Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 18:20
Si on s’appuie sur la théorie de Darwin comme Gould et Eldredge qui, en 1972, ont avancé l'idée que l'évolution des espèces ne se réalise pas de façon graduelle et continue au cours des temps, mais au contraire que l´évolution se fait à travers des périodes ponctuelles d´intense activité évolutive séparées par de longues périodes stagnantes, nous pouvons nourrir de grands espoirs pour le Mouvement d’émancipation de la Wallonie.
 
Nous nous trouvons sans doute à l’aube d’une de ces périodes. On sent, en effet, plus qu’un frémissement au sein de la Société wallonne. Frémissement lié à la longue crise politique (crise de régime ?) sainement décapante que traverse notre pays hôte actuel, mais aussi à la prise de conscience d’un sentiment d’inachevé et surtout d’incertitude quant à l’avenir.
Comment expliquer autrement la renaissance de mouvements « dits régionalistes », les propositions d’associations Bruxelles-Wallonie de certains, ou encore la campagne « subite et spontanée » de séchage de drapeaux sur certains balcons, par exemple.
On ne peut évidemment pas nier qu’il y derrière ces prises de positions de nombreux arguments - certes tous intéressants et pertinents du point de vue de leurs auteurs - l’expression d’un sentiment d’urgence, d’angoisse ou encore celle de croyances basées sur des idées reçues, mais en pleine déstabilisation. Nos hommes et femmes politiques ne déclarent-ils pas se coaliser, se mobiliser, pour garantir nos droits alors que les mêmes nient nos identités, les négociations se déroulant sur la logique de blocs linguistiques, et non entre les représentants des trois Régions du pays, quatre avec la Communauté germanophone ? C’est aussi que je ne vois nulle part, derrière les prises de position, un complément qui me paraît utile : « pour quoi faire ? »
 
On ne peut pas nier nos identités. 
Pour faire simple et malheureusement forcément réducteur  : 
Les « régionalistes » mettent en avant, avec raison, l’identité wallonne. Elle existe. On la sent vivre quand on se retrouve entre Wallons, quelle que soit notre origine locale. Au-delà des mots, il y a un sentiment difficilement explicable - par moi – de communauté d’esprit. Il y a parmi les régionalistes, des « ultras » qui rêvent d’une langue différente du français par l’imposition d’un wallon standard… Je ne les cite que pour mémoire, ils font du tort au courant qu’ils prétendent défendre.
  
Les « Wallo-bruxien », des communautaristes, parlent d’une « identité francophone », concept flou destiné à répondre à une identité flamande forte. Elle me paraît plutôt être une construction artificielle par la juxtaposition d’identités basée seulement sur une langue commune ou une coalition d’intérêts face à une altérité.
 
Les « unitaristes » se retranchent derrière une « identité belge » qui veut sublimer les autres pour mieux les nier. Opposés depuis toujours aux revendications fédéralistes, et hélas pour eux, malgré leurs efforts sémantique - pensons seulement au terme « région » dont ils ont affublé les entités fédérée (or, ce sont des Etats, quoi !) qui renvoie à une notion de partie, de subdivision - ils ont échoué sur le territoire qui a choisi le combat culturel plutôt que le combat économique que ce dernier avait déjà gagné par la force de sa majorité numérique. La Flandre a ainsi une identité forte, elle est un Etat et se veut maintenant une nation. Il n’y a plus que des naïfs ou des nostalgiques pour défendre ou croire à « l’identité belge ». On peut peut-être les rassurer, cette « appellation belge » persistera encore dans les esprits fort longtemps après la disparition du territoire politique qui aura porté ce nom pour la dernière fois sans doute dans l’Histoire. Certains parmi eux bottent en touche vers un concept encore plus flou, « l’identité européenne » (pourquoi ne pas parler directement « d’espèce humaine » ?). Il en va ainsi, entre autres, du fumeux concept « d’Europe des Régions »… 
 
Les milieux rattachistes sont divisés entre ceux (rares, mais fort actifs) qui rejettent de l’identité wallonne (« sans identité fixe », ils ont simplement remplacé le mot « belge » par celui de « français ») et ceux qui sont profondément Wallons, justement. Ces derniers sont autant régionalistes que rattachistes parce qu’ils ont compris que dans le monde moderne, les identités sont complémentaires et empilables comme des poupées russes. Comme je l’ai dit un jour dans un discours, on ne peut pas se dire réunioniste (ou rattachiste, peu importe le terme) et en même temps nier notre identité wallonne. Comme on est Liégeois, Namurois, Brabançon wallon et Wallon en même temps. Comme en France, on est en même temps, Breton, Bourguignon, Corse, Normand ou autre, en même temps que Français.
 
Il y a donc entre ces rattachistes-réunionistes et régionalistes wallons des aspirations communes que séparent souvent des questions d’interprétation sémantique ou parfois de stratégie sur les choix d’avenir, sur les finalités. Le temps est peut-être venu de voir ce qui nous rassemble, sur les priorités pour nos concitoyens plutôt que d’insister sur ce qui nous sépare. Et se rendre compte que c’est là qu’est le plus important si nous voulons que demain, la Wallonie existe... encore !
 
