au cours des six mois de crise politique, on a assisté à un petit sursaut patriotique : 140.000 signatures en faveur de l'unité de la Belgique, augmentation du nombre de membres de l'asbl BPlus (de 3.000 à 4.000), vente de plus de 56.000 drapeaux belges, 35.000 personnes dans les rues de Bruxelles le 18 novembre 2007, 110.000 signatures (dont 60% de néerlandophones) en faveur du maintien de la sécurité sociale fédérale, etc.Lorsque j'évoquais ces chiffres officiels incontestables et la baisse de membres du Rassemblement Wallonie-France (de 900 à 400 ces dernières années)  sur divers blogs rattachistes, on rigolait de moi en disant que le nombre de sympathisants du rattachisme était nettement supérieur à celui du RWF. Je constate que ce 29 février, seuls 300 personnes ont fait le déplacement à votre réunion de Namur... C'est un échec. Ne me répondez pas que la qualité prime sur la quantité, car même Claude Thayse ne cache pas sur son blog sa déception quant à certaines interventions.

Claude Thayse 02/03/2008 15:47

Tiens, il y avait bien longtemps qu'on ne vous avait plus lu...  Merci de sortir de l'anonymat.Un détail tout d'abord, ce n'était pas une réunion de rattachistes, mais de militants wallons de toute origine. Ne confondons donc pas. est-ce que j'écris que BPlus , le FN ou BUB c'est tout à fait la même chose ? Non, il y a des nuances. D'ailleurs, votre membre la plus dynamique dynamique, Anne-Marie Lizin, y a fait une apparition le temps de s'y faire photographier par les journalistes présents. Amusant, non ?Je ne remettrai pas en question les chiffresque vous nous assénez comme une litanie à chaque apparition comme si vous aviez peur de les oublier. J'observe simplement que le "petit sursaut patriotique" comme vous le dite justement a été obtenu à coup de millions d'Euros et grâce à une campagne de presse de soutien sans précédent. On aurait fait la même chose pour les maladies orphelines ou par exemple la mucoviscidose ou encore la prise en charge des enfants autistes etc... J'aurais approuvé et signé ! Mais tout reste une question de valeurs et pas de tiroir caisse (sans jeu de mot...). Je suis contre l'acharnement thérapeutique, nous en reparlerons certainement dans quelques mois. Ceci dit, je vous rappelle que je n'ai plus aucune fonction au sein du RWF. C'est donc à l'adresse rwf@rwf.be que vous devez envoyer vos commentaires. Le "Chargé de communication" Joël Goffin vous répondra certainement avec le talent et l'exquise urbanité qui le caractérise généralement. N'hésitez surtout pas.

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...