Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 19:30
A Jacques D. pour m’avoir donné envie de retrouver l’origine de cette expression.
Et plus généralement aux militants de partis politiques, pour y réfléchir…
 
Cette phrase est d’Étienne de la Boétie.
Pour lui, il ne peut exister de tyrannie sans assentiment du peuple. De ce point de vue, la servitude est donc par essence volontaire. Le tyran est en effet toujours seul face à des millions d'hommes et il suffirait que ces millions d'hommes cessent d'obéir pour que la tyrannie disparaisse. Le rapport de force donc, dans les faits, est toujours en faveur des gouvernés. La nature nous soumet naturellement à nos parents et à la raison mais ne nous fait esclaves de personne. Nous sommes donc esclaves parce que nous le voulons bien. Mais vivre libre, c'est être heureux.
La servitude volontaire apparaît donc comme une réalité paradoxale, un problème qu'il s'agit de résoudre. Pourquoi donc les peuples acceptent-ils de se soumettre à un tyran ?
La première raison réside dans l'habitude. L'homme qui connaît la liberté n'y renonce que contraint et forcé. Mais on s'habitue à la servitude et ceux qui n'ont jamais connu la liberté « servent sans regret et font volontairement ce que leurs pères n'auraient fait que par contrainte »
La deuxième raison est que les tyrans affaiblissent leur peuple. Ils le feront par exemple en leur donnant des jeux, des spectacles. Le tyran allèche ses esclaves pour endormir les sujets dans la servitude. Le tyran accorde des largesses à son peuple sans que celui-ci se rende compte que c'est avec l'argent même soutiré à ses sujets que ces divertissements sont financés.
Certains tyrans, avant de commettre leurs crimes, font de beaux discours sur le bien général et la nécessité de l'ordre public. D'autres utilisent l'artifice de la religion pour susciter la crainte du sacrilège, utilisant la tendance de l'ignorant à la superstition.
Enfin, la dernière raison qui permet la tyrannie est qu'une partie de la population se met à son service par cupidité et désir d'honneurs. Certains hommes flattent leur maître espérant ses faveurs, sans voir que la disgrâce les guette nécessairement, devenus complices du pouvoir. Ainsi se forme la pyramide sociale qui permet au tyran « d'asservir les sujets les uns par le moyen des autres » La résistance et l'usage de la raison sont donc les moyens de reconquérir la liberté (La Boétie ne fait aucune théorie de la révolte populaire) car des tyrans on peut dire « qu'ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » Il n'est donc pas besoin de combattre les tyrans, il suffit de ne plus consentir à la tyrannie. « Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres » Caractéristique de l'idéalisme humaniste, la pensée de La Boétie suppose une histoire produite par la seule intention des hommes sans voir que la politique a aussi son autonomie et sa spécificité.
 
Considéré par certains comme le premier théoricien de l’anarchie (comme doctrine politique), Étienne de la Boétie naît le 1 novembre 1530 à Sarlat dans le Périgord. Il fait ses études au collège de Guyenne (le plus brillant collège du Midi) puis étudie le droit à Orléans. L'école de droit est alors en même temps école de philosophie et constitue un foyer actif pour la diffusion de l'humanisme et même de la Réforme (On est alors en pleine période de guerres des Religions). Il est le collègue de Montaigne au Parlement de Bordeaux à qui il inspire une amitié passionnée et est partisan des thèses modérées de Michel de l’Hospital. Poète, auteur de nombreux sonnets, de vers latins, de traductions de Xénophon et de Plutarque, il est surtout connu pour son « Contr'un ou Discours sur la servitude volontaire » qui constitue une très sévère critique contre la tyrannie. Il meurt à l'âge de trente-trois ans. Le Contr'un n'est publié qu'après sa mort, en 1574 dans un recueil collectif d'inspiration protestante, « Le réveil-matin des Français ». Le texte fut réimprimé à chaque période de lutte pour la démocratie (en 1789, en 1835, en 1857 contre Napoléon III)
 
 
Et pour aller plus loin dans la réflexion : un petit livre fort intéressant : La soumission librement consentie de Robert-Vincent Joule (Université de Provence) et Jean-Léon Beauvais (Université de Nice) qui étudient les ressorts de l’influence et de la manipulation.