Ce qui est certain, c’est que cette symbiose effectuée, les autres attitudes deviendront - pour revenir à l’esprit de la phrase d’introduction – que des culs-de-sac, des branches mortes sur l’arbre de l’évolution des espèces politiques 

M. à j. : Sous le titre « Militants wallons en reconstruction », et deux articles annexes (1) (2), Paul Piret confirme le sentiment exprimé ci-dessus dans « La Libre » de ce jeudi 28 février 2008.
A noter que dans la rubrique « repères »: écrivant « qu’en souhaitant des "états généraux de Wallonie", Jules Gheude et consorts tablent sur une autre perspective, celle d'une Belgique post-scission. On se rapproche ici davantage du RWF, dont la ligne rattachiste passe par nier non pas la Wallonie, mais la Région wallonne », s’il rappelle bien que l’objet du manifeste est d’appeler à positionner la réflexion sur la Belgique post-scission, nous ne nions pas, et bien au contraire, l’existence de la Région wallonne en tant qu’entité politique. Nous mettons au contraire en exergue l’existence d’une Société wallonne distincte et bien réelle à laquelle nous sommes fiers d’appartenir et que nous ne voulons plus voir subir, mais prendre son destin en main.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

denis dinsart 29/02/2008 09:36

Monsieur Thayse, C'est très aimable à vous d'avoir publié mon commentaire mais il en manque la moitié ce qui le rends tout à fait incompréhensible.Bien à vous et bonne continuation.Denis Dinsart

Claude Thayse 29/02/2008 10:23

J'ai publié ce que j'ai reçu... Je ne peux pas modifier les commentaires, n'hésitez pas à envoyer ce qui manque, je le publierai.

Feuilly 28/02/2008 19:43

A ajouter peut-être pas, mais à retrancher sûrement. "Le défi" s'orthographie sans "t" bien entendu. Voilà ce que c'est de se laisser emporter par ses passions... 

Claude Thayse 29/02/2008 08:36

Je ne peux pas corriger les commentaires...

Pierre 28/02/2008 19:22

"Il est étonnant qu’un politicien « classique » n’ait pas encore relevé le défit et tenté de se présenter comme l’homme de l’avenir, le premier président de la Wallonie post-belgicaine. Mais même là on ne sent rien venir. "  nous dit Feuilly.Pour une fois, je serai moins pessimiste que d'habitude.J'ose espérer que cet (ces) politicien (s) existe (nt).Mais leur "calculs de rentabilité" électorale leur font penser qu'il est trop tôt pour sortir du bois.Rappelez-vous les quelques personnes qui ont osé parler ouvertement de cette chose immonde qu'est le désir d'un partenariat privilégié Wallonie-France.  Ils ont été voués aux gémonies, cloués au pilori.Je crois vraiment qu'il nous faudra patiemment attendre que les "beste vrienden" aient enfin décidé de suivre une autre route.Ce sera le déclic pour le peuple francophone. A ce moment, je vous donne ma main à couper que tant chez le PS que chez le MR, les opportunistes apparaîtront. Au CDH, je doute. Chez Ecolo, à part Dubié ??Même si je m'aventure ici en terrain scabreux, je crois vraiment qu'en cas d'élection à venir, il faudra voter pour RWF. Imaginons que ce parti recueille 10 % et ce pourrait être aussi un facteur déclenchant les réflexes opportunistes. Rappelez-vous que les partis traditionnels ont seulement repris les idées écologistes lorsque les verts ont commencé à représenter une partie non négligeable de l'électorat.Resterait le problème de Bruxelles évidemment assez angoissant.Bien à vous.

Claude Thayse 29/02/2008 08:52

Les choses bougent, j'ai longuement parlé avec une journaliste hier. Le courant rattachistes est de plus en plus pris au sérieux. Après les mouvements en faveur de la réunion et le parti FRANCE qui est venu trop tôt, Le RWF a été utile pour maintenir vivant le message. Je ne sais pas qui portera le mieux demain le combat pour la réunion, ni sous quelle forme.L'avenir est ouvert...

francolâtre 28/02/2008 17:19

La 18e "Tenue de Soirée" de Michel Drucker sera très belge le 15 mars, nous apprend l'agence BelgaBRUXELLES 28/02 (BELGA)La chaîne de télévision France 2 et la RTBF mettent la dernière main à la programmation de l'émission "Tenue de Soirée", qui sera proposée, le 15 mars prochain, en direct de la Grand-Place de Bruxelles.Participeront à l'émission, présentée par Michel Drucker et Fabienne Vande Meersche depuis ce lieu classé "patrimoine mondial" de l'Unesco: Benoît Poelvoorde, Philippe Geluck, Salvatore Adamo, Eddy Merckx, Annie Cordy, Frédéric François, Maurane, Armelle, Plastic Bertrand, les Frères Taloche, Virginie Hocq, Jean Vallée, Arno, José Van dam.Faisons les comptes: deux Italiens (Adamo et FF), un Ostendais, cinq Bruxellois (en comptant Armelle), huit Wallons, la plupart totalement inconnus en Flandre. Que de Belges, en effet! 

Claude Thayse 29/02/2008 08:45

"Dat is Belgïe, ça est la Belgique" dirait notre bon roi... 

denis dinsart 28/02/2008 17:13

Le confédéralisme comparé à un élévage de porc.Chaque matin je quitte mon village de Graty pour me rendre en vélo à la gare d'Enghien. En quitant le villlage, passe devant une exploitation agricole qui s'est agrandie il y à deux ans d'une porcherie de taille modeste. Voici comment l'exploitation est gérée, en tout cas pour ce qui concerne les porcs. C'est un peu cela le confédéralisme tronqué que nous propose la Flandre, l'illusion d'une autonomie donnée à la Wallonie pour le bien et l'avenir de sa population alors que dans les faits nous serons un peu plus vassalisé.    

Claude Thayse 29/02/2008 08:44

Bien vu. Un Etat dominant et un "bantoustan"... Et Bruxelles en Condominium.

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...