Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 16:42
Et alors ? Ce qui est étonnant c’est qu’elle ne soit pas encore plus haut. Les sondages ont toujours tendance à la sous-estimer.
 
On a presque l’impression que les « élites » wallonnes ont abandonné tout sens critique, voir à ce sujet l’article sur l’alliance pré-électorale à Ramilies.
S’il y a bien une forme d'assuétude aux affaires crapuleuses (la stabilité des partis traditionnels dans les sondages en est le témoin) en Wallonie, il semble bien que l’espèce de populisme autoritaire dans lequel nous vivons fait le lit d’un système encore plus violent.
 
Voici un de mes textes paru il y a quelques mois dans la « Libre »
 
Irresponsables par système !
 
Les dérives constatées à Charleroi ne sont que le symptôme d’une maladie grave du système politique belge. Tous n’en meurent pas, mais tous en sont atteints.
La démocratie est bel et bien enrayée comme l’écrivait déjà François Perin en 1960. Et encore, la situation a empiré depuis.
Notre système souffre de plusieurs maux :
1. La mainmise des partis politiques traditionnels sur tous (ou presque) les aspects de la vie quotidienne.
2. Les barrières légales et financières à la participation d’autres formations nouvelles et démocratiques au « jeu » politique. (Pensons au parcours du combattant pour déposer des listes de candidats et pour faire connaître un programme, le « seuil démocratique » des 5 %, le refus d'accès aux médias... ).
3. La collusion de fait entre les partis traditionnels et les médias via le financement de ceux-ci. Où est encore l’indépendance des journalistes ?
5. L’omniprésence d’un message consensuel, lénifiant, d’une pensée unique, de la glorification d’un modèle « à la belge ». Et, a contrario, l’absence totale de contre argumentation, ou en tous cas le refus implicite de la rapporter à la connaissance du public.
Découlant de tout ça :
6. L’irresponsabilité des politiques et le manque d’évaluation de leurs actes. La fidélité à un parti paye. Le repêchage est garanti.
7. Les partis sont devenus des systèmes autonomes et féodaux « s’ouvrant » parfois à la « société civile » en s’offrant des gadgets électoraux qui sont vite muselés.
8. Les mandats politiques sont devenus de métiers de courtisans. On n’est plus là pour faire évoluer la société, mais pour plaire au plus grand nombre. Et accessoirement gérer le quotidien. Quelle différence réelle y a-t-il encore entre les programmes déclinés sous forme de slogans des partis traditionnels.
9. La volonté affichée, revendiquée de proximité avec « le peuple » engendre le suivisme, l'opportunisme ou le populisme, selon que, dans les deux premiers cas, on suit le cours des événements sans esprit critique, en se laissant porter, ou que l'on règle sa conduite en fonction des circonstances ou selon ses intérêts. La dérive, constatée ces dernières années à gauche comme à droite, est plus grave quand le politique adopte une attitude "consistant à se réclamer du peuple, de ses aspirations profondes" , ce qui définit le populisme.
 
 
Est-il possible d’en sortir ?
 
Il ne faut pas s’attendre à un bouleversement dans l’immédiat. Voici pourquoi :
 
Un certain nombre d’électeurs continueront de donner leur voix aux vieux partis, par habitude souvent, intérêt ou conviction parfois.
A ceux qui sont tentés par l’extrême droite. (le vote de refus, le vote des mécontents, des opposants systématiques…) je dis : certainement pas en votant pour l’extrême droite. Elle pose de mauvaises questions. (et encore, se pose t’elle des questions ? On peut en douter…)., y apporte de mauvaises réponses.
Pourtant il semble bien que ce soit le seul choix que la nouvelle loi électorale ait voulu leur donner puisque le jeu démocratique est faussé. La loi électorale a introduit le principe de « seuil démocratique » de 5 % en dessous duquel un parti ne peut avoir d’élus (concrètement, ça veut dire qu’en se basant sur les résultats des élections précédentes, il y a entre 10 et 17 % des électeurs qui ne sont pas représentés). L’objectif annoncé était d’exclure les mouvements extrémistes. Pourquoi alors avoir attendu que le FN ait des élus dans trois assemblées et dépassé ce seuil dans de nombreux arrondissements pour la voter ? N’a-t’on pas instrumentalisé, d’une manière très démagogique, la menace du FN pour, en réalité, freiner l’apparition de partis nouveaux qui, eux, ne sont pas du tout extrémistes ?
Or, l’histoire de la Belgique (175,25 ans !) a montré que ces partis émergents ont toujours contribué à éviter une trop grande connivence entre les partis traditionnels associés à l’exercice du pouvoir.
On a le droit – le seul encore ? – de se poser des questions. D’autant plus, qu’au contraire des pays démocratiques voisins tel que la France, l’Allemagne, l’Italie... où des dispositions existent pour aider les partis émergents à se faire connaître et où les partis non représentés ont un accès aisé à la presse - surtout télévisuelle - pendant la campagne, la Belgique n’a rien prévu de tout cela, bien au contraire.
Curieusement aussi, nous entendons peu les vieux partis dénoncer le risque que fait courir à la démocratie l’extrême droite.
Tout semble bien fait pour que les électeurs déçus, perdus, mécontents, n’aient plus d’autre choix que l’extrême droite. Un parti poubelle en quelque sorte.
Etait-ce volontaire dans le chef de ceux qui ont voté cette loi ?
Sachant que les vieux partis dits démocratiques ne la fréquenteront probablement pas– et là, nous ne pouvons que les approuver – on arrive à une situation paradoxale, où une loi censée freiner l’apparition de l’extrême droite va la renforcer.
Plus celle-ci va grandir, plus les vieux partis vont devoir gouverner entre eux (s’assurant comme ça une rente de pouvoir), et plus ils feront de mécontents, plus l’extrême droite se renforcera.
Disons donc clairement que voter pour l’extrême droite, voter FN; paradoxalement, c’est voter pour le MR et le PS et le CDH et Ecolo ! Les gens qui exprimeront ce type de vote de rejet seront doublement trompés !
 
Si vous voulez vraiment changer les choses, retrouver une logique républicaine – au sens noble du terme de dévouement pour la Cité – vous savez ce qu’il vous reste à faire.
Ce n’est plus dans le cadre belge qu’on retrouvera ce sens de l’obligation de grandeur de la chose publique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Coup de gueule
commenter cet article

commentaires

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...