Partager cet article

Published by Claude Thayse - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

bonjour 25/07/2007

La réflexion est très intéressante et mériterait d'être méditée...J'ajouterais qu'il y a plusieurs degrés à la tyrannie. En effet, lorsqu'il y a danger pour sa propre intégrité physique et pour la sécurité de sa famille, il peut-être bien plus difficile de se rebeller contre la tyrannie, contre le régime en place.Ce n'est Dju merci pas le cas chez nous.

jean-pierre et danielle 16/08/2007

J'habite proche de Sarlat. Je ne sais pas si  les nombreux touristes qui passent devant la magnifique maison où est né La Boétie savent tous ça !

Pierre Ruel 08/06/2008

Bonsoir,Jusqu'à ce soir j'ignorais la citation qui chapeaute votre texte "Ils ne sont grands que..."; je l'ai entendue dans la bouche d'un naimateur de radio. Je viens de faire une recherche dans 2 instances du "Discours... "de La Boétie figurant sur la Toile mais je ne l'ai pas trouvée. Je n'ai pas pu ouvrir la version pdf citée sur votre blog par suite d'un bogue d'Acrobat Reader sur ma machine. Je suppose que les 2 versions que j'ai explorées ne sont pas intégrales. A quel endroit du texte cette maxime (admirable) figure-t-elle ? Merci d'avancePierre

« Le courage. C'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire »  (Jean Jaurès)
*
« (…) il n'existe aucun accommodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui et ceux qui croient ou affirment de croire et obligent sous peine de mort leurs semblables a en faire autant. » (Marguerite Yourcenar)
*

« Ce qui nous intéresse ce n'est pas la prise de pouvoir mais la prise de conscience. » (Armand Gatti)

Les textes publiés ici sont évidemment libres de droits et peuvent être reproduits ou diffusés, en partie ou en entier... sans modération à condition d’en citer la source.

Recherche

Réunioniste

Pour la réunion à la France Mon action se base sur les Valeurs républicaines,
les déclarations des Droits de l'Homme et du Citoyen
1789 & 1793

La République indivisible, laïque, démocratique et sociale

Pour y réfléchir

Vidéos

- Participation à Controverses (RTL) sur BHV…
- Message improvisé pour les législatives de 2007
- Interview sur TV-Com
- Chirac, une certaine idée de la France
- Mes pubs préférées sur le rugby
- Gendebien, un avis...
- L'identité wallonne est-elle incompatible avec l'identité française ?
- Religions, Neutralité ou laïcité de l'Etat
- "Bye bye Belgium"
- "Enregistrement, Evaluation et Autorisation des substances CHimiques" : Qu'en penser ?
- Attention à la publicité !
- Le Club du Net : Karl Zero et Dupont-Aignan
- Magnifique leçon de civisme d'Elisabeth Badinter.
- François Mitterrand

Textes

- Le vrai visage des Français
- Bicentenaire de la réunion de Mulhouse à la République
- La loi d'unanimité et de contagion
- L'heure décisive approche pour les Bruxellois
- Appel à la France, à tous les francophones :  pour une action mondiale pour le français et la Francophonie
- Les réformes des régimes de retraites - Comparons la Belgique et la France
- Un peu de tout... mais des infos utiles
- Du 24/10/62 au 24/10/63, pour comprendre les dessous d'une évolution institutionnelle (CRISP)
- Une histoire de la Wallonie (Institut Jules Destrée)
- Les pouvoirs en Wallonie et environs, mode d'emploi (Crisp)
- Wallons et Bruxellois francophones, pour en finir avec le syndrome de Stockholm !
- ISF - Impôt de solidarité sur la fortune, de quoi s’agit-il ?
 
- Aux origines de la frontière linguistique 
-
La Wallonie sauvera-t-elle l'Europe ? 

Autres sujets ?


Merci à
FreeFind !

Sur Le Feu...