Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 19:27

On entend souvent dire que la Wallonie ne pourrait survivre sans la Flandre. Les arguments évoqués sont évidemment d’ordre économique : La Wallonie, c'est 32% de la population du pays, 27% de l'emploi total et 24% du PIB (données de l'Institut des comptes nationaux pour l'année 2005).

Vu comme ça, à la question : « qu'est ce que les Wallons auraient à perdre en cas de disparition de la Belgique ? », la réponse est évidemment « beaucoup ». Ce qui est pris comme argument à la fois pour appeler la France au secours par certains (et je n’aime pas cet argument). Ou pour promouvoir, comme le font les partis francophones l’unité du pays et à défaut (et pire) un Etat Bruxelles-Wallonie « parce qu'un Etat Wallonie-Bruxelles serait viable alors que la Wallonie seule ne le serait probablement pas ou très difficilement. »
 
Pour les défenseurs de cette option, se basant sur le fait que Bruxelles, c'est un peu moins de 10% de la population du pays, 16% de l'emploi total et 19% du PIB, un Etat Wallonie-Bruxelles représenterait donc approximativement 42 à 43% de la population de la Belgique actuelle, de son PIB et de son emploi total. (Un peu plus faible que la somme des parts actuelles de Bruxelles et de la Wallonie car la partie flamande des administrations fédérales basées à Bruxelles, ainsi d'ailleurs que les administrations de la région et de la communauté flamandes, seraient sans doute amenées à quitter le territoire bruxellois). Mais c’est marginal.
 
Dans l’absolu, si nous vivions séparé du monde, ces raisonnements pourraient se tenir. En supposant que la France ne s’intéresserait pas à la Wallonie et à Bruxelles. En supposant évidemment que les autres Etats membres de l'Union européenne ne profiteraient pas de la disparition de l'Etat belge pour transférer une partie substantielle des institutions de l'Union sous d'autres cieux (Berlin ?). Car il est évident que la situation privilégiée de Bruxelles dépend de manière cruciale de son statut de siège des institutions européennes. D’'innombrables entreprises multinationales, pouvoirs publics étrangers, groupes de lobbyistes, etc... y ont installé des bureaux, y créant de l'activité et de l'emploi. Difficile d’imaginer que ce soit la douceur du climat ou la légèreté ( !) de la pression fiscale qui les y ont attirés. 
Rien ne prouve par ailleurs  qu'un Etat bruxello-wallon serait viable. Comment harmoniser les relations entre la Wallonie et Bruxelles où une majorité des habitants penche en faveur d'une indépendance par rapport à la Wallonie ? Avec quelle conscience nationale ? Quelle symbolique ? Quelles garanties pour les Flamands de Bruxelles ? Quel régime ? Quelles frontières d'Etat ? Quelle vitrine économique ? Bruxelles ? Namur ? Les deux à la fois ? Quelle diplomatie ? Quelle représentativité ? (*)
D'un autre côté, débarrassée de la pression et des ingérences flamandes (ce qui est bon pour la Flandre est bon pour le pays, air connu…), les responsables politique wallons auraient fatalement plus de temps pour s'occuper des problèmes importants, sociaux et économiques.
Actuellement, toujours d’un point de vue économique, de nombreuses entreprises flamandes font des bénéfices colossaux en Wallonie. Avec une Flandre indépendante, elles deviendraient des entreprises étrangères soumises à une plus grande concurrence, car qu'on le veuille ou non, dans notre Union européenne l'esprit et la réalité des frontières sont encore bien présents (et c’est heureux, j’y reviens ci-dessous à propos d’un petit ouvrage dont je termine la lecture). Ceci pourrait avoir des conséquences profitables au niveau des conditions obtenues, de même que les ports d'Anvers et Zeebrugge ne seraient plus vus comme des évidences par les Wallons, et verraient leur hinterland bien réduit, tous concurrencés qu'ils seraient par les ports avoisinants (Dunkerque, Le Havre…). Les Wallons seraient aussi débarrassés des ingérences politiques en matière de commerce.  Par exemple, certains problèmes dits « éthiques » comme ceux liés à la vente d'armes, ou à l’usage de certaines publicités sur le circuit de Francorchamps, se résoudraient comme par magie. Ayons toujours en mémoire que la Wallonie représente un protectorat, pauvre mais rentable pour la, Flandre. Elle y exerce une influence sur le plan légal et économique et a intérêt assurer cet état de fait. Le « vlaams belang » (l'intérêt flamand) se situe bien là !
C'est une des clés du conflit communautaire. L’autre étant le juste combat culturel flamand, hélas de plus en plus teinté de pangermanisme…
 
Et si le malaise que nous vivons, l’impasse dans laquelle nous nous sommes fourvoyés tenait simplement dans le fait que justement la Politique s’efface au profit de l’Economie, les hommes politiques au profit des gestionnaires, que nos traditions culturelles héritées de la Révolution de 1789, politiques par essence, souffrent de cette orientation ?
 
