Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2007 5 17 /08 /août /2007 12:44

On apprend que, partant du constat qui semble évident que « l'orange bleu » ne dispose pas de majorité des deux tiers au Parlement, MR et CDH ont proposé au formateur une formule aux allures extérieures de bon sens : « un organisme ad hoc pour discuter, après la formation du gouvernement, des réformes institutionnelles réclamant une majorité des deux tiers ». Le MR et le CDH feignent de s’étonner du fait que les négociateurs flamands avancent sereinement des propositions exigeant une majorité de 2/3 au Parlement.

C’est que les Flamands ont fait leurs calculs.
 
Voyons ensemble : La Chambre, c’est 150 députés. La majorité spéciale, c’est 2/3 des députés mais 50 % dans chaque groupe linguistique (l’actuel « orange-bleu »).
La solidarité flamande jouant (on l’a vu en juillet lors de la prise en considération unanime du côté Flamand d’un projet de scission de l’arrondissement de BHV), on imagine mal que la Lijst De Dekker et le Vlaams Belang n’apporteraient pas leur soutien à des propositions allant dans le sens de leur projet politique.
Le compte est alors vite fait, la majorité des 2/3 est atteinte et dépassée puisque nous en sommes à 103 députés. Sans compter qu’il y a de la réserve au SPA… qui ne va pas se fâcher avec Spirit. Et qui tient sans doute à survivre après avoir analysé que son échec tenait à sa tiédeur flamande.
 
Bref, sale temps pour les tenants de « l’ancienne Belgique ». Olivier Mouton a bien raison d’écrire un édito pathétique dans « Le Soir » ! Gageons que si ce qui se passe en ce moment n’est pas un jeu de dramatisation, les semaines à venir seront intéressantes. Toute accélération du processus de dislocation ne peut se faire que dans l’intérêt des Wallons et des habitants francophones de Bruxelles. Mais le comprendront-ils à temps ? Les propos de Monsieur Maingain dans le billet précédent m’incitent encore à en douter, même si les esprits évoluent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

benoit 19/08/2007 12:29

Moi ce qui me fait peur ce sont les propositions du style wallobrux ou pire encore, un état fédéral "wallonie-bruxelles-communauté germanophone-luxembourg". Si si on en parle (voir la libre)...

Claude Thayse 19/08/2007 18:12

Je partage votre inquiétude à propos d'un Etat résidu... La carte blanche à laquelle vous faites allusion et publiée dans « La Libre » suscite deux réflexions.1. La France fait donc tellement peur aux Belgicains ? Le ton est doucereux, le propos pernicieux. Faire croire que la République sera « un repreneur » venu de l'extérieur pour sauver la situation. Vision on ne peut plus belgicaine ; vision de commerçants, de comptables à la petite semaine, de gagne-petit. Pourtant, « la réunion peut sembler naturelle » ! Quel aveu ! L'auteur fait mine de prendre de la hauteur, pour aussitôt retomber : « la réalité à laquelle s'adapterait alors la Wallonie ne pourrait qu'être douloureuse et provoquer le désenchantement ».  Comme d'habitude, il est facile de retourner l'argument : la Wallonie indépendante ne risque-t-elle pas de susciter le désenchantement ? Il me semble que le gouvernement wallon actuellement en place ne donne lieu à aucun enthousiasme particulier.... 2. Quant à la farce du fédéralisme wallo-luxembourgeois, elle serait trop grotesque pour être commentée... Juste ces quelques mots :Je serais très étonné que les Luxembourgeois soient disposés à se mettre en danger en trempant le doigt dans cette affaire... Chaque pays résulte d'un certain équilibre... qu'il est toujours périlleux de remettre en question. La Suisse a refusé, en 1860, de s'agrandir en direction de la Savoie. Elle a même refusé, plus tard, d'annexer le Liechtenstein…La France, c'est autre chose, parce que le pays est à une autre échelle, et que la réunion de la Wallonie ne détruirait aucun équilibre. Elle donnerait simplement de l'air, et de l'espace stratégique, tout en réparant une injustice historique.  Les arguments de conjoncture économique ne valent pas grand’ chose. L'Alsace-Lorraine a toujours voulu rester française. La Sarre a voté son retour à l'Allemagne. Aucun rapport. Quant au district européen, c'est la tarte à la crème. Veulent-ils vraiment réinventer Dantzig, ou Thérouanne ? Sérieusement, imagine-t-on les luxembourgeois sacrifier leur régime privilégié pour venir au secours de ceux qui veulent rester les derniers belges ? Va-t-on aller jusqu’à consulter les populations ? Ce n’est pas dans la tradition belge ni gagné d'avance. Surtout qu'il existe un précédent prouvant qu'ils sont rares ceux qui (au Luxembourg) veulent rejoindre la Belgique (grande et belle !) comme le montre cet intéressant extrait du site de la Conférence générale de la Jeunesse luxembourgeoise. « En décembre 1918, le Luxembourg a dénoncé l’union économique Zollverein, qui liait le Grand-duché à l’Allemagne. Comme le pays ne peut vivre en isolation économique, il doit se tourner vers un de ses deux autres voisins, la Belgique ou la France. Les deux secteurs-clé de l’économie (sidérurgie et agriculture) se prononcent très vite pour une union avec la France et ce pour diverses raisons. La Belgique, qui a longtemps eu des projets d’annexion du Grand-duché, les a abandonnés après l’accession au trône de la Grande Duchesse Charlotte. Le Royaume souhaite à présent une union économique avec le Luxembourg et débute pour ce faire des négociations secrètes avec la France qui reste réticente à la proposition du Grand-duché et espère tirer son épingle du jeu. Espérant influencer la décision française, le gouvernement luxembourgeois soumet alors la question à un referendum auquel 73% des électeurs luxembourgeois se prononcent effectivement pour une union économique avec la France (28 septembre 1919). Mais celle-ci continue à négocier en secret avec la Belgique et dès qu’elle obtient des concessions assez importantes de la part de la Belgique, notamment dans le domaine militaire, elle annonce au Grand-duché qu’elle ne peut accepter son offre d’union économique.Le Luxembourg est alors forcé de se tourner vers la Belgique. Le 15 juillet 1921, la convention d’union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL) est signée. Une nouvelle étape de l’histoire économique vient d’être franchie. (Site du gouvernement luxembourgeois) »  Voilà comment est née la fameuse Union économique Belgo-luxembourgeoise. D'une façon pas très reluisante et contre la volonté d'un peuple: le Luxembourgeois car en Belgique, il n'est évidemment jamais consulté.

Don 18/08/2007 11:11

Encore faut-il que les députés francophones votent lorsqu'il y a appui extérieur non-sollicité par tous les partis de la majorité.Il pourrait ne plus y avoir la majorité dans le groupe francophone

Claude Thayse 18/08/2007 22:00

C'est bien là tout le sens des atentes flamandes. Si les partis francophones  de l'orange bleu  sont tenus par les accords...

Francois Collette 17/08/2007 23:50

A  un édito pathétique, je préfère largement des éditos réalistes et incisifs comme dans la Libre  Belgique (et pourtant je ne suis pas belgicain). Le Soir (dernièreurisé) me déçoit de plus en plus. Faut lire le blog de Jean Quatremer de Libé (voir références sur mon blog). Il parle sans détours, celui-là.

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...