En France, on l’a vu lors du referendum sur le projet de Constitution européenne, ou lors des élections présidentielles, beaucoup d’intellectuels plaident pour remettre de la Politique dans la politique. Pour restaurer la France, ou à tout le moins stopper ce que certains considèrent comme un déclin.
 
Daniel Teysseire y a consacré un essai court, décapant et tonique : « La France singulière » aux éditions Bourin Basé sur la singularité française. Il y raconte cette France qui de Clovis à Chirac en passant par Richelieu, Louis XIV, la Révolution, Napoléon et de Gaulle, a toujours dit non à une Europe dominante. Une France dont le peuple reste fidèle à des valeurs d'identité nationale inscrites au fond de lui-même.
Qui n'a pas entendu parler de la fameuse «  exception française » ? Tout le monde peut en citer des exemples, mais personne, jamais, n'en a évoqué les raisons. Et pourtant, elles existent tout au long de l'histoire du pays et imprègnent l’inconscient collectif. Nous, Wallons, Français empêchés, n’y échappons pas.
 
Impossible à la lecture de ne pas penser à la formule de mai 1968: « soyez réalistes, demandez l'impossible » !
Avec raison ! Osons donc, à l’encontre de la pensée dominante que suivent et encouragent peureusement les partis traditionnels, osons proposer notre solution.
Quelques exemples de ces irréalistes qui ont eu raison: sans évoquer Jeanne d’Arc, pensons encore à l'exemple de Richelieu. Etais-ce « réaliste » de partir en guerre contre la puissance Habsbourg, alors qu'elle entourait - encerclait - la France et avait des arrières à la dimension du monde, et jouissait de l'appui de la puissance de l'autorité idéologico-spirituelle du temps : l'Eglise catholique ? Les réalistes de l'époque, c'était les dévots qui criaient casse-cou et évoquaient la grande misère du peuple à soulager. L'économisme du temps en quelque sorte… Ou encore les équivalents de nos partis traditionnels.

(*)  Pour être un peu plus complet, mais à prendre avec beaucoup de réserves, sachez que parmi les rumeurs qui évoluent « à bas bruit », certains membre du Parlement fédéral sembleraient penser que si on arrive pas à s'entendre sur une nouvelle réforme de l'état et mettre un nouveau gouvernement fédéral sur pied, on pourrait trouver un arrangement quant à l'apparition de deux états distincts à savoir, le « Bruxelles-Wallonie » (ou Wallobrux !) et la Flandre. 
Dans cette hypothèse, la Flandre délocaliserait sa capitale vers l'intérieur de ses terres (Antwerpen ?) et accepterait une liaison entre Bruxelles et la Wallonie.  
Concession à ceux qui en Belgique souhaitent maintenir un semblant « d'unité nationale francophone » face à la « main mise de la France » sur le monde francophone en général d’une part. Et parce qu’ils craignent qu’une Wallonie indépendante ne soit pas admise au sein des institutions européennes, ne répondant pas aux critères économiques d'adhésion… Les instances européennes se délocalisant à terme.
Les milieux nationalistes flamands affichant ainsi ouvertement leur alliance objective avec les « belgicains » (les belgicistes ?) les plus conservateurs dans leur aversion (haine ?) commune de la France.

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

L'enfoiré 08/08/2007 10:44

Nous suivons tous le "thriller de l'été". Je l'ai personnellement commencé depuis quelques temps. Déjà.J'ai référencé votre article sans le mien. La réflexion citoyenne est-elle mûre à regarder dans la "soupière" plutôt que dans son assiette (comme je l'ai écrit)?Je crois que malheureusement ce n'est pas dans l'air du temps. Entretemps, l'Asie se déplace d'Est en Ouest ou d'Ouest en Est quand c'est plus court. 

didier 30/07/2007 12:03

superbe réflexion, Claudeil est vrai qu'il est très difficile de prévoir ce qui va se produire dans les prochaines semaines. les "négociations" en cours pour la formation du gouvernement sont cruciales. elles pourraient acoucher d'une montagne... ou d'une souris (ce à quoi on est tout de même plus habitués)en cas de rupture ou d'implosion, impossible de dire si la solidarité Bruxelles-Wallonie jouera. les forces centrifuges n'y étant pas encore mortes loin de là (wallingantisme à la Van Cau/Happart) en Wallonie vs. Belgicanisme à Bruxelles).tout est possible, mais quoi qu'il advienne il faudra en tout cas rester en 1ère ligne pour défendre notre projet

Francois 28/07/2007 07:04

Chapeau bas pour cette superbe réflexion. Comme quoi, en Belgique, rien n'est simple. La seule voie actuelle est selon moi le confédéralisme. C'est ce que veulent - dans un premier temps - l'immense majorité des élus flamands et ils n'ont pas tort.

Claude Thayse 28/07/2007 15:53

Merci !Intéressant de constater que nous en revenons aux propositions formulées par François Perin (je vous conseille l'excellente relecture de l'histoire au travers de son combat, faite par Jules Gheude) dans les années '60 quand ils se consacrait à la création du rassemblement wallon. Que de temps perdu pour la Wallonie !

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Dans Le Rétro...

